Justine Faure

  • Quelques mois à peine après la victoire de 1945, la Grande Alliance entre les Etats-Unis et l'URSS vole en éclats.
    La guerre froide commence. Le premier champ d'affrontement entre les deux super-grands a lieu en Europe centrale. Son épicentre : la Tchécoslovaquie. On y lit les prémisses de la rupture entre les deux anciens alliés, les tentatives secrètes de rapprochements, les tensions brutales et surtout la préparation très en amont par les services secrets américains de l'après-guerre froide : la constitution d'un pont entre Washington et Prague destiné à endiguer la puissance de la vieille Europe lors de son élargissement (avril 2004).
    L'Ami américain explore pour la première fois, à Washington et à Prague, les archives des deux adversaires devenus aujourd'hui alliés. Il offre une vision neuve de la politique américaine en Europe centrale en s'appuyant sur des sources jusqu'ici inédites : rapports secrets de la diplomatie américaine, archives du gouvernement tchèque ou russe, etc. On y découvre, entre autres, comment les Etats-Unis entreprirent de déstabiliser la puissance soviétique en expérimentant derrière le rideau de fer les nouvelles armes de la guerre froide : opérations militaires paraclandestines, guerre psychologique, actions des lobbies d'immigrants européens favorables à l'intervention, création de l'idée de croisade pour la liberté...
    L'Histoire a montré que cette guerre secrète n'était pas parvenue à déstabiliser l'URSS. Mais cette relation trouble entre Washington et Prague a durablement accrédité en Europe orientale l'idée que l'ami américain était depuis toujours actif et soucieux de l'indépendance politique d'une autre Europe. Les meilleurs alliés d'aujourd'hui sont souvent les meilleurs ennemis d'hier.

  • La troisième édition de cet ouvrage vise à faire le point sur :
    - l'histoire des relations internationales depuis la fin de la Première Guerre mondiale ;
    - les questions régionales, tant dans leurs problématiques structurelles que dans leurs développements les plus actuels ;
    - les grands thèmes qui traversent la matière : droit, questions de défense, économie, enjeux globaux (environnement, matières premières, criminalité, etc.).

  • Quel rôle jouèrent au cours de la Guerre froide le Mexique, la RDA, l'Ukraine ou encore Cuba ? Ces pays ne furent-ils que des partenaires mineurs des deux Grands, objets passifs aux mains de Moscou ou de Washington et soumis à leur entière volonté ? Les réponses apportées à ces questions ont été profondément renouvelées depuis les années 1990 grâce à une approche désormais mondiale de la Guerre froide qui, par le dépassement du strict cadre de la rivalité américano-soviétique, en a considérablement enrichi la compréhension.

    Ce numéro, en "décentrant" le regard du centre (les deux Grands) vers les périphéries de la Guerre froide, se propose ainsi d'éclairer les visages locaux du conflit et de montrer combien les pays d'Europe et du Tiers- monde ont su devenir au cours de ces décennies de véritables acteurs internationaux capables de défendre leur intérêt national et d'influencer les grandes puissances.

    Avec les contributions de Mario Del Pero, Justine Faure, Sabine Dullin, Etienne Forestier-Peyrat, Matthieu Gillabert, Vanni Pettinà, David Engerman, Amélie Regnauld, Sacha Markovic, Piero Gleijeses, Emmanuel Droit, Laurence Badel, Pierre Grosser, Odd Arne Westad, Jessica Hendrick.

  • En 1968, l'onde de choc est mondiale. On parle d'"Internationale de la contestation" et "d'événement-monde". Analyser 1968 de l'Asie à l'Europe en passant par les Amériques conduit à interroger la synchronie des faits et les dynamiques à l'oeuvre, les contenus, registres et répertoires, enfin les lieux. Il s'agit d'étayer l'histoire de ce "moment" particulier dans le monde marqué par une relative simultanéité des événements, des thématiques communes, des flux transnationaux exceptionnellement visibles.

    Sur commande
empty