Justine Breton

  • "Auteur d'une oeuvre riche et variée, d'inspiration largement autobiographique, T.H. White (1906-1964) se revendique d'abord comme un enseignant. Si l'on retient surtout de lui l'adaptation par Walt Disney de son roman de fantasy The Sword in the Stone (Merlin l'Enchanteur), la production littéraire de White est bien plus large et ne semble unifiée que par son goût pour l'éducation. Tout au long de sa carrière comme dans sa vie privée, il s'efforce d'apprendre et de transmettre, accordant autant d'importance à la culture littéraire qu'aux savoir-faire pratiques. Depuis sa scolarité en « public school » jusqu'à ses conférences aux États-Unis, il conçoit l'apprentissage comme un besoin inné et l'enseignement comme une nécessité vitale."

  • En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens - royal, chevaleresque, féminin et même populaire - de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

    Sur commande
  • Merlin est-il le fils d'un démon et d'une pucelle ? Perceval a-t-il lu la Poétique d'Aristote ? Le Saint-Graal serait-il en réalité un bocal à anchois ? Kaamelott, série écrite et réalisée par Alexandre Astier, a marqué son public par son humour et ses répliques-cultes.
    Mais faut-il prendre au sérieux la façon dont elle réécrit l'histoire, celle de la légende arthurienne, mais aussi celle de ce moment crucial qu'est le Ve siècle de notre ère, entre Antiquité tardive et Moyen Âge ?
    C'est le pari qu'a fait une équipe de jeunes chercheurs : montrer que, par-delà les anachronismes, Kaamelott produit sur la période en question un discours riche d'enseignement. Tant il est vrai que chaque génération réactualise ses mythes, les parodiant ou les réinventant pour mieux se les approprier.

  • En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu'il s'agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l'on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d'enfants, garçons et filles d'apparence ordinaire mais recelant d'impressionnants pouvoirs, apparaissent comme des héros privilégiés, vivant de grandes aventures magiques, mais où il est fréquemment question de transition vers l'adolescence ou l'âge adulte : l'enfance en fantasy ne serait-elle qu'un point de départ qu'il faut quitter ? Quels sont les thèmes spécifiques liés au monde de l'enfance, quand celui-ci est empreint de magie ?
    D'ailleurs, peut-on considérer qu'il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adulte ? Si l'enfance en fantasy est aussi variée que dans la réalité, peut-on véritablement définir ce qu'implique de grandir en fantasy ? À travers des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces oeuvres en bibliothèque, ce numéro des Cahiers Robinson étudie la place de l'enfance en fantasy.

  • Monty python. sacre graal ! de terry gilliam et terry jones Nouv.

empty