Jean-Francois Bensahel

  • Migrations généralisées, effondrement des frontières, immédiateté et universalité des connexions, en un mot irruption brutale, à la fois physique et numérique, de l'autre et du différent. Voilà un fait unique dans l'histoire qui bouleverse nos façons de penser et de vivre.

    Un monde nouveau surgit, inconnu, alors que l'ancien craque de toutes parts avec fracas. La Terre elle-même s'est mise à geindre. Nous oscillons entre la terreur de la fin et l'enfantement d'un commencement qui tarde à voir le jour. Nous vivons un moment messianique.

    Devrons-nous renoncer à l'idée d'humanité et espérer sauver notre peau tout seul ? Devrons-nous renoncer aux nations et aux peuples parce qu'ils seraient les témoins abolis d'un passé bientôt englouti ? Devrons-nous également renoncer à la certitude que nous partageons un destin commun ? Ou, sinon, comment le construire et le trouver ? Comment écrire cette nouvelle page ? Voilà le monde nouveau que chacun de nous se doit d'affronter.

    Il se trouve qu'un homme a été confronté aux mêmes défis, a connu les mêmes angoisses, a été envahi par la même terreur. C'est Paul, l'apôtre des chrétiens, le Shaoul des Juifs, le Paul des philosophes, surtout l'un des piliers de l'Occident, quoi que l'on croie.

    Il a vécu un autre de ces moments messianiques, comme la civilisation des hommes en a peu compté. Il a alors proposé à tous les citoyens de l'Empire romain de repenser Dieu pour comprendre ce qui pouvait les rassembler : une autre approche de la vie.

    Il nous faut prendre Paul à bras-le-corps pour nous aider à vaincre nos angoisses. Car notre salut, à nous, deux mille ans après, ne pourra être que de même nature, spirituelle, pour repenser la politique, l'éthique, la possibilité d'une humanité en paix. Pour repenser le commun. Pour s'engager enfin dans la fraternité.

  • Le 28 octobre 1965, l'Église catholique opérait une véritable révolution. Par la déclaration Nostra Aetate, elle affirmait avec force le lien de parenté entre les chrétiens et le peuple juif. Une telle affirmation venait bouleverser deux mille ans de défiance judéo-chrétienne et inaugurer, après le temps du mépris, celui de l'estime.

    Alors que l'Église s'est jadis considérée, à tort, comme le « vrai Israël », revendiquant une sorte de monopole de la révélation divine, elle ne cesse depuis cinquante ans d'insister sur son héritage juif. C'est sur le sens et sur les promesses de cette amitié retrouvée que s'entretiennent Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, et Jean-François Bensahel, président de l'Union libérale israélite de France. Ils ne cherchent pas à réduire les différences ni à gommer les particularités. Mais, soucieux de mettre en oeuvre l'« altérité du dedans » qui les réunit, ils dialoguent en frères jumeaux.

    Aujourd'hui, nombre de conflits semblent obéir à des raisons religieuses, et le monde paraît submergé par les fondamentalismes. Faut-il les laisser gangrener l'humanité ou, au contraire, chercher à promouvoir l'entente et le dialogue ? La rencontre entre Jean-François Bensahel et Mgr d'Ornellas est capitale. Bien plus qu'une simple discussion, elle est traversée d'une évidente urgence : christianisme et judaïsme forgent ensemble une arche de paix pour tous les hommes et l'expression sereine de leur diversité. Plus qu'un voeu pieux, un programme quasi politique.

  • Sur fond de changement culturel accentué par le triple crunch climatique, énergétique et économique, le statut et les pratiques du tourisme et des loisirs se transforment en profondeur. Ce livre en interroge les frontières mouvantes : se dessinent alors les contours d'un après-tourisme nourri de la touristification du quotidien au même titre que de la (post)mondialisation. La recherche sur le tourisme doit donc renouveler ses problématiques, ses objets, son vocabulaire et ses grilles de lecture.

  • Le développement durable prend de la hauteur. Cette étude apporte des éléments de réponse aux nombreuses interrogations que se posent les stations de sport d'hiver et l'économie touristique face au développement durable, et porte attention sur l'analyse territoriale des stations. Ces différentes contributions interpellent la capacité de résilience du modèle d'aménagement touristique de la montagne française.

    Sur commande
empty