Loïc Dauvillier

  • Nous n'irons plus ensemble au canal Saint-Martin commence un soir pour se terminer le lendemain matin. Pendant ces quelques heures écoulées, nous suivrons 3 histoires. Leurs points communs : un banc, un bar, le canal.

    Trois récits, trois dessinateurs, à chacun son histoire, même si elles s'entrelacent parfois. Au scénario, Sibylline et Loïc Dauvillier. Un duo pour trois "face-à-face" , violents, déchirants, émouvants où chacun reprendra sa route. Parce qu'on finit souvent comme on a commencé, seul. Parce que nous n'irons plus ensemble.

  • Beurk t01

    Loïc Dauvillier

    • Carabas
    • 21 June 2006

    Strap, Hecto et Couture sont trois petits garçons comme les autres. Enfin presque, Strap est une momie miniature, Hecto un fantôme rigolo et Couture ressemble à un épouvantail à qui on aurait oublié les yeux. D'ailleurs il n'arrête pas de se cogner dans tous les murs, les arbres, les maisons et même les navettes spatiales, mais ceci est une autre histoire.
    Nos trois héros vont à l'école, comme tout le monde. Une école comme les autres : cours de magie, cours de lévitation avec une crotte de nez, biologie de monstres en tout genres. On apprend tout à l'école... enfin presque.
    La tolérance, le droit d'être différent. Momie, méduse, petit vampire, fantôme, soit, mais il suffit qu'un petit garçon normal se pointe et personne ne veut lui parler.
    Surtout qu'en plus c'est l'anniversaire de Bella, la plus belle fille de la classe et ceux qui font ami-ami avec Jean-Louis (le petit garçon descendu d'une fusée) risquent fort de ne pas être invités.
    Mais avec un peu d'astuce, d'amitié et de bon sens, tout va finir par rentrer dans l'ordre et les quatre amis vont vite devenir inséparables.
    Magie, fantastique et amitié se retrouvent mêlés, dans cette histoire à rebondissements. Ces drôles de monstres vont nous en faire voir de toutes les couleurs, surtout à leur professeur. Mais aussi, ils pourraient bien au bout du compte se révéler plus humains qu'ils n'en n'ont l'air.

  • Lorsque Myrmidon change d'habits, le monde autour de lui n'est plus tout à fait le même. Et quand un chapeau de cow-boys lui tombe sur la tête, les flèches se mettent à pleuvoir, et les indiens ne sont pas loin.

  • Au début de l'histoire, le lecteur découvre une en-clume avec une épée fichée dedans en même temps que Myrmidon, et ce dernier, tel un chevalier, tente d'extraire l'épée. Rien ne se passe. Myrmidon chute sur un costume, qui s'avère être celui d'un chevalier. Ni une, ni deux, il l'enfile et retente sa chance en montant de nouveau sur l'enclume. Vic-torieux, il tend le bras, tenant dans sa main l'objet de tous ses efforts. Le bord gauche de la case est touché. Elle tremble. Apercevant ce phénomène, Myrmidon recommence en envoyant l'épée sur le bord droit de la case. Elle tremble de nouveau. mais le haut de la case tombe sur lui. Couché sur le sol, il com-mence à creuser pour s'extraire du piège de la case, mais le voilà qui se retrouve dans un antre où vit une effrayante et étrange créature.

  • Lorsque Myrmidon enfile un déguisement, le monde qui l'entoure n'est plus le même. Et lorsqu'il se retrouve parachuté avec une combinaison d'astronaute, on se doute que les extraterrestres ne sont pas loin. Voici donc le second volet des aventures de notre jeune héros Myrmidon créé par Loïc Dauvillier et Thierry Martin !
    L'histoire commence avec Myrmidon faisant tranquillement du vélo, lorsqu'il heurte une pierre. Myrmidon vole, se rattrape à une combinaison d'astronaute avec laquelle il se pose sur le sol. Il l'enfile, le voilà paré pour la suite de son aventure. Un casque roule jusqu'à ses pieds, de la fumée jaillit. Ni une, ni deux, il met le casque et avance à tâtons. Il se cogne contre une échelle qui mène jusqu'à un drôle de vaisseau et là, un petit homme vert arrive. Les ennuis ne font que commencer !

  • Monsieur Lapin s'est découvert une nouvelle passion : la peinture !

    Seul problème : il peine à trouver l'inspiration. Enfin...
    C'est sans compter sur Petit Lapin et son ami Petit Cochon. Les deux comparses vont accumuler bêtises sur bêtises au grand dam de Monsieur Lapin !
    Et si parfois l'inspiration était le fruit du hasard ?

    Cette mini-BD sans texte mais non dénué d'humour s'adresse aux primo-lecteurs. Elle invite à mettre en place la gymnastique de la lecture, en suivant la narration des cases et en se racontant « son » histoire. Le style cartoon est un excellent déclencheur pour s'approprier la position de lecteur.

  • Dounia est maintenant grand-mère.
    Son enfance est souvent au coeur de ses pensées. Ce soir, sa petite Elsa ne va pas lui laisser le choix. Dounia va devoir tout lui raconter.
    Absolument tout ! Ses amis, l'école, ses voisins, son papa, sa maman. Et aussi le port de l'étoile jaune, la rafle, les délations. et sa vie d'enfant cachée.

  • Lorsque Myrmidon enfile un déguisement, le monde qui l'entoure n'est plus le même...
    Vêtu d'une peau de bête et lance en main, Myrmidon se retrouve projeté à l'époque de la Préhistoire, mais attention à l'effrayant tigre aux dents de sabre...

  • Lorsque Myrmidon enfile un déguisement, le monde qui l'entoure n'est plus le même...
    Dans Myrmidon sur l'île des pirates, il est en train de pêcher quand soudain... un nouveau costume s'accroche à sa ligne. C'est un costume de pirate !
    Après avoir affronté des Indiens, fui un drôle de martien, combattu des dragons, Myrmidon s'apprête à prendre la mer pour échapper à ses nouveaux ennemis :
    Des squelettes. Mais est-ce la bonne solution ? Ne va-t-il pas rencontrer des pirates en chemin ?
    Pour sa quatrième aventure, Myrmidon manie cette fois le sabre avec brio afin d'échapper à ses poursuivants.
    La nouvelle mise en situation de Myrmidon par Loïc Dauvillier et Thierry Martin permet au jeune lecteur de prendre part à la course-poursuite haletante du héros. Sur terre comme en mer, le petit héros se joue vaillamment des codes de la bande dessinée et de l'aventure !

  • Londres, 1872. Le valet Passepartout entre au service du sévère et pointilleux Phileas Fogg. Ce dernier ayant parié qu'il ferait le tour du monde en quatre-vingts jours, ils embarquent tous les deux dès le lendemain pour un voyage semé d'embûches. Mais ils ignorent qu'ils sont suivis par un détective opiniâtre. Gageons que ce dernier ne parviendra pas à stopper leur formidable course contre la montre.

  • La récréation a une fonction pédagogique bien définie au sein de l'école : elle permet aux enfants de satisfaire des besoins (se dépenser physiquement, « s'aérer », se « recréer », se rencontrer, se confronter, échanger...) Elle participe aussi au développement de compétences (varier son activité motrice, doser ses efforts, s'adapter aux règles de vie de la cour et à de nouveaux jeux, s'adapter à un groupe « élargi », se repérer dans l'espace...). Elle est riche de petits soucis et de grands bonheurs. Tous ces ingrédients se retrouvent dans les multiples histoires racontées par les personnages de cette école. L'occasion de se remémorer nos bons ou moins bons souvenirs de récré !

  • Ne manquez pas l'occasion de redécouvrir les captivantes tribulations du célèbre orphelin londonien. Cette édition intégrale constitue un hommage à la hauteur du célèbre récit de Charles Dickens.

    Lorsque le malheur s'abat sur vous dès votre naissance, on se doute que la vie ne vous fera pas de cadeau. Né quelques minutes avant la mort de sa mère, Oliver Twist endure le pire de la misère. Placé dans un orphelinat où il ne connaît que privations et mauvais traitements, il survit au milieu de ses compagnons d'infortune. Épuisé, affamé, il s'enfuit puis est recueilli par une bande de jeunes voleurs...

  • Gwen m'a invité !
    Waouh ! Etre invité à son anniversaire c'est comme monter dans le vaisseau de Chewbacca. C'est l'endroit où tout le monde veut être. Et j'y serai !

    Mais en ouvrant l'enveloppe, je perds pieds, j'ai mal au coeur. J'ai chaud, j'ai froid...

    « Je t'invite à venir fêter mon anniversaire.
    J'espère que tu es libre samedi 2 juin à partir de 14h00.
    Gwen.
    Ps : Et surtout, n'oublie pas ton maillot de bain ».

    Je ne vais pas y aller.
    Je suis si déçu.
    Mais impossible de faire autrement. Tout le monde va se moquer de moi.
    Une seule solution. PLAN B !

    À moins que...

  • L'attentat

    ,

    • Glenat
    • 5 September 2012

    Amine Jaafari, arabe et israélien, est un chirurgien  reconnu à Tel Aviv où il vit avec son épouse Sihem. Il y mène une vie sans histoires quand un jour, après un attentat dans un restaurant qui fait dix-neuf victimes, la police israélienne l'informe que la kamikaze est... sa femme. Brisé par cette révélation, Amine décide d'aller à la rencontre de ceux qui ont poussé Sihem à commettre le pire afin de s'expliquer avec eux. A la recherche de la vérité, il va devoir admettre, et se confronter à, une réalité qu'il a refusé de voir, lui, l'arabe si bien intégré du bon côté du mur. Loïc Dauvillier et Glen Chapron signent une adaptation vibrante du roman de Yasmina Khadra, vendu à plus de 600 000 exemplaires en France et traduit dans plus de 20 pays. Un roman graphique poignant dans lequel le drame intime se mélange à la tragédie politique de l'inextricable conflit israélo-palestinien. Evitant l'écueil des jugements de valeur, ce récit bouleversant a le grand mérite de susciter plus de questions qu'il ne donne de réponses, et confronte le lecteur avec la douleur de chaque camp...

  • Hugo adore Cagoule, qui le lui rend bien. Alors quand Cagoule disparaît, Hugo s'inquiète. Avant d'avoir une très bonne idée... Hugo et Cagoule, c'est un récit sensible et muet, dans lequel Loïc Dauvillier évoque avec tendresse une histoire d'amitié entre un jeune garçon et son chat. Tristes, inquiets, perdus, l'un sans l'autre, ces deux compagnons pleins d'inventivité sont chacun prêts à tout pour retrouver leur complice de jeux.

  • C'est l'été, c'est les vacances. On part très tôt, bien avant qu'il fasse jour. Tata habite loin, tout là-bas, au bord de la mer, parce que le métier de son amoureux, c'est de fabriquer des huîtres. La mer, j'aime bien. Il y a du sable, du soleil, des vagues, des crabes. La seule chose que je n'aime pas, ce sont les huîtres ! Mais les parents, eux, ils adorent. Justement, ils étaient en train d'en manger quand le téléphone de maman a sonné. Rien qu'à sa voix, j'ai tout de suite compris qu'il se passait quelque chose de bizarre. Elle a demandé à Tata de nous emmener faire un tour, et quand elle nous a rejoints sur la plage, elle avait les yeux tout rouges. Elle nous a expliqué que le coeur de Pépé s'était arrêté et que les médecins ne pouvaient plus le redémarrer. Moi, je ne veux pas que Pépé il soit mort. J'avais encore plein de choses à lui dire.

  • Loïc Dauvillier et Clotka jeune dessinatrice venue du blog, abordent avec « Les équilibres instables » le thème des relations humaines, de la difficulté à communiquer, des quiproquos qui peuvent en découler 1- Le marketing téléphonique a le don de vous casser les pieds.
    2- Vous rêvez de déclarer votre flamme à une femme magnifique.
    3- Votre voisine du dessus se plaint régulièrement du bruit provenant de votre appartement Si vous êtes concernés par une de ces situations, « Les équilibres instables » sont pour vous. Mais attention, les choses ne sont pas toujours ce que l'on croit, ni celles que l'on aimerait qu'elles soient « Les équilibres instables » est le 3è album de Loïc Dauvillier dans la collection Absinthe. Après Ce qu'il en reste, il co-écrit Nous n'irons plus ensemble au canal Saint-Martin avec Sibylline. « Les équilibres instables » est composé de 5 récits cours et épurés.

  • En chemin, Monsieur LAPIN trébuche sur une carotte plantée dans le sol. La trouvant très apétissante, il tente de l'arracher. Hélas, il n'y arrive pas. C'est alors que Petit LAPIN lui propose de l'aide mais Monsieur LAPIN n'en veut pas et l'envoie promener. Il veut la carotte pour lui tout seul. Pourtant, il faut toujours compter sur un plus petit que soi.

  • Aujourd'hui tout le monde est là : Pépé et Mémé, bien sûr, mais aussi Papa, Maman, ma petite soeur. et Tonton. Lui, je l'adore, surtout lorsqu'il propose de faire une partie de foot dans le jardin. - Attention à mes tomates ! grogne Pépé. - Eh bien, biquet, répond tonton avec un large sourire, on a oublié ses heures de gloire ? Moi, je n'y comprends rien. De quoi tonton parle-t-il ? Et surtout, pourquoi appelle-t-il Pépé « biquet » ? Alors Pépé est allé chercher un vieux film dans lequel on le voit jouer au foot quand il était jeune. Tout jeune, sans même un cheveu blanc. Il courait si vite que tout le monde l'appelait « Biquet ». Les pépés aussi ont été jeunes, je n'y avais jamais vraiment réfléchi ! Dans la foulée, on a fait une partie de foot avec lui. Pépé courait beaucoup moins vite que dans le film. Mais peut-être un peu trop vite quand même. Dans la nuit, les pompiers l'ont emmené à l'hôpital. Je me demande si c'est à cause de la partie de foot. À cause de moi ? Mémé dit juste que c'est à cause du coeur de Pépé.

  • Après avoir cherché à extraire une carotte du sol, attraper un papillon et gonfler des ballons, Monsieur Lapin a décidé de s'attaquer à la réalisation d'une peinture sur toile.
    Il dispose de tout le matériel nécessaire à l'exception de l'inspiration. Heureusement, Petit Lapin est toujours prêt à aider Monsieur Lapin. Sans compter sur Petit Cochon qui ne sera pas très loin lui aussi !

  • Petit Lapin est en prise avec un sachet de ballons gonflables de toutes les couleurs. Il a beaucoup de difficultés à en gonfler un correctement. Soit qu'il n'a pas assez de souffle, soit que le ballon éclate. Comme s'il n'avait pas assez de difficultés seul, un nouveau personnage apparait dans la série : Petit Cochon, qui va mettre des bâtons dans les roues de l'entreprise de Petit Lapin à l'aide de sa sarbacane...

empty