Karine Mauvilly

  • Nous ne sommes pas condamnés à crouler sous les datas et à obéir à des logiciels.

    La vie numérisée qui s'impose de plus en plus à nous porte gravement atteinte à l'environnement ; des multinationales high-tech pratiquent le vol de données et la captation d'attention ; nos capacités naturelles d'orientation, de mémoire ou d'empathie sont affectées. Face à ce projet de société digitale peu humaniste, le cyberminimalisme propose une reconquête de notre pouvoir de décision en tant qu'humains et citoyens face aux machines.

    Au travail, en famille, entre amis, pour nos loisirs ou dans le choix de nos équipements, l'auteure préconise un mode de vie moins numérisé. Le cyberminimalisme n'est pas la cyberabstinence, c'est une reprise de contrôle, tantôt par l'évitement numérique, tantôt par la maîtrise informatique. Préparez-vous à acheter du numérique d'occasion, à adopter des logiciels libres, à profiter de la vie sans poster sur les réseaux sociaux, à agrandir votre zone non numérique. Et comme la liberté se construit dès l'enfance : pas de téléphone portable avant 15 ans !

  • Pendant que certains cadres de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans écrans, la France s'est lancée, sous prétexte de « modernité », dans une numérisation de l'école à marche forcée - de la maternelle au lycée. Un ordinateur ou une tablette par enfant : la panacée ? Parlons plutôt de désastre.
    L'école numérique, c'est un choix pédagogique irrationnel, car on n'apprend pas mieux - et souvent moins bien - par l'intermédiaire d'écrans. C'est le gaspillage de ressources rares et la mise en décharge sauvage de déchets dangereux à l'autre bout de la planète. C'est une étonnante prise de risque sanitaire quand les effets des objets connectés sur les cerveaux des jeunes demeurent mal connus. C'est ignorer les risques psychosociaux qui pèsent sur des enfants déjà happés par le numérique.
    Cet essai s'adresse aux parents, enseignants, responsables politiques, citoyens qui s'interrogent sur la pertinence du « plan numérique pour l'école ». Et s'il fallait au contraire faire de l'école une zone refuge, sans connexions ni écrans, et réinventer les pistes non numériques du vivre-ensemble ?

empty