Jacques Kaufmann

  • Vengeance à l'Est

    Jacques Kaufmann

    • Cheminements
    • 1 October 2004

    L'élargissement de l'Europe a converti des dizaines de milliers d'ex-agents secrets des démocraties populaires en citoyens européens.
    Certains ont oublié le passé, mais d'autres n'ont pas abandonné l'idée d'une revanche... Et lorsque d'anciens espions est-allemands retrouvent un lance-roquettes nucléaire soviétique, ils n'ont qu'une idée en tête : frapper les pays capitalistes qui ont cassé leur rêve. Premier objectif : une centrale nucléaire en France, dans la vallée du Rhône. Un thriller où les héritiers de la guerre froide se livrent une guerre sans merci.
    Une plongée documentée dans l'univers glauque des successeurs du KGB. Jacques Kaufmann a enquêté en Russie, et en Allemagne pour écrire cette palpitante fiction qui nous fait pénétrer dans le cercle fermé des services de renseignements de la nouvelle Russie et des anciens agents secrets des démocraties populaires.

  • Otages des Andes

    Jacques Kaufmann

    • Altipresse
    • 23 February 2006

    Manuela réduisit la vitesse, sortit un cran de volet et mit le Piper Navajo en descente.
    9000 pieds... 8000 pieds, on ne voyait toujours rien. Et soudain, des lumières apparurent dans la nuit : le balisage d'une piste... en pleine forêt amazonienne. Un terrain d'atterrissage sorti de la nuit comme les lumières d'un bateau fantôme ! Sans doute un simple couloir de terre détrempée par la pluie où les roues de l'avion risquaient de se planter. Arriverait-elle à se poser en pleine tornade, alors que le ciel boursouflé d'orages monstrueux était zébré d'éclairs oe
    La jeune femme éprouva un étrange sentiment. Elle avait peur et pourtant cette situation avait quelque chose d'excitant. La perspective de poser cet avion sur ce terrain clandestin lui faisait presque oublier sa condition d'otage...
    - Fais très attention à ce que tu fais, murmura l'homme derrière elle en posant le canon de son arme contre sa nuque.
    Lorsque son appareil s'écrase au Pérou dans une région infestée de trafiquants de cocaïne, Manuela Caceres n'imagine pas une seconde que son cauchemar ne fait que commencer. Sa passagère connaît la cachette d'un fabuleux trésor inca et la jeune pilote tombe aux mains d'un baron de la drogue...

    Sur commande

  • El Lobo

    Jacques Kaufmann

    • Archipel
    • 16 April 2008

    Roy Kruger, 35 ans, ancien pilote américain en Irak, a un grand défaut : il s'ennuie vite et aime changer de vie. Mais remettre les gaz est un exercice périlleux lorsqu'on n'a pas toutes les cartes en main. C'est à Buenos Aires, en Argentine, qu'il décide de s'installer et d'ouvrir un restaurant. Tout en cultivant sa passion pour les avions et le pilotage.
    Un jour, Roy accepte d'emmener un aventurier dans son hydravion. Sans le savoir, il vient de tomber dans un piège : ce Juan Piedra, une tête brûlée plus connue sous le surnom d'" El Lobo " (" le Loup "), est un pilleur de tombes d'un genre particulier. Ancien tortionnaire sous la dictature argentine, il se propose de profaner le mausolée d'Eva Perón, l'ex-héroïne nationale, qui recèlerait rien moins que les diamants d'Adolf Hitler !
    El Lobo n'ignore qu'une chose : son pilote est certes un as de l'aviation, mais aussi un ex-agent des services spéciaux américains, qui est décidé à ne pas le laisser faire. Sa rébellion aura un prix : le kidnapping de sa petite amie... Dans une Argentine en proie à la crise économique et où rôdent les fantômes du nazisme et de la dictature militaire, le face-à-face ne fait que commencer.

  • Sanctuaire d'objets d'origines diverses, tous plus remarquables les uns que les autres, le musée Barbier-Mueller rassemble une collection reconnue internationalement comme un haut lieu des arts dits « primitifs », ou « arts lointains », selon la variation des terminologies dans le temps.

    La céramique, qui s'inscrit dans le champ de l'art contemporain et de ses pratiques contextuelles, cherche également à rencontrer ce qui fait permanences et écarts au sein des expressions humaines, à travers le temps et l'espace. Dans le domaine des arts, le passé ne passe pas vraiment. Les formes se réactivent, re-émergent, se réapproprient les unes et les autres, se retrouvent.

    Les écarts, correspondances, conjonctions, analogies, intervalles entre des oeuvres permettent de percevoir tout ce qui peut contribuer à rendre effectif cet effort collectif de l'humanité dans la durée pour répondre à ses besoins fondamentaux d'ordre spirituel. Les permanences et les mouvements des formes contredisent la notion de progrès en art.

    Le projet s'est construit autour de rapprochements entre des pièces sélectionnées dans les collections Barbier-Mueller et des oeuvres que Jacques Kaufmann a réalisées dans son atelier et dans le monde, sur des temps longs, tentant d'en cerner les points de rencontre comme les écarts.

  • Cierges de l'apocalypse (les)

    Kaufmann Jacques

    • Cheminements
    • 15 September 2002
  • Frequence crash

    Kaufmann Jacques

    • Cheminements
    • 16 October 2003
  • L'invention de la société ; nominalisme politique et science sociale au XVIII siècle

    ,

    • Ecole hautes etudes en sciences sociales
    • 1 January 2004

    Parler d'" invention " de la société peut surprendre, du moins d'un point de vue de sens commun.
    Pourtant la société est bien une création socio-historique, esquissée au XVIIe siècle et couronnée au XVIIIe siècle. Elle fait partie de ces entités qui adviennent à l'existence à travers les concepts utilisés pour les désigner. Le terme désigne un regroupement déterminé par la volonté humaine, qui ne peut se transformer en corps politique que par un contrat social dans lequel les sociétaires s'engagent de leur plein gré.
    La matrice intellectuelle de cette invention est une métaphysique nominaliste qui s'impose, à la fin du XVIIIe siècle, dans les discours et les pratiques politiques. Déniant toute réalité aux " abstraits réalisés ", cette métaphysique accorde une primauté systématique aux individus. Aussi la société inventée est-elle " une société des individus": ceux-ci deviennent les termes premiers d'une association qui leur garantit l'indépendance tout en étendant leur liberté dans une certaine forme de dépendance réciproque.
    Un autre volet de cette invention est l'idée d'une science du social. Mais la science projetée ne se restreint pas à une investigation d'ordre intellectuel. Elle doit contribuer à instaurer et à réglementer les institutions citoyennes. Elle doit être une science appliquée, à vocation correctrice " et régénératrice. L'idée d'une telle science est étroitement liée à l'émergence de l'idéologie: c'est à elle qu'il appartient dorénavant de fonder en raison les institutions et les significations du monde social.

    Sur commande

empty