Laurence Vanin

  • À l'heure de la télé-réalité, d'Internet, du fast-food, de la course à la consommation et d'une existence à grande vitesse, est-il possible de prendre le temps d'une pause pour philosopher ?
    Cet ouvrage, par la justification du philosopher, invite à conquérir ou re-conquérir sa liberté intellectuelle et son indépendance dans l'action. Cette liberté permet ensuite à l'homme de décider, d'agir en conscience, d'être responsable de ses choix pour être créateur de son projet de vie.
    Ce livre s'adresse à tous ceux qui souhaitent aujourd'hui prendre le temps d'une sereine réflexion pour mieux appréhender les contingences du monde moderne.

  • Pendant des mille´naires les villes ont maille´ l'histoire des civilisations et des peuples, aspirant les femmes, les hommes et concentrant les richesses et les savoirs. Si les premie`res villes apparaissent avec les e´critures ; il revient a` notre e´poque d'inventer celle de demain a` l'e`re du nume´rique. Alors que l'espe´rance de vie a cru dans les espaces urbains au cours du sie`cle dernier, on observe de nos jours la tendance inverse. Aujourd'hui, une gigantesque re´volution e´lectrique englobe notre monde, stimule´e par les ge´ants d'internet. Les moyens sont a` notre porte´e et la plupart n'ont pas besoin d'e^tre invente´s. Il reste a` en faire la synthe`se cre´atrice car ce sont bien les villes et les hommes qui font l'histoire. Cet ouvrage collectif propose la re´flexion de scientifiques, d'entrepreneurs, etc. qui s'interrogent sur l'e´mergence d'une ville intelligente, la Smart City en posant une e´cologie citadine qui, d'une certaine fac¸on, s'articule sur un biomime´tisme observe´ dans les e´cosyste`mes les plus complexes. Il s'agit de coe´volution, autrement dit de multiples me´canismes qui e´tablissent des interrelations entre des acteurs (entreprises, le secteur prive´ ou public, territoires, citoyen) qui se rendent des « services mutuels ».

  • Les aventures du moi

    Laurence Vanin

    • Ovadia
    • 6 June 2014

    Il est un ourson célèbre et aimé de tous, né sous la plume de a. a. Milne, un journaliste -particulièrement attentif à l'évolution de son fils, le timide Christopher Robin - qui entreprit par l'entremise d'un conte d'initier son enfant à bâtir sa personnalité. Si Winnie a emporté l'adhésion des jeunes enfants à qui il s'adressait, il est aussi parvenu à séduire les parents qui accompagnaient les têtes tendres sur les voies de l'humanité :« comprends et tu seras un homme mon fils ! » Pourquoi Piglet, le petit cochon, s'inquiète-t-il ? Eeyore est-il si pessimiste ? Tiggre est-il si ambitieux, tandis que le lapin opine et Maître Hibou s'enferme dans sa docte pensée devant un petit ours débonnaire qui se révèle être « le plus sage des ours » ?
    Laurence Vanin livre les clés de sagesse qui se dessinent derrière ces saynètes. Elle explique comment chacun doit conquérir sa liberté en s'éprouvant dans le monde et au contact des autres.
    Laurence Vanin montre que les aventures de Winnie the Pooh alimentent, par strates, la construction du « Moi » et révèle ainsi avec pertinence ce que cache cette oeuvre célèbre dont la quête du sens se trouve... en suivant la Voie !

    Sur commande
  • Sur commande
  • Laurence Vanin est à notre connaissance une des rares femmes non pas à lire Tintin (il en est d'autres même si le sexe féminin n'est pas vraiment à l'honneur chez Hergé) mais à écrire sur Tintin. Elle philosophe - c'est normal, c'est son métier ! - et en bonne pédagogue, réussit à nous " éveiller , à nous donner envie de relire autrement les aventures de Tintin... et Milou (le Surchien nietzschéen... à moins qu'il ne s'agisse d'un " nietzschien " !). Elle nous invite à nous interroger sur le " binôme alchimique " Hergé et Tintin. Et elle n'hésite pas à évoquer une " tintinsophie " (j'aurais préféré " tintinosophie "), à défendre l'idée que les aventures de Tintin le vertueux contiennent une sagesse, une sophia comme dit notre philosophe.

  • "Nous avons été particulièrement intéressés par deux aspects de cet ouvrage : la capacité propre à l'auteur de redonner une certaine rationalité à l'État et de ce fait à l'institutionnalisation du politique. et, d'autre part, à cette théorie de l'efflorescence citoyenne qui transforme le citoyen en ce qu'il ne devrait jamais cesser d'être, une promesse engendrée par le politique. Nous pouvons souligner l'originalité et la pertinence qui consistent à repenser l'État en dépassant ou en rénovant les théories habituelles..."

  • L'énigme de la rose

    Laurence Vanin

    • Ovadia
    • 11 December 2013

    Il est des livres qui favorisent l'éveil et dont la densité s'intensifie à mesure qu'ils sont lus ou relus par des lecteurs attentifs et sensibles aux préceptes de sagesse qu'ils délivrent. Le petit prince de Saint-Exupéry compte parmi eux... Les quêtes terrestres évoquées dans cet ouvrage laissent présager d'un message sous-jacent que Laurence Vanin s'est attaché à traduire - d'autant que le mouvement de déplacement ou translation qu'effectuent le petit prince et le pilote, entre le moment de la panne en plein désert et celui de la découverte d'un puits, atteste d'un chemin parcouru et de la quête d'un breuvage « sacré » indispensable à l'humanité. Qui se cache derrière la Rose ? Comment comprendre l'exigence d'un mouton ? Pourquoi les grandes personnes portent-elles des cravates ? Pourquoi évoquer un allumeur de réverbères ou chérir une étoile ? Tant de mystères en un si court récit... L'auteur élucide un ensemble d'énigmes jusque là ignorées car insoupçonnées par bon nombre de lecteurs. Cet ouvrage apporte donc un éclairage indispensable à la relecture du Petit Prince et en surprendra plus d'un...

    Sur commande
  • Chaque fois que les hommes parlent du temps, ils le connotent d'une valorisation typiquement humaine : « Prendre du bon temps », « perdre son temps », « la fuite du temps ». Cette expérience immédiate, affective et bouleversante favorise un discours quasi simpliste ou nostalgique sur ce temps considéré comme ce qui enferme le tragique ou le pathétique de la condition humaine, vouée à la finitude.
    Le paradoxe réside donc, en ce fait qu'il paraît complexe de dire l'essence du temps, d'autant que souvent chacun en est réduit à n'en faire qu'une description mesurable, chronologique ou phénoménologique.
    Toutefois cette conception d'un temps essentiellement linéaire ne semble pas rendre compte de l'aspect cyclique ou rythmé de certaines manifestations (notamment naturelles), ni même des résurgences du passé par l'intermédiaire de la mémoire, ou encore des projets et des anticipations envisagés en prévention d'un « à-venir ».
    L'embarras réside, spécifiquement, dans cette aporie à donner une consistance au temps typiquement humain face à la perfection ontologique d'une éternité : Ontologie qu'il importe de situer en l'homme par opposition à une entité extérieure rendue visible par l'instrument de mesure, mais qui ne peut coïncider avec l'intériorisation du temps intuitionné au coeur de l'être en plein étance.
    Ontologie à distinguer notamment d'un Être suprême qui échappe à toute temporalité et présuppose son immuabilité et dont l'homme, dans son statut d'être livré au temps, est coupé.
    Au regard de cette complexité, nous pouvons réitérer la question : Qu'est-ce que le temps et comment le penser ? Comment égrener une philosophie du temps comparable à la saisie de l'écoulement de grains de sable dans un sablier et palper au coeur même de la vie, dans son efflorescence la puissance de l'instant ?
    L'ouvrage de Laurence Vanin fournit un ensemble d'éléments susceptibles d'orienter le lecteur vers des réponses.

  • Entretien philosophique entre Laurence Vanin et Brigitte Lacombe. Laurence Vanin est philosophe, essayiste, docteur en philosophie politique et épistémologie. Elle enseigne à l'Université de Toulon où elle est directrice pédagogique de l'Université du Temps Libre. Elle dirige avec D. Rémi la collection scientifique « De Lege Feranda » chez E.M.E, « Label-Idées » et « Chemins de pensées » aux Editions Ovadia. En dehors de ses activités scientifiques, elle anime des pauses philo et des forums destinés au grand public. Brigitte Lascombe est auteure et chroniqueuse littéraire, productrice sur RCF Méditerranée. Musique : Maurice Clément-Faivre.

  • La Colère : Mal nécessaire ou mauvaise conseillère ?
    Laurence Vanin commence par définir la colère: "c'est une passion, que je subis et qui me faire sortir de moi-même".
    Laurence Vanin évoque ensuite l'Histoire et le « J'accuse » de Zola pour expliquer que l'injustice crée de la colère. Elle abordera aussi les philosophes anciens et les modernes et leurs différentes approches de la colère.

    L'être humain : Laurence Vanin aborde les différentes notions d' "être humain", le situe dans l'Histoire, puis dans l'univers comme un élément parmi de nombreux autres . Elle nous invite enfin à nous demander si l 'homme est toujour s humain en s'appuyant sur Pascal, Sartre et Nietzsche.

  • Entretien philosophique entre Laurence Vanin et Brigitte Lacombe. Laurence Vanin est philosophe, essayiste, docteur en philosophie politique et épistémologie. Elle enseigne à l'Université de Toulon où elle est directrice pédagogique de l'Université du Temps Libre. Elle dirige avec D. Rémi la collection scientifique « De Lege Feranda » chez E.M.E, « Label-Idées » et « Chemins de pensées » aux Editions Ovadia. En dehors de ses activités scientifiques, elle anime des pauses philo et des forums destinés au grand public. Brigitte Lascombe est auteure et chroniqueuse littéraire, productrice sur RCF Méditerranée. Musique : Maurice Clément-Faivre.

  • Aujourd'hui, la mort ne présente plus ce caractère inéluctable qui, par nature, est le sien. Des médecins, de plus en plus performants grâce à la technologie moderne, assistés par un personnel soignant aussi compétent que dévoué, luttent jour et nuit pour en repousser les limites, voire la vaincre.
    Mais l'homme parviendra-t-il, un jour, à assouvir son vieux rêve d'immortalité ? Les progrès de la science le rassurent quant à l'avenir de l'humanité à moyen terme, et l'hubris, cet orgueil démesuré qui peut s'emparer de l'homme, lui fait croire qu'il sera, un jour, l'égal de Dieu.
    Heureusement, la philosophie est là pour le ramener sur terre, lui rappeler sa finitude et le placer face à ses responsabilités.
    Un médecin, un chirurgien et une philosophe ont, un jour, décidé de consacrer leur vie au service de l'humanité. Ils relatent ici leur expérience au chevet des malades et ont à coeur de méditer le rôle de la main comme prolongement du cerveau dans la relation à l'autre.
    Si la guérison du corps et de l'esprit vont de pair, c'est bien un message d'espoir qui est délivré ici.

    Sur commande
  • Si, comme le pense pascal, des petits riens peuvent être responsables de grandes conséquences, il est peut-être intéressant de se pencher sur ces détails, en apparence insignifiants, pour mieux comprendre et expliquer les événements et les pensées majeures que nous rencontrons.
    C'est tout l'objet de l'ouvrage de laurence vanin-verna, " les philosophes vus autrement ", qui nous présente les grands noms de l'histoire de la philosophie par les petites anecdotes et autres excentricités de leur vie quotidienne. qu'ils tombent dans un puits par distraction (thalès), vivent dans un tonneau (diogène) ou invitent des inconnus à leur table chaque midi (kant), les philosophes ont en effet laissé à la postérité des petites histoires, insolites et savoureuses, de leur vie de tous les jours, qui peuvent illustrer et expliquer en toute simplicité leurs pensées les plus profondes.
    Par cette série d'anecdotes des grands penseurs, laurence vanin-verna, nous propose ainsi de regarder l'histoire de la philosophie par le " trou de la serrure ". l'ouvrage s'adresse à quiconque, néophyte comme initié, veut pouvoir lire et apprendre en philosophie de manière simple, ludique et originale.

    Sur commande
  • L'annonce faite par Nietzsche de la " mort de Dieu " a ébranlé tout le XXe siècle. D'autant que, par la suite, les guerres et leurs atrocités, les tragédies des camps et des bombes détruisant Nagasaki et Hiroshima ont aggravé ce sentiment qu'il ne pouvait y avoir un Dieu qui aurait pu permettre tout cela. D'un point de vue philosophique la mise à mort de Dieu vient mettre un terme à tout un pan de l'histoire de la philosophie médiévale ou classique dont pieu était soit le référent, soit la clef de voûte. L'auteur dresse ici un panorama de l'histoire de la philosophie afin d'expliquer l'évolution du concept de Dieu depuis l'Antiquité à nos jours. Le philosophe, outre les questionnements sur le monde et sur l'homme, ne se doit-il pas aussi de sonder les mystères de l'origine de l'humanité ? Cet ouvrage explique les différences entre le Dieu de la foi et celui de la philosophie. Au centre de cette réflexion Dieu sera tour à tour défini, nié, malmené... A terme, le concept de Dieu pourra-t-il résister ?

empty