Langue française

  • TOfficier dans l'armée française, je me trouvai au sicge de Saragosse. Quelques jours aprcs la prise de la ville, m'étant avancé vers un lieu un peu écarté, j'aperçus une petite maisonnette [...]. Je frappai ´r la porte, mais je vis qu'elle n'était pas fermée. Je la poussai et j'entrai. [...] j'aperçus par terre, dans un coin, plusieurs cahiers de papier écrits. Je jetai les yeux sur ce qu'ils contenaient. C'était un manuscrit espagnol ; je ne connaissais que fort peu cette langue, mais, cependant, j'en savais assez pour comprendre que ce livre pouvait etre amusant : on y parlait de brigands, de revenants, de cabalistes, et rien n'était plus propre ´r me distraire des fatigues de la campagne que la lecture d'un roman bizarre. Persuadé que ce livre ne reviendrait plus ´r son légitime propriétaire, je n'hésitait point ´r m'en emparer.t

empty