Sud Ouest Editions


  • " le plus loin dont il me souvienne, c'est 1815, l'année que les étrangers vinrent à paris, et oú napoléon, appelé par les messieurs du château de l'herm " l'ogre de corse ", fut envoyé à sainte-hélène, par-delà les mers.
    en ce temps-là, les miens étaient métayers à combenègre, mauvais domaine du marquis de nansac, sur la lisière de la forêt barade, dans le haut périgord. c'était le soir de noël : assis sur un petit banc dans le coin de l'âtre, j'attendais l'heure de partir pour aller à la messe de minuit dans la chapelle du château, et il me tardait fort qu'il fût temps. " ainsi débute jacquou le croquant, un des romans les plus émouvants de notre littérature.
    eugène le roy y décrit, au soir de sa vie, la résistance et la révolte pendant la restauration d'un jeune paysan périgourdin face aux injustices et à la violence du marquis de nansac et de ses gens.

  • « C'était à Périgueux, le soir de la Saint-Mémoire de l'année 1844. Nous étions à souper dans notre petit logement de la rue Héras ; il y avait là mon oncle Sicaire, le meunier du Frau, et son vieux camarade et ami, M. Masfrangeas, chef de bureau à la Préfecture, puis moi troisième, jeune drôle de seize ans. La quatrième place était celle de ma mère ; mais la pauvre femme ne s'asseyait que par moments, tant elle était occupée du service, comme c'est la coutume chez les petites gens, dans notre vieux Périgord... »


  • « Le petit castel de Guersac est situé sur les bords de la Vézère, non loin de la région des grottes préhistoriques qui ont fait une célébrité à ces cantons si pittoresques et autrefois si inconnus du Périgord... »
    Mademoiselle de La Ralphie (1896) raconte la déchéance d'une fille de la noblesse dévorée par la passion pendant la Monarchie de Juillet. Ce roman méconnu d'Eugène Le Roy méritait cette nouvelle édition, présentée par Joëlle Chevé, auteur de Eugène le Roy, Icare au pays des croquants.


empty