Laurent Douzou

  • Juin 1940.
    La France, humiliée et défaite, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Pourtant, aussitôt, une poignée d'hommes et de femmes décident de " faire quelque chose Cette phase pionnière est suivie d'une lutte longue et incertaine pour transformer cette volonté de résistance en une action structurée aussi efficace que possible. Rude tâche tant pour la Résistance intérieure que pour la France Libre qui, non sans frictions et désaccords, s'épaulent au fil du temps.
    Filières d'évasion, collecte de renseignements, publications clandestines, faux papiers, attentats... graduellement, malgré une répression féroce, la Résistance tisse sa toile. En 1943 et 1944, tout en ne cessant jamais d'être minoritaire, elle s'enracine socialement, gagnant le combat idéologique et politique qu'elle livre à l'occupant et au gouvernement installé à vichy. Laurent Douzou retrace l'histoire, les combats, les souffrances de cette " armée des ombres " qui eut le courage et l'audace de mettre sa morale en action.

  • Engagés dans une lutte clandestine à la vie à la mort, les résistants se posèrent avec insistance la question de savoir comment on écrirait un jour leur si singulière histoire. La Libération à peine survenue, acteurs et historiens s'attelèrent à la tâche avec le soutien actif du pouvoir politique. Des efforts tenaces, sinon toujours convergents, composèrent au fil des ans une historiographie tissée de plusieurs milliers de publications et traversée de passion, de débats, de polémiques. Cette historiographie n'aura cessé d'être tenaillée entre la nécessité de respecter une épopée où l'éthique a joué le premier rôle et l'obligation de mettre à distance et en perspective les événements qui l'ont jalonnée. Comment historiens et acteurs ont-ils composé avec cette double exigence? S'il faut défaire les pieuses légendes quand leurs liens avec la réalité sont ténus, on ne saurait pour autant faire fi du prestige, source de légendaire, que cette histoire secréta jour après jour alors qu'elle se frayait dangereusement un chemin. En somme, comment, depuis soixante ans, a-t-on tenté de rendre compte des spécificités et de la complexité de la Résistance française? Voilà l'objet de cet essai.

  • Lucie Aubrac

    Laurent Douzou

    Lucie Aubrac est l'une des figures les plus marquantes et les plus romanesques de la Résistance.
    Elle incarne le combat juste, pour l'honneur, la paix et les droits de l'homme. Mais elle est également une femme complexe, dont la relation à sa propre histoire constitue à elle seule un objet d'études. Laurent Douzou, spécialiste de la France des années noires, a eu accès aux archives privées de la résistante. Il a pu aussi explorer celles du Parti communiste français, dont elle se réclamait, tout en faisant preuve d'une grande indépendance à son égard.
    L'auteur nous révèle un personnage paradoxal, inattendu et attachant, loin des légendes ou des hagiographies d'après-guerre.

  • Du milieu des années 1930 à la fin des années 1940, dans tous les pays européens du pourtour méditerranéen, des femmes et des hommes ont combattu, selon des temporalités et des modalités différentes, dans des mouvements de résistance antifasciste, que ce soit contre le régime en place ou contre une armée d'occupation, au premier chef l'armée allemande. Dès le temps de la lutte et à la sortie de cette phase de longues et intenses convulsions, la question de la place et du rôle des femmes a été soulevée, souvent par les acteurs et les actrices eux-mêmes. Elle a plus encore retenu l'attention de la recherche scientifique à dater des années 1970, quand les revendications féministes ont fait irruption dans le monde intellectuel et sur l'avant-scène publique. En revanche, les questions liées à la catégorie de genre n'ont été prises en compte que tout récemment et de façon inégale en fonction de l'aire géographique. Ce champ d'investigation relève davantage encore actuellement d'un chantier en pleine ébullition que d'un jardin à la française. C'est sur ce chantier que les artisan-e-s de cet ouvrage ont réfléchi ensemble dans une perspective transnationale qui en modifie les caractéristiques et la perception. Venu-e-s d'Australie, d'Espagne, des États-Unis, d'Italie, de France, de Grèce, de l'ex-Yougoslavie, leurs contributions éclairent différemment une période qui défie volontiers l'analyse.

  • Non, tout le monde n'est pas devenu pétainiste après la débâcle ! Non, tous les mouvements de résistance n'ont pas été noyautés par les communistes à la solde de Moscou ! En s'appuyant sur de nombreuses archives, dont celles du mouvement Libération-Sud, ce livre raconte pourquoi des hommes et des femmes aussi différents qu'un officier de marine libertin, un philosophe normalien féru de mathématiques, une jeune militante communiste du Quartier Latin et un banquier fondateur de ligue contre l'antisémitisme, ont refusé de se soumettre.
    Et c'est ainsi qu'Emmanuel d'Astier de la Vigerie, Jean Cavaillès, Lucie Aubrac et Georges Zérapha, rejoints par d'autres, de plus en plus nombreux au fil du désenchantement, ont appris à résister, à s'organiser pour durer et à tracer la voie de la désobéissance.

  • Le Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale montre l'implication des résistants et de leurs associations dans l'historiographie de la Résistance. Cet ouvrage se veut une étude dépassionnée des relations entre historiens et acteurs de l'histoire et du lien entre évolution historiographique et demande sociale. Est-on effectivement passé « de la mémoire à l'histoire » ? L'apport du Comité, analysé, est aussi mis en perspective par des travaux anglo-saxons, allemands, belges et espagnols.

    Sur commande
  • De 1940 à 1944, la France a vu se mettre en place, sous l'égide de l'État français, une politique d'exclusion et de persécution des Juifs.
    Un des volets essentiels de cette action liberticide consista à spolier les juifs de leurs biens, ce qui eut pour effet d'accentuer leur marginalisation et de les rendre plus vulnérables encore à l'entreprise d'extermination conduite par les Nazis. Embrassant le département du Rhône, cet ouvrage, qui résulte d'un rapport rédigé dans le cadre de travaux d'une Commission d'enquête créée le 14 mars 1997 à l'initiative de la ville de Lyon, relate la mise en oeuvre de cette politique dite d'aryanisation, examine le sort réservé aux propriétaires et aux biens.
    Il décrit aussi l'entreprise de restitution commencée dès le lendemain de la Libération. Au-delà des évaluations chiffrées visant à prendre la mesure de la spoliation, l'ouvrage tente de faire entendre la voix, étouffée mais audible, des victimes prises dans les funestes conséquences d'une politique bafouant le droit le plus élémentaire.

    Sur commande
  • Trois historiens, spécialistes de la Résistance, ont décidé de conjuguer leurs expertises, de croiser leurs regards, de se soumettre à une critique réciproque et exigeante. S'appuyant sur une abondante littérature, les auteurs se sont attachés à dérouler un récit qui prend parfois à rebours, comme dans le cas de la mémoire de la Résistance, les thèses communément admises.
    Chacun des dix-sept chapitres du livre s'ouvre sur un document visuel - photo d'identité, reproduction d'une feuille clandestine, cliché d'une scène publique ou privée - qui illustre une facette de cette histoire, saturée de représentations mais si pauvre en illustrations. Ces documents variés font ainsi office de portes d'entrée vers un monde par nature difficile à saisir, celui de la lutte clandestine.
    /> Tout en suivant la trame chronologique de la période, depuis les premières manifestations du refus en 1940 jusqu'aux libérations du territoire à l'été et à l'automne 1944, c'est bien une approche anthropologique du phénomène qui a été privilégiée. Elle conduit à mettre l'accent sur la densité extrême du temps résistant, à scruter ses pratiques et ses sociabilités, à interroger aussi les liens qui se tissent peu à peu avec la société. Elle cherche à comprendre ce que vivre en Résistance pouvait concrètement signifier. Soumis à un danger permanent, sans modèle préalable auquel se référer, l'univers clandestin de la Résistance, enfoui et invisible, n'aura en réalité jamais cessé d'inventer sa propre action. Il a généré des expériences d'une extrême variété tout en exposant l'ensemble de ses protagonistes, où qu'ils aient oeuvré, à des risques identiques et mortels.

  • La transgression traverse et interroge toutes les époques et toutes les sociétés. Le concept recouvre quantité de pratiques diverses au point d'être utilisé souvent extensivement et abusi- vement. Les choses pourtant paraissent simples. Transgresser, c'est aller au-delà de limites juridiquement, politiquement et socialement établies ; c'est aussi s'aventurer hors du territoire dessiné par le code moral de chacun. Au-delà de cette définition sommaire - qui n'intègre pas, par exemple, le vertige enivrant et libérateur qui peut accompagner la transgression, cet « éclair dans la nuit » dont parlait Michel Foucault - comment définir en toute rigueur, à partir de cas précis, ce que transgresser veut dire ?
    L'atelier « Sociétés en guerre » qui, au sein du laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, réunit chercheuses et cher- cheurs qui croisent fréquemment les pratiques transgressives dans leur travail, s'est attelé à cette tâche. La question de savoir ce que la notion de transgression désigne et implique se pose, en effet, de manière particulièrement aiguë en temps de guerre.
    D'où le parti d'aborder cette expérience de la transgression dans une perspective pluridisciplinaire à partir d'une observa- tion sur le temps long, de la Grèce antique à l'expérience contemporaine de la guerre civile au Rwanda.
    Les éléments de réponse que l'ouvrage apporte mettent en lumière le fait que la transgression est chose exigeante et, sou- vent, plus difficile à vivre et à admettre qu'on ne le croit.

    Sur commande
  • Afin de permettre aux professeurs du second degré d'assurer efficacement l'enseignement de la Résistance, l'ouvrage offre une synthèse actualisée de cette page d'histoire. Rédigé par des historiens de renom, il jette une passerelle entre la recherche et la pédagogie, en lien avec les programmes.

    Sur commande
  • Souvent réservé aux seuls collectionneurs, le timbre a cependant beaucoup à nous dire de la façon dont on représente une époque. Le pari original et novateur qu'ont fait ici Laurent iront Duzou et Jean Novosseloff est de l'arracher à ce cercle restreint pour se demander ce qu'il peut nous dire de précis sur la mémoire publique et officielle. Que peut-on apprendre sur la mémoire de la Résistance et de la déportation des images véhiculées par les timbres ? D'une banalité extrême par définition, le timbre est un indicateur sans pareil des orientations et impulsions que l'Etat entend donner à la mémoire officielle.
    On choisit de magnifier certains épisodes pour en oublier d'autres : le timbre est ainsi le sujet d'une véritable politique historiographique.

    Sur commande
empty