Jacques Portes

  • Nous avons tous des images de l'Ouest américain en tête. De sa conquête à la ruée vers l'or, des immenses paysages de la Vallée de la mort au pont de San Francisco, de Buffalo Bill à Geronimo, des westerns de John Wayne à Quentin Tarantino... l'Ouest est très tôt devenu un mythe, une fabrique à rêves comme l'incarne Hollywood.
    Jacques Portes nous invite dans ce livre à aller au-delà de la légende en nous racontant l'histoire, ou plutôt les histoires de l'Ouest. Elles commencent il y a bien longtemps avec les premiers habitants du continent ; elles ont nourri autant d'espoirs que de désillusions ; elles conservent une part de mystère et d'inconnu.

    « ...L'historien Jacques Portes a désiré aller au-delà de la légende en nous racontant d'autres histoires vécues. Il nous présente ce même Ouest américain dans sa vérité, décortique avec passion le mythe en question et nous démontre que la réalité de l'époque est bien évidemment beaucoup plus complexe que les images d'Épinal... ».
    France Inter, « La Marche de l'Histoire »

  • Depuis 1945 au moins, le monde entier vit à l'heure américaine, que ce soit par les modes, la musique, les films ou la réussite économique, en dépit des crises récurrentes. Par ailleurs, le 11 septembre 2001 a été l'événement le plus médiatisé de tous les temps, sommet d'une vague de puissance dominante. Alors que l'élection de Barack Obama a signalé un autre temps. Toutefois, dès 1900, les analystes évoquaient l'américanisation du monde avec une angoisse relative et il ne faut pas oublier que la Révolution française a été précédée par la Révolution américaine avec quelques textes fondateurs.
    Ces quelques exemples prouvent que depuis leur naissance, les Etats-Unis ont servi de modèle, de pôle d'attraction pour les émigrants de toutes les origines, avant même de jouer un rôle actif dans les affaires du monde.
    Ce manuel ne cherche pas à traiter seulement de l'influence des Etats-Unis dans le monde, mais à comprendre tous les ressorts internes qui ont façonné celle-ci de 1776 à nos jours. Une actualisation de l'ouvrage incluant les dernières élections présidentielles américaines de novembre 2016 est prévue à la faveur de cette 4e édition.

  • Lincoln et Truman ont aussi chacun à sa manière mis fin à une terrible guerre ; le premier a été assassiné après l'avoir gagnée en 1865, le second l'a emporté en décidant de lancer les bombes atomiques qui ont pulvérisé Hiroshima et Nagasaki, mais il n'a fait que poursuivre l'oeuvre de son prédécesseur Franklin D. Roosevelt, sans lequel rien n'aurait été possible.
    Abraham Lincoln est célébré comme le Grand émancipateur, celui qui a aboli l'esclavage, tache honteuse sur la démocratie américaine, et c'est pour cette raison qu'il a été assassiné. Il garde une aura extraordinaire symbolisée par le mémorial à son nom édifié à Washington en 1931.
    Harry Truman a certes donné le premier coup de canif à la ségrégation raciale lors de la campagne présidentielle de 1948 en supprimant la discrimination au sein de l'armée des États-Unis, mais la mesure n'a pas été complètement appliquée avant les années 1960 et beaucoup d'autres se battront pour venir à bout de la ségrégation. Enfin Truman, en raison des difficultés de son mandat, de 1948 à 1952, n'a pas conservé un grand prestige ; aucun monument d'importance ne lui a été dédié et son souvenir s'estompe.
    Tous les programmes doivent avoir un début et une fin, souvent discutables, mais pendant trois quarts de siècle, quel que soit l'hôte de la Maison-Blanche, les États-Unis ont connu une transformation majeure, passant d'un pays divisé et resté « provincial » à une nation surpuissante dans tous les domaines en 1945, avant qu'elle ne se divise à nouveau, mais cette fois dans le conflit confus de la guerre froide.

  • Qui est vraiment barack obama, le jeune et fringant sénateur de l'illinois à l'ascension fulgurante ? inconnu de la plupart des français lorsqu'il se lance dans la course à l'investiture démocrate au début 2007, il fait aujourd'hui la une des tabloïds et des journaux télévisés.
    Au-delà du symbole et de l'issue de l'élection présidentielle en novembre, obama incarne cette amérique de tous les possibles qui fait à nouveau rêver l'europe. fort de sa connaissance intime des clivages sociaux et politiques des états-unis, l'auteur évoque les paradoxes et les limites de celui qui, pour beaucoup de spécialistes, reste une énigme. d'aucuns, au sein parfois de son propre parti, voient en lui un visionnaire aux grands desseins sans position idéologique précise.
    Plutôt que celle de john f. kennedy, dont des journalistes avides d'images ont dit qu'il imitait même la démarche et les costumes années soixante, obama rappelle la méthode de lyndon johnson par sa capacité à concilier les points de vue opposés. habile tacticien, il excelle à l'exercice de la corde raide en se revendiquant comme un africain-américain tout en rejetant les excès du nationalisme noir. reste à savoir si cet ambitieux pressé qui a eu l'audace de défier la "machine clinton" saura conserver son idéalisme et son programme politique ancré à la gauche du parti démocrate.
    Ce petit livre se veut une radiographie de l'amérique d'aujourd'hui, marquée par la récession des années bush et l'espoir de changement qu'incarne cet emblème de la communauté noire qui déculpabilise les blancs.

  • Depuis la chute de l'union soviétique, en 1991, une seule puissance domine le monde, les etats-unis. mais peut-on encore aujourd'hui parler d'hyperpuissance face au phénomène de la mondialisation et face à l'émergence de deux nouveaux géants, la chine et l'inde ? comment envisager cette nation pas comme les autres sans passion, sans à priori, surtout après le traumatisme du 11 septembre 2001 et la guerre en irak depuis 2003 ? cet ouvrage donne au lecteur les cléfs nécessaires pour comprendre l'influence d'un pays qui fascine. en six chapitres : - le monde de l'hyperpuissance - un siècle de prééminence - un modèle en constant déséquilibre - le système de l'entertainment - le risque du désangagement - une puissance qui dérange avec des cartes, des illustrations et des analyses

  • Les Etats-Unis offrent facilement des images qui suscitent l'indignation, alors même que les raisons qui expliquent leur apparition peuvent avoir été estimables.
    Les erreurs judiciaires nombreuses et dramatiques n'empêchent pas la justice des Etats-Unis d'avoir des principes et un bilan supérieurs à ceux de nombreux pays, en raison de la procédure de l'habeas corpus et des multiples possibilités d'appel. Le racisme à l'égard des Noirs est honteux et incontestable, mais en trente ans la société américaine est parvenue à abattre la ségrégation officielle. Les Américains se vantent volontiers des bienfaits de leur démocratie -réelle dans ses fondements- alors qu'elle est subvertie par l'emprise de l'argent et par une abstention chronique grandissante.
    Dans l'histoire comme dans l'actualité, de multiples exemples soulignent de telles contradictions.
    Le présent ouvrage est né d'une double interrogation comment se fait-il que ce pays puisse aller de l'avant de façon tellement contradictoire ? Comment se fait-il que la fascination qu'engendre les Etats-Unis s'accompagne toujours de réticences ?
    Si ces contradictions sont inhérentes à la réalité américaine, sont-elles explicatives du passé et du présent de ce pays ?
    A travers l'histoire des Etats-Unis, qui n'y est pas présentée de façon suivie, l'auteur tente d'expliquer pourquoi l'évolution du pays est basée sur ces apories et en quoi celles-ci sont à la fois inévitables et créatrices.

  • La guerre du Vietnam a profondément marqué les Américains.
    L'actuelle campagne présidentielle ne cesse d'ailleurs d'y faire allusion
    ; et les derniers conflits, en Irak, lors de la guerre du Golfe,
    ont renforcé cette logique du souvenir, souvent traumatique. Ainsi,
    les références au Vietnam sont constantes dans la culture américaine,
    à travers les films, les témoignages, les récits, les émissions de
    radio ou de télévision.
    Ce livre, mis à jour, rend compréhensible ce profond malaise. Il le
    fait en rappelant les origines d'une guerre engagée dans le secret,
    qui finit par envoyer deux millions et demi de jeunes Américains
    au Vietnam. Cette guerre a traumatisé et divisé l'Amérique, puisque
    sans avoir perdu militairement, les États-Unis ne pouvaient pas
    gagner un tel conflit: il s'agit d'un vrai « syndrome Vietnamien »,
    ressurgissant lors des débats d'opinions, des campagnes électorales, de la sortie de certains films, pièces, photographies.

  • Les Indiens qui se parent de plumes et qui se frappent sur la bouche en dansant ? Les cow-boys qui portent des stetsons et des franges ? Toutes ces images véhiculées dans les westerns et qui font à présent partie de l'imaginaire collectif, nous les devons à Buffalo Bill et à son spectacle : le Wild West Show. De 1883 à 1913 ces grands shows ont répandu dans le monde entier un folklore de l'ouest américain. À l'occasion du centenaire de la mort de Buffalo Bill, ce livre retrace l'histoire d'une époque où la fascination pour le far west était à son apogée. 

  • A quelques semaines de l'élection présidentielle qui dira si les Américains accorderont à Barack Obama un second mandat, Jacques Portes revient sur son parcours, ses années à l'épreuve du pouvoir, son bilan et ses chances de l'emporter.
    Porté en 2008 par un formidable espoir de changement, Obama s'est vu dès le début confronté à une crise mondiale qui a engendré dans son pays une grave récession économique. Certaines de ses promesses, comme la fermeture de la prison de Guantanamo, ont été bousculées par des impératifs plus cruciaux, et il n'a pu empêcher l'émergence d'une opposition acharnée qui a fortement réduit sa marge de manoeuvre et lui a coûté en 2010 la majorité à la Chambre. Pourtant, il est parvenu à réaliser plusieurs de ses ambitieux projets intérieurs (en particulier son cheval de bataille, la réforme du système de santé, bien que votée dans une version amoindrie) et a semé dans le reste du monde des idéaux de démocratie et de liberté, dont quelques graines ont fleuri en Iran et dans les pays arabes. Ses récents succès à l'extérieur avec la fin de la guerre en Irak, le retrait partiel des troupes en Afghanistan et la mort de Ben Laden ont sans doute redoré son blason aux yeux de l'opinion, mais risquent de ne pas suffire si la faible croissance économique ne se maintient pas.
    Dès lors, son équipe de campagne s'emploie à défendre un bilan somme toute honorable, avec l'espoir d'une réelle embellie de la conjoncture. En face, Mitt Romney, le candidat républicain, Mormon milliardaire mal vu par le mouvement ultra-conservateur du Tea Party, fera-t-il le poids ? Reste au président à renouer avec la magie de 2008...

    Sur commande
  • Les Etats-Unis sont très présents dans l'actualité, à la fois par leur puissance économique et leur rôle mondial, mais aussi par l'omniprésence des médias, des images qui arrivent en flot continu. Les clichés et les idées reçues sont donc abondants et variés, d'autant que l'on se content souvent d'images bien connues et de quelques exemples spectaculaires qui réduisent le pays à quelques gros plans déformants.
    Sélectionnant parmi les idées reçues les plus emblématiques, Jacques Portes nous aide à recadrer la réflexion sur ce grand pays, en éclairant certains points souvent obscurcis.

    Sur commande
  • Les etats-unis offrent un contraste étonnant avec d'une part une ex-métropole hautaine au 19e siècle et d'autre part la grande puissance venant au secours de la grande-bretagne en plein effondrement en 1917. ce phénomène peut s'expliquer par la croissance remarquable au long du 19e siècle de ce pays dans de nombreux domaines : économique, démographique, attirance grandissante de la part des pays étrangers.
    Par ses contrastes violents, sa brutalité, son dynamisme et son potentiel d'innovation, le 19e siècle américain annonce ce que seront les suivants ; ce modèle inspirera une grande partie du monde.

    Sur commande
  • En 1855, pour la première fois depuis 1761, une corvette de la marine française, La Capricieuse, remonte le Saint-Laurent et suscite l'enthousiasme délirant des Canadiens français. Ce qui fait dire à Crémazie : « La France a toujours le coeur des gens de ce pays. » Très vite, la diplomatie française se trouve débordée par la ferveur de cet accueil, qui l'embarrasse plus qu'il ne l'enchante, car elle tient à préserver ses bonnes relations avec l'Empire britannique et le reste du Canada. Ce scénario se reproduira à quelques reprises et, particulièrement, en 1967 lors de la visite du général de Gaulle. Tout se passe comme si les Québécois aimaient s'abuser eux-mêmes et croire à un retour de leur mère patrie, qu'ils savent pourtant impossible. Dans ce petit livre, Jacques Portes met au jour les attitudes contradictoires des Québécois et des Français et montre que, si les relations entre les deux peuples se sont développées de façon constante depuis 1855, cela s'est fait en dehors de toute initiative politique et principalement par l'action des nombreux amis français du Québec.

  • Seule superpuissance du monde par leur potentiel militaire et le succs de leur culture populaire, les Etats-Unis ont toutefois connu, depuis 1945, une histoire mouvemente (assassinats de personnalits, conflit du Vit-nam, problmes conomiques...), ce qui n'a pas empch le succs de la socit de consommation.

  • La guerre du Vietnam a profondément marqué les Américains ; en 1991, celle du Golfe a été menée avec la volonté de se distinguer de la première, en 1992, l'élection présidentielle a fait revenir à la surface le mouvement anti-guerre comme les réflexes militaires de dénonciation de celui-ci.
    Ainsi depuis une vingtaine d'années, les références à cette expérience traumatique sont fréquemment sous-jacentes, à travers les films produits en grand nombre sur le sujet, comme dans la fréquentation impressionnante du monument aux morts du Vietnam au coeur de Washington. Le présent ouvrage rend compréhensible ces réactions, dont la durée et la permanence reflètent un profond malaise. Il le fait en rappelant les origines d'une guerre engagée dans le secret, qui finit par envoyer deux millions et demi de jeunes Américains au Vietnam.
    Il le fait en montrant, au-delà des opérations militaires, combien la société américaine s'est divisée au sujet de ce conflit lointain. Il le fait en expliquant que sans avoir perdu militairement la guerre, les Etats-Unis ne pouvaient la gagner. Ces contradictions constituent le syndrome vietnamien, ressurgissant à propos d'une émission de télévision ou d'une campagne électorale. L'élection à la présidence d'un ancien opposant à la guerre, Bill Clinton, suffira-t-elle à faire du Vietnam une sereine question d'histoire ? Répondre à une telle question a été le but de ce livre.

  • Tendances "lourdes" qui traversent le siècle : démocratie, alliances internationales, révolutions économiques et politiques, culture. L'ambition de cet ouvrage est de rendre intelligible ce siècle contradictoire : riche en extraordinaires prouesses économiques et technologiques, mais aussi parcouru par les pires horreurs qu'ait connues l'humanité, avec les massacres du communisme et du nazisme, ou les victimes et les risques du feu nucléaire. Le point de vue adopté n'est centré ni sur la France, ni sur l'Europe, pas plus que sur les États-Unis, mais rapproche des cas particuliers et fait ressortir les interactions entre les uns et les autres. L'histoire du monde au XXe siècle est un tout marqué par un rythme d'évolution de plus en plus rapide. Nul ne peut dire s'il en ira de même au XXIe siècle.

    Sur commande
  • 2e édition cet ouvrage présente une histoire globale des états-unis de 1900 à nos jours. organisé de façon chronologique, il aborde aussi bien les faits politiques que les grandes tendances économiques, les contradictions sociales, les relations internationales ou les phénomènes culturels. la période couverte permet de prendre conscience de l'extraordinaire montée en puissance de ce grand pays mais aussi des heurts qui l'ont accompagnée.
    Jacques portes est professeur d'histoire de l'amérique du nord à l'université paris viii vincennes-saint -denis. il est auteur de nombreux ouvrages sur les étas-unis et le canada.
    1912-1920 : une grande puissance est née. 1920-1932 : de la prospérité à la crise. l'ère de roosevelt. les états-unis dans la deuxième guerre mondiale. 1945-1960 : des années de puissance. 1960-1975 : le temps des turbulences. 1976-1996 : déclin et puissance. l'aubre du xxie siècle. synthèses : l'empire américain. loisirs de masse. vie politique organisée. les soldats américains de la première guerre mondiale. l'industrie automobile. la femme américaine. hollywood. la discussion du sénat sur la loi des quotas (avril 1924). interpréter la crise. les résultats électoraux complémentaires. l'économie du new deal. libéralisme. la charte de l'atlantique : 12 août 1941. france - états-unis. yalta. la bombe. le débat sur la guerre froide. la loi taft-hartley. débats télévisés. brown v. board of education of topeka, kansas (extraits). principales lois du programme de johnson. la guerre du viêtnam. martin luther king. l'assassinat de john f. kennedy. un système politique imparfait. républicains et démocrates depuis 1980. les américains en chiffres. plans : les noirs et les guerres. les états-unis des années 20-30 et les legs du progressisme. la politique étrangère de fdr (1933-1941). les buts de guerre des états-unis (1941-1945). les années 50. le mouvement des femmes des années 60. l'évolution de l' affirmative action.

  • Buffalo bill

    Jacques Portes

    • Fayard
    • 5 June 2002

    Buffalo bill est sans doute l'une des plus célèbres figures du far west. né au milieu du xixe siècle, au moment de la ruée vers l'or, la première partie de sa vie se déroule au milieu des colons et des soldats qui participent à la conquête de l'ouest. tour à tour convoyeur, trappeur, éclaireur, chasseur de bisons, il se fait remarquer par ses exploits à cheval autant que par sa forte personnalité. a l'occasion d'une chasse réunissant des célébrités, un journaliste new-yorkais découvre cet homme hors du commun et en fait un héros de feuilleton. le voilà bientôt sur les planches pour jouer son propre rôle. le public en redemande, et en quelques années l'ancien éclaireur met au point un spectacle en plein air, centré sur l'histoire de la frontière. des millions d'américains applaudissent avec enthousiasme ce wild west show qui ressuscite la grande épopée de la conquête de l'ouest. le spectacle connaît un tel engouement qu'il traverse l'atlantique. l'europe fait un triomphe à celui qui représente la glorieuse amérique. a londres aussi bien qu'à paris ou à rome, buffalo bill parade au milieu de bannières étoilées devant sa troupe de cow-boys et d'indiens. l'éclaireur, son stetson et sa winchester sont désormais mythiques. entre histoire et légendes, sa fabuleuse carrière est inséparable de la construction de la nation américaine.

    Spécialiste de la culture américaine, jacques portes est professeur à l'université de paris-viii où il enseigne l'histoire de l'amérique du nord. il est l'auteur notamment de la scène à l'écran, naissance de la culture de masse aux etats-unis.

    Sur commande
empty