Sciences humaines & sociales

  • Un livre-documents construit autour de dix temps majeurs dans un parcours résistant :
    Refuser / Éclairer, dénoncer / Manifester, protester / S'organiser / Protéger, se protéger / S'armer et lutter / S'unir / Se libérer / Reconstruire, réformer / Se souvenir.
    Six dossiers thématiques ponctuent ce parcours :
    - L'appel du 18 juin et sa réception en France.
    - Résister en prison.
    - Les liaisons entre Résistances intérieure et extérieure.
    - Faussaires et faux papiers.
    - Le programme d'action de la Résistance.
    - Les premières expositions (sur la Résistance, les crimes de guerre.).

  • " Les soldats viennent me chercher.
    Je hâte le pas. Mon écriture est peut-être tremblée, mais c'est parce que j'ai un petit crayon. " " Ne baisse pas la tête parce que ton papa est fusillé. " " Pour penser à moi, chantez " Il pleut sur la route ". " Ma Chère Femme, tu garderas mes lunettes en souvenir. " Ils s'appelaient Henri Bajtsztock, Tony Bloncour, René Honoré d'Estienne d'Orves, Léon Jost, Arthur Loucheux, Guy Môquet, Gabriel Péri...
    Ils sont des milliers de résistants, célèbres ou anonymes, fusillés ou guillotinés pendant l'Occupation, victimes des Allemands et de Vichy. Dans l'attente de la mort, ils adressent à leur famille, à l'être aimé, à un(e) ami(e) leur dernière lettre. Ils parlent pour les milliers d'autres - massacrés, déportés, victimes d'exécutions sommaires - qui sont morts sans laisser de témoignage écrit. A la dernière heure, ils disent leur amour, affirment leur foi, se soucient de leur proches.
    Ils ne regrettent rien. Passés au crible de la censure ou transmis en cachette, leurs mots sont l'ultime acte de résistance d'hommes restés debout face à leur destin. Ces 120 lettres de résistants exécutés proviennent du musée de la Résistance nationale, des Archives nationales, des musées et bibliothèques de région parisienne et de province, et des familles. Il sera fait don des droits d'auteur de ce livre au musée de la Résistance nationale.

  • Le rôle des intellectuels, des artistes et des personnels d'institutions culturelles dans les mouvements de résistance au nazisme est souvent méconnu. Pourtant, les premières recherches engagées dès 1985 au musée de la Résistance nationale sur la résistance de musiciens se sont révélées fructueuses. Ainsi, Madeleine Milhaud, Henri Dutilleux, Irène Joachim, Elsa Barraine, Jacques Jansen et Manuel Rosenthal ont accepté de témoigner sur cette part de leur vie oubliée par les biographes. Par la suite, l'étude des fonds propres aux mouvements de résistance a mis en lumière l'existence d'une résistance à base syndicale de l'ensemble des métiers du spectacle, parallèle à celle, spécifique, des musiciens. Les recherches se sont poursuivies sur les collections historiques du musée de la Résistance nationale et de la bibliothèque-musée de l'Opéra, éclairées et enrichies par les témoignages de personnels, actifs et retraités, de l'institution. Une autre facette de l'histoire de la résistance des personnels de la Réunion des théâtres lyriques nationaux se découvrait ainsi. Cet ouvrage, à travers ses textes et son iconographie, restitue les apports successifs et conjugués de ces rencontres et de ces recherches : une histoire, des mémoires, un patrimoine culturel et civique vivants, annonciateurs d'autres créations communes.

empty