Jean-Marc Drouin

  • Petits et innombrables, les insectes et les autres arthropodes terrestres nous confrontent aux limites du possible. Ils forment une composante essentielle de la biodiversité et jouent un rôle décisif dans le fonctionnement des écosystèmes terrestres. Au cours de l'évolution, certains d'entre eux ont développé de fascinants phénomènes de vie sociale et d'intelligence collective. L'entomologie qui se consacre à leur étude a joué un rôle pionnier dans le renouveau de la classification et dans l'observation des comportements animaux.
    La philosophie trouve dans ces êtres vivants une forme d'animalité faussement familière et finalement si éloignée de l'autre qu'elle l'invite à repenser les effets d'échelle et les notions de monde et de milieux. En outre, suscitant le rejet plus souvent que la compassion, les insectes contribuent aux débats sur les fondements d'une attitude éthiquement réfléchie envers les animaux.

  • Science " aimable " et populaire, art d'effeuiller la marguerite, la botanique, devenue partie prenante de la recherche en biologie, a longtemps été le lieu d'affrontement de grandes querelles philosophiques auxquelles prirent part leibniz et rousseau, goethe, coleridge ou condorcet.
    Le système sexuel développé dans la philosophie botanique de linné n'offusqua pas seulement la très puritaine encyclopaedia britannica, il inspira aussi diverses classifications zoologiques, voire - à auguste comte - une classification des sciences au parfum végétal bien marqué. quant à charles darwin, on ne s'étonnera pas de le trouver ici penché sur primevères et orchidées, trouvant dans la botanique quelques idées-forces de sa théorie.
    Au terme de cette excursion très rousseauiste, on se prend à penser que, s'il n'y eut jamais, comme le disait kant, de " newton du brin d'herbe ", le végétal eut cependant de patients observateurs, de hardis théoriciens et de merveilleux penseurs.

  • Avant de nourrir les discours politiques, avant d'inspirer les mouvements sociaux qui s'en réclament, l'écologie fut et demeure une science. Comment s'est-elle constituée ? Quels sont ses outils et ses modèles privilégiés ? On assiste ici à sa naissance, de ses balbutiements au sein de l'histoire naturelle et de la géographie botanique, en passant par son essor dans le sillage du darwinisme, jusqu'à son émancipation au XXe siècle. On s'initie à son langage (biosphère, écosystème,...), on apprend à lire ses modèles (la montagne, l'île, le lac), on se met à l'écoute de ses débats.
    Dans un style clair et précis, cet essai, publié initialement sous le titre «Réinventer la nature», propose un parcours à travers l'histoire d'une science qui reste une science de la nature, mais une nature riche de belles régularités autant que de phénomènes imprévisibles, une nature à maîtriser autant qu'à contempler et à protéger.

empty