Lucien Bitterlin

  • El Biar, janvier 1962. Quelques semaines avant la signature des Accords d'Évian, sur les hauteurs d'Alger, la villa Andréa, connue pour être le poste de commandement du groupe para-policier des « barbouzes », est la cible d'un attentat particulièrement meurtrier : le bilan est de 19 morts. Derrière cette irruption de violence, les hommes du commando Delta de l'OAS, dirigé par Roger Degueldre. Dans les mois qui suivent, c'est une guerre à mort qui oppose l'OAS et les barbouzes.Leur fondateur et commandant raconte dans ce témoignage unique l'engagement de ses hommes pour défendre la position gaulliste en Algérie. Il relate les étapes successives qui ont mené à la formation du groupe, explique comment il a été amené à constituer un service de renseignements parallèle, à organiser des « contre-plastiquages », à tenter de démanteler les réseaux de l'OAS par son propre Service Action. Lui-même a survécu par miracle à des mitraillages et plastiquages, et vu nombre de ses hommes éliminés. L'Histoire des barbouzes est le récit de deux années de guerre civile entre Français sur le territoire algérien, dont le bilan a été très lourd. Il montre bien l'hostilité d'une partie de l'administration et de la police française envers les barbouzes, qui les a obligés à entrer en clandestinité. C'est une histoire de violence extrême, et le rappel d'une vérité difficile sur une des périodes les plus sanglantes de la décolonisation. Ancien chef du Mouvement pour la Communauté (MPC) en Algérie, Lucien Bitterlin (1932-2017) a, dès 1959, milité puis combattu pour l'autodétermination des Algériens. Il est resté jusqu'à sa mort en 2017 un fervent défenseur de la relation franco-arabe.

  • Guerres et paix au moyen-orient

    Lucien Bitterlin

    • Jean picollec
    • 15 March 2000

    Sur commande

  • Hafez el-assad

    Lucien Bitterlin

    • Jaguar
    • 17 September 1996
  • Le 23 juin 1939, le Sandjak d'Alexandrette, une région syrienne à la frontière turque d'environ 4 700 km² et peuplée alors de plus de 200 000 habitants, fut annexé par la Turquie à la suite d'un accord de cession signé par la France, puissance mandataire au Levant depuis 1920.
    Ce morceau de Syrie devint ainsi, par la faiblesse des gouvernements français de l'époque, issus de la Chambre de Front Populaire de 1936, partie intégrante de la Turquie.
    Alexandrette, le " Munich " de l'Orient, est le récit d'une capitulation, parmi d'autres, qui précéderont la défaite politique et militaire de la France en juin 1940.

    Sur commande

empty