Sciences humaines & sociales

  • Comment on fait les bébés ? Qu'est-ce qu'il fait, le bébé, dans le ventre de sa maman ? Par où il sort quand il naît ? C'est quoi être adopté ? Pourquoi le zizi des garçons et la zézette des filles c'est pas pareil ? Papa, tu l'achètes où la " petite graine " que tu donnes à maman ? Quel parent ne s'est pas senti démuni face à de telles questions ? Comment répondre Ce livre vous aidera à trouver les mots justes pour parler aux plus petits de la sexualité et de l'amour, sereinement et en confiance. Car c'est déjà le moment pour eux de comprendre d'où ils viennent et qu'ils sont uniques. Car les jeunes ont soif de savoir, de comprendre. Très tôt, les " choses de la vie et de l'amour" les fascinent. N'attendons pas qu'ils soient troublés, que leur image de l'amour soit déformée par les messages qu'ils reçoivent. II est important de devancer leurs questionnements, en fonction de leur âge bien sur. Retrouvez les réponses du Professeur Henri Joyeux, inspirées de ses rencontres avec plus de 500 000 jeunes, dans quatre livres dédiés aux 4-10 ans, aux 10-13 ans, aux 13-15 ans et aux 15-20 ans. Dans ce livre, un CD offert : Raconte-moi quand j'étais bébé !

  • Comment sait-on si on est vraiment amoureux ? Comment être sur que l'autre nous aime ? Faut-il avoir beaucoup d'expériences sexuelles pour mieux choisir son/sa partenaire ? Ce que l'on voit dans les films porno, est-ce la réalité de la sexualité ? Pourquoi les relations sexuelles précoces sont-elles souvent ratées ? Comment construire des liens amoureux solides ? Comment réussir sa première relation sexuelle ? Entre 15 et 20 ans, les fondements de l'être adulte sont posés, mais on se cherche encore. On a beaucoup de temps devant soi, et pourtant on est pressé. Pressé de connaître l'amour, pressé de vivre librement sa sexualité. Mais le temps est un ami de l'amour. De même que l'adolescent prend le temps de préparer son avenir professionnel, il lui faut prendre le temps de préparer son avenir affectif et amoureux. Car l'amour, ce n'est pas d'abord un sexe qui cherche un autre sexe, c'est un coeur qui cherche longuement un autre coeur...

  • Ca sert à quoi la sexualité ? Le plaisir sexuel, c'est la même chose pour les filles et pour les garçons ? Peut-on avoir un bébé quand on veut ou y a-t-il des périodes de fécondité ? Comment fonctionnent les différents moyens de contraception ? Sont-ils tous efficaces ? Et sans danger ? C'est quoi l'homosexualité ? C'est grave de se masturber ? Comment ça s'attrape le sida ? Pourquoi la drogue c'est dangereux ? L'adolescence, c'est l'âge de tous les bouillonnements, et des comportements dangereux. Entre 13 et 15 ans, on est tiraillé entre le monde de l'enfance, que l'on a souvent déjà quitté, et le monde des adultes, encore inconnu. La personnalité se cherche, la sexualité et la "capacité amoureuse" sont en éveil. On reçoit à ce sujet des informations en vrac, de toutes parts, alors que l'on cherche des réponses claires, qui s'adressent à l'intelligence et au coeur, et qui aident à se construire, à s'épanouir et à rester vraiment libre...

  • C'est quand la puberté ? Pourquoi notre corps se transforme ? À quoi servent les règles chez les filles ? Qu'est-ce qui déclenche l'érection chez les garçons ? C'est normal d'avoir des pulsions sexuelles ? Comment ça marche la contraception ? C'est important la virginité ? La puberté, c'est la période la plus importante de la vie ! Mais la pudeur, et parfois certains tabous, interdisent aux jeunes de parler de la découverte de leur corps qui se transforme ou des désirs troubles qu'ils éprouvent. II est pourtant indispensable de répondre à leurs questions, pour lever les incompréhensions, les idées reçues, les angoisses. Si tous les jeunes comprennent bien leur puberté et celle de l'autre sexe, alors ils se respecteront plus et mieux.Car les jeunes ont soif de savoir. de comprendre. Très tôt, les" choses de la vie et de l'amour " les fascinent. N'attendons pas qu'ils soient troublés, que leur image de l'amour soit déformée par les messages qu'ils reçoivent. II est important de devancer leurs questionnements, en fonction de leur âge bien sur. Retrouvez les réponses du Professeur Henri Joyeux, inspirées de ses rencontres avec plus de 500 000 jeunes, dans quatre livres dédiés aux 4-10 ans. aux 10-13 ans, aux 13-15 ans et aux 15-20 ans. Dans ce livre, un CD offert : Et si on parlait de la puberté ?

  • C'est officiel en France : plus de 50 % des enfants naissent hors mariage, et 90 % des Pacs, détournés de leur objectif initial, servent à des couples hétérosexuels. Certains parlent " d'avancées ", d'autres de décadence... Depuis des siècles, pour ne pas dire des millénaires, les sociétés humaines reposent sur la famille, et la famille sur le mariage. Cette dernière institution apparaît bien comme le fondement commun de toutes les grandes civilisations. Faire ce rappel d'évidence permet de prendre conscience de l'ampleur du changement en cours et de ses conséquences. C'est sans doute dans cette perspective que Nicolas Sarkozy, souhaitant entreprendre une, politique de civilisation citait Edgar Morin : Le présent a un visage énigmatique et incertain. Tout ce qui peut sembler solide peut se déglinguer. Pour essayer d'interroger le futur, le passé doit être réinterrogé Quel est l'avenir de la famille sans le mariage ? Quel est l'avenir des enfants, des parents et même de la société tout entière dans des familles décomposées et recomposées, sans qu'aucune limite semble ralentir durablement le mouvement engagé ? La crise économique va remettre en question beaucoup de schémas jusqu'alors considérés comme immuables, mais pour la société, cette crise est déjà engagée depuis longtemps. Il n'est pas dit que la société n'en sorte pas plus tôt que l'économie, et autrement que les extrapolations de la situation actuelle le donneraient à penser.

    Sur commande
  • «Les soins palliatifs cherchent à soulager la souffrance psychologique, voire spirituelle », indiquent discrètement les propositions de la Mission de l'Assemblée nationale sur l'accompagnement de la fin de vie, en 2004. Cette même année, quelques spécialistes de la sociologie des religions posent une belle question : « Dieu aime-t-il les malades ? ». Les réponses qu'ils donnent sont bien pauvres. Pourtant, je suis très frappé par le rayonnement spirituel (je n'ai pas d'autres mots) des malades. Mais il n'est pas pris en compte. On préfère l'obsession de la psyché : rêves et cauchemars... Alors que la maladie et, en particulier, le cancer révèlent plus que l'inconscient. Malgré tout, le spirituel est encore bien présent dans les hôpitaux. Les aumôniers sont membres à part entière du personnel hospitalier. Les crucifix ont été remplacés par des icônes ou des médailles, souvent discrètes, que les malades eux-mêmes posent sur les tables de nuit ou accrochent à leur pyjama. Nous, médecins, faisons comme si nous ne les voyions pas. En refusant le spirituel, nous jouons les scientifiques exclusifs, sans cesser d'être humains. Ne passerions-nous pas à côté d'une partie essentielle de ce qui fait l'homme ? C'est donc au nom de nombreux malades atteints de cancer, que j'ai soignés, suivis, aidés parfois à guérir, accompagnés souvent, aussi, au seuil de l'autre vie, que je publie ce petit ouvrage de réflexion. C'est à eux que je le dédie, car ils m'ont fortement interpellé, ils ont éclairé bien des questions que je me posais sur l'homme... et ils m'ont si souvent aidé, eux aussi !

    Sur commande
  • "Au moment où les autorités politiques engagent la société française vers le "mariage homosexuel", ce livre présente de nombreux témoignages de personnes concernées par l'homosexualité, entre 15 et 60 ans. Dans un premier volume, les auteurs avaient répondu, au terme d'une vaste enquête, à la question : pourquoi ? A partir de ce constat, ils s'efforcent de répondre, dans ce second libre, à l'autre question : quel devenir ?
    En effet, si l'homosexualité masculine peut s'expliquer d'abord par le manque du père dans la petite enfance, elle n'est pas une entité figée, incapable d'évoluer. C'est pourquoi le Pacs est un contresens individuel et social. L'homosexualité peut évoluer vers l'hétérosexualité. Ce n'est pas impossible, contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire partout. Des témoignages authentiques sont à la base de la démonstration des auteurs. Certains sont lumineux, même s'ils ne cachent pas les difficultés, les souffrance d'une évolution à pas lents.
    Ce livre éclairera tous ceux qui sont concernés, mais aussi les parents inquiets, les mères seules, et réveillera les pères endormis, pas assez affectifs, présents et responsables. Lorsque les pères et les mères auront compris leur rôle respectif dans l'évolution de la tendance homosexuelle, de grands changements pourront intervenir. Le grand intérêt de ce livre est justement de montrer qu'un autre avenir est possible, que face à cette question, comme toujours, l'homme est plus riche de réponses que lui-même ne le croit trop souvent..." Professeur Henri Joyeux

    Sur commande
  • L'adolescence, l'âge de tous les bouillonnements, des comportements extravagants et dangereux.
    Quand cela finira-t-il, pour votre ado ? que faire, que dire ? des spécialistes conseillent de résister, d'autres de laisser faire ou, encore, de ne rien dire. l'humour ! facile à dire ! impossible, quand vous avez envie de l'engueuler. quand il vous en met plein la tête de sa musique, de ses heures devant les jeux vidéo. rien d'autre ne l'intéresse ! ses comportements vous énervent, ses fringues sont limite, ses mots, comme des sms.
    Mon ado est comme les autres, ils sont difficiles ! c'est vrai. ce livre vous aide à les comprendre, à dialoguer, à savoir les questions qu'ils se posent. vous trouverez ici tous les arguments dont ils ont besoin pour réfléchir, se construire, devenir adultes. plus cela commence tôt, plus cela finira tôt. et si vous ne l'aidez pas, vous risquez de le voir devenir. "adolescent". un dernier conseil : lisez toute la série, depuis les 4-10 ans, jusqu'au 15-20 ans.
    Vous les aimerez, vos ados, et ils vous le rendront bien.

  • Première question : as-tu lu, avez vous lu, le livre précédent, pour les 13-15 ans ? lis-le vite avant de te plonger dans celui-ci.
    Car si tu n'es pas étonné(e) par les questions de tes copains, tes parents risquent de l'être. dans ces livres, tout y est. toutes vos interrogations sur les sujets les plus délicats. recherche la question qui te gêne le plus. suis l'argumentaire des réponses. rien n'y manque. nous respectons le jeune dans son cheminement et dans ses découvertes. tes certitudes ont besoin, parfois, de chanceler pour s'affermir, pour que tu te fasses ta propre idée, sans avoir besoin d'expériences désolantes et dangereuses.
    En europe de l'ouest, ce millénaire n'a pas trois ans que nous observons près de 25 % de plus de cas de sida. a l'est, c'est une augmentation de 32 % chez les hétérosexuels, preuves que le préservatif ne suffit plus. la meilleure préservation, c'est qu'on vous prenne au sérieux, qu'on vous écoute, et qu'on vous devance dans vos interrogations. pour cela, il ne faut jamais couper la ligne. et tu n'auras plus besoin de fumer des pétards, de changer de seringues ou d'antidépresseurs.
    Tu te construiras fermement et courageusement. tu réussiras plus facilement tes études parce que tu auras bien compris les différences entre l'amitié, l'attirance et l'amour.

  • Faut-il aller au-devant des questions des enfants sur les " choses de la vie " ? Au Pr Henri joyeux, qui a rencontré, en vingt ans, plus de 500 000 d'entre eux, les jeunes de tous âges et de tous horizons répondent sans hésiter : oui et le plus tôt possible, en respectant le jardin secret de chacun.
    Nous insistons, en disant : aujourd'hui, il faut devancer les enfants et les informer progressivement, et suffisamment tôt, dans le domaine de la sexualité. Il est plus facile de commencer tôt. Vous pourrez continuer plus naturellement après. Aujourd'hui, il y a urgence, car même si l'enfant ne pose pas de questions, il est, en effet, très tôt agressé par le monde extérieur (bien plus tôt que vous ne le pensez).
    L'informer, c'est l'aider à construire son " immunité ". Ce n'est ni en faisant l'autruche, ni en encourageant l'impudeur qu'on parviendra à informer sainement les jeunes, pour les aider à trouver leur équilibre affectif et sexuel. Ils veulent tout savoir. Nous ne pouvons nous dérober, car les informations qu'ils reçoivent par leur environnement, l'école, les copains, les médias, sont le plus souvent insuffisantes, donc déstabilisantes et déformantes.
    L'homo-sexualité masculine ou féminine, l'inceste, la sodomie, etc., font-ils partie de la normalité ? Les jeunes, sur tous ces sujets, sont souvent très troublés ; ils ont l'impression qu'on leur cache des choses, que le débat manque de clarté. La prévention des maladies sexuellement transmissibles (MST IST) et, en particulier, du SIDA, passe par une information saine et sérieuse. L'équilibre affectif des jeunes est devenu une nécessité vitale pour la santé publique de demain.
    L'information sexuelle est donc, certainement, un des enjeux individuels et collectifs majeurs pour l'avenir de notre civilisation. Face à ce défi, les parents, souvent désarmés, sont en première ligne. Dans ce livre, le Professeur Henri joyeux leur permet de comprendre l'urgence et de trouver les premiers éléments d'une méthode originale et positive pour y répondre

  • Aujourd'hui, la mort ne présente plus ce caractère inéluctable qui, par nature, est le sien. Des médecins, de plus en plus performants grâce à la technologie moderne, assistés par un personnel soignant aussi compétent que dévoué, luttent jour et nuit pour en repousser les limites, voire la vaincre.
    Mais l'homme parviendra-t-il, un jour, à assouvir son vieux rêve d'immortalité ? Les progrès de la science le rassurent quant à l'avenir de l'humanité à moyen terme, et l'hubris, cet orgueil démesuré qui peut s'emparer de l'homme, lui fait croire qu'il sera, un jour, l'égal de Dieu.
    Heureusement, la philosophie est là pour le ramener sur terre, lui rappeler sa finitude et le placer face à ses responsabilités.
    Un médecin, un chirurgien et une philosophe ont, un jour, décidé de consacrer leur vie au service de l'humanité. Ils relatent ici leur expérience au chevet des malades et ont à coeur de méditer le rôle de la main comme prolongement du cerveau dans la relation à l'autre.
    Si la guérison du corps et de l'esprit vont de pair, c'est bien un message d'espoir qui est délivré ici.

    Sur commande
  • La Philosophie du malade, la famille et le soin Le Professeur Henri Joyeux et la philosophe Laurence Vanin, dans cet échange, mettent d'une part l'accent sur la relation de confiance qui doit être créée entre le patient et le médecin, et sur la parole qui doit être échangée entre le malade et son entourage de façon à lui faire oublier sa maladie pour l'aider à survivre. « Amour et humour » sont les maîtres mots du Professeur Joyeux, la « charité du sage » pour Laurence Vanin. Une philosophe de l'action : Laurence Vanin Une action qu'elle relie en permanence à l'idéal à accomplir comme vertu... Mais la réalité étant toujours plus complexe que l'idée que chacun peut s'en faire. Laurence Vanin propose dans un dynamisme sans cesse renouvelé des nouvelles clefs pour s'accomplir : Deviens ce que tu es !

    Sur commande
empty