Judith Peignen

  • Premier tome d'un diptyque plein de sorcellerie !
    Zora est une pétillante sorcière de 12 ans qui vit, avec sa grand-mère Babouchka, sur le toit d'un immeuble parisien. Victimes de la chasse aux sorcières, elles ont trouvé refuge dans une étrange maison, invisible aux yeux des Nonsorciers et entourée d'un immense jardin magique qui les protège de tous dangers. La vie pourrait être douce mais entre la jeune fille et son aïeul : c'est la guerre. Babouchka n'aspire qu'à une chose que sa petite fille ait une vie normale, une vie dans le monde des Nonsorciers. Zora refuse de céder, elle, ce qu'elle veut, c'est être une sorcière ! Partir à l'aventure, sauver le monde, avoir une existence survoltée pleine de monstres, de périls et de dangers ! Malheureusement, sa grand-mère use de ses pouvoirs pour l'envoyer, contre son gré, au collège du coin... Loin des sortilèges et des potions, Zora découvre les histoires d'amitié, le besoin d'indépendance, les moqueries des camarades, les élans amoureux. Mais ces nouvelles expériences ont un prix que Zora n'est pas prête à payer : la magie. Une attitude qui risque de mettre en danger toute la communauté des sorcières... En abordant avec délicatesse et humour les questions de la différence et de la transmission, Les sortilèges de Zora forme un récit merveilleux aussi attachant qu'intelligent.

  • Pour les vacances de Pâques, Théa, Pénélope et toute la bande participent à un stage. Au programme : équitation en liberté pour les plus grands, carrousel pour les plus jeunes avec comme objectif de présenter un spectacle à la fin du séjour ! Mais la colo c'est aussi dormir (et surtout ne pas dormir) dans une roulotte, manger autour d'un feu, jouer à action ou vérité, découvrir l'amour... Alors pas facile de rester concentrées sur l'équitation pourtant, en cas de doute ou de petit chagrin, le cheval reste le meilleur des confidents.
    Avec Théa, cavalière, les jeunes lectrices et lecteurs ont enfin une série de BD qui raconte la vie d'un centre équestre et la relation fascinante entre l'humain et le cheval !

  • La vie bondissante d'une passionnée d'équitation !

    Théa est aux anges. Son stage se passe à merveille, elle peut pratiquer sa passion toute la journée et elle a même rencontré l'amour ! Mais l'équitation n'a pas que ses côtés glamour. Remplir les abreuvoirs, nettoyer les boxes, ranger le matériel... tout cela fait aussi partie de la vie en club, et ce n'est pas une partie de plaisir tous les jours. Surtout quand quelqu'un s'amuse à saboter votre travail... La bonne humeur de Théa est mise à rude épreuve. Va-t-elle tenir le coup ?

    Avec Théa cavalière, les jeunes lectrices et lecteurs ont enfin une série de BD qui raconte la vie d'un centre équestre et la relation fascinante entre l'humain et le cheval !

  • Comme toutes les soeurs du monde, Pénélope 11 ans et Théa 14 ans s'envoient des piques, se boudent... bref elles s'adorent. Mais au-delà de leurs chamailleries et de leurs différences de caractère, une passion les réunit : l'équitation. À leur retour de vacances, elles apprennent que leur poney-club a changé de propriétaire. Pénélope est toute contente de découvrir les nouveaux chevaux et ne pense qu'à s'amuser, mais Théa vit la séparation avec sa jument India comme un déchirement et a du mal à s'adapter aux méthodes d'entraînement du nouveau professeur, Philippe... Avec Théa, cavalière, les jeunes lectrices et lecteurs ont enfin une série de BD qui raconte la vie d'un centre équestre et la relation fascinante entre l'humain et le cheval !

  • Linotte, c'est une petite fille futée, gaie comme un pinson et passionnée d'équitation Avec ses copains d'école et le fidèle Pimpon, son poney adoré, Linotte n'est jamais à court d'idées ! Créée par Catel, Linotte évolue dans un univers quotidien, entre l'école, les vacances et la maison, où elle retrouve ses parents, ses copains, ses copines et Pimpon, son poney, prêt à toutes les promenades et à toutes les pitreries. Curieuse, inventive et rigolote, Linotte ne se laisse jamais démonter et finit toujours par avoir le dernier mot !

  • Parfois la nuit, Petit Joss entend des fantômes qui parlent dans les branches des arbres. Et puis des pleurs, des pleurs lents et réguliers, comme s'il entendait un petit animal caché et apeuré qui appellerait sa maman perdue. Oui vraiment, Joss à souvent très peur, tout seul dans son lit, après que sa maman l'ait embrassé une dernière fois pour la nuit et que les lumières de sa chambre se soient éteintes. Heureusement, il y a Monsieur Bisou qui vient souvent le voir. Lui, au moins, il n'a peur de rien. Enfin si, parfois, mais ce n'est jamais assez grave pour qu'il s'inquiète pour de bon. En tout cas, un fait est certain, avec lui, Joss se sent davantage rassuré la nuit quand il se passe des choses bizarres. Et puis c'est un drôle de personnage sous tous ses poils, ce qui amuse bien Petit Joss...

empty