Guillaume Piketty

  • Le 16 décembre 1944 à l'aube, après plusieurs mois de préparatifs secrets, Hitler tente un dernier coup de dés pour contrer l'avancée des Alliés en lançant trois armées à travers les Ardennes belges et luxembourgeoises. Les objectifs de l'opération « Wacht am Rhein » sont clairs : foncer vers l'ouest et franchir la Meuse, s'emparer du port d'Anvers et avancer jusqu'à Bruxelles. Alors, espèrent les nazis, il sera possible de négocier avec les Anglo-Saxons. Véritable épopée, la bataille des Ardennes a été la plus coûteuse pour l'armée américaine en Europe au cours de la Seconde Guerre mondiale. Pendant six semaines, les soldats allemands et alliés livrent des combats acharnés dans la neige, la glace, le brouillard et le froid, malgré l'épuisement physique et moral. Le 31 janvier 1945, les Allemands ont perdu près de 100 000 hommes et un millier de blindés ainsi que plusieurs centaines d'avions. Autant de forces qui vont leur manquer cruellement au moment où leur pays sera envahi de toutes parts.

    Guillaume Piketty est professeur à Sciences Po et professeur invité à l'université d'Oxford. Ses travaux sont consacrés à l'histoire de la guerre et des sorties de guerre au XXe siècle.

  • Quelques-uns uns luttèrent au sein de l'armée des Ombres. Les autres combattirent au grand jour sous l'étendard frappé de la croix de Lorraine. Tous dirent " non " à l'armistice de 1940, au régime de Vichy, à l'occupation de la France et à l'ordre nazi en Europe. Au service de la liberté, tous risquèrent ce qu'ils avaient de plus cher, quelquefois jusqu'au sacrifice suprême. Résistants ou Français libres, ils s'appelaient Charles d'Aragon, Pierre Brossolette, Claire Girard, Louis Martin-Chauffier, Lazare Rachline, ou encore Diego Brosset, Gabriel Brunet de Sairigné, François Garbit, René Génin, Philippe Leclerc de Hauteclocque, René Pleven. Guillaume Piketty a rassemblé dans ce volume les écrits intimes que ces tenants du " non intransigeant " (Alban Vistel) rédigèrent au long des années noires. Correspondances privées, carnets personnels, journaux, inédits ou peu connus, ces textes donnent à voir le quotidien d'êtres de chair et de sang qui, par leur engagement, s'élevèrent au-dessus d'eux-mêmes. Ils montrent la lucidité dans la tempête, mais aussi l'abattement après la débâcle et les renoncements de l'été 1940. Ils disent la difficulté de transgresser, la douleur de la séparation d'avec des proches, l'hésitation devant l'inconnu, la peur du risque quelquefois. Ils racontent la lutte au quotidien, toute d'abnégation et d'improvisation, d'audace et de foi. Ils révèlent les espoirs pour demain, l'aspiration à un monde meilleur. Honneur et courage, force et persévérance, loyauté et fraternité sont les maîtres mots de ces écrits.

  • La colère, la honte, le doute, la peur, l'excitation, l'euphorie, la lucidité, le dépassement de soi, la solitude, l'abandon. cette étrange palette des sentiments est celle du vécu résistant qu'a voulu reconstituer l'historien Guillaume Piketty, spécialiste de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale. Il présente dans ce livre richement illustré les archives intimes des combattants de l'ombre : carnets, journaux, lettres de prison invitent à ressentir leurs émotions, leurs réflexions, leur motivations, avec la préciosité et la rareté de documents dont on s'étonne qu'il nous soit parvenus compte tenu des circonstances de leur rédaction. L'intensité qui émane de ces témoignages est saisissante. Tout est dit : la radicalité d'un engagement, la grandeur d'un combat, la force d'une morale. Comment entre-t-on en résistance ? Comment vit-on la clandestinité ? Comment reprendre une vie «normale», sociale, familiale, après ? Bien plus parlants que toute reconstitution ou récit historique, ces écrits intimes méritent d'être partagés par le plus grand nombre.

  • Pionnier de la Résistance et artisan de son unification, haut responsable des services secrets de la France combattante, Pierre Brossolette fut, jusqu'à son arrestation le 3 février 1944, un homme traqué par la Gestapo.
    Torturé, il se suicida le 22 mars pour ne pas parler. S'appuyant sur de nombreux documents inédits, ce livre montre comment un jeune homme intellectuellement surdoué, journaliste renommé, s'est affirmé, au coeur des années noires, comme l'un des cerveaux de la lutte clandestine. Il dévoile les hésitations, les doutes, les difficultés et les fulgurances d'un homme hyperactif, intuitif, fidèle dans ses amitiés jusqu'à l'aveuglement, mais aussi rebelle, insaisissable, déconcertant, qui aimait par-dessus tout vivre intensément.
    Il met également au jour les conflits violents qui l'opposèrent aux autres chefs de la Résistance - le colonel Rémy, Emmanuel d'Astier de La Vigerie, Jean Moulin, etc.-, voire au Général de Gaulle. Il s'attache enfin, à travers ce destin hors du commun, à comprendre qui furent les " soutiers de la gloire " qui insufflèrent vie à la Résistance, pourquoi ils choisirent de s'opposer et par quel cheminement ils le firent.

  • Le 16 décembre 1944, à l'aube, après plusieurs mois de préparatifs secrets, Hitler lance trois armées, dont deux de Panzers, sur les Ardennes belges et le Nord du Grand-Duché de Luxembourg. Les objectifs de l'opération "Wacht am Rhein" ("Garde au Rhin") sont clairs : foncer vers l'Ouest et franchir la Meuse, s'emparer du port d'Anvers et avancer jusqu'à Bruxelles. Alors, espèrent les Nazis, il sera possible de négocier avec les Anglo-saxons.
    Mais le déséquilibre des forces engagées et les conditions météorologiques défavorables aux Alliés qui ne peuvent compter dans un premier temps sur leur aviation ne les empêchent pas de freiner la progression des Allemands. Les forces d'Hitler sont peu à peu sont repoussés. Le 30 janvier 1945, les Allemands sont de retour sur leur ligne de départ. Ils ont perdu plus de 85 000 hommes, 600 chars et des centaines d'avions, autant de forces qui vont leur manquer cruellement au moment où leur pays sera envahi de toutes parts.
    De leur côté, les Anglo-Américains ont perdu plus de 90 000 hommes, 800 chars et plusieurs centaines d'avions. La bataille des Ardennes fut le théâtre de combats extrêmement rudes. Elle fournit la matière d'une passionnante étude de l'expérience combattante sur le front Ouest au tournant des années 1944 et 1945. Faut-il céder et se rendre ou bien tenir coûte que coûte ? Pourquoi combattre et avec quels moyens ? Comment contre-attaquer pour, finalement, vaincre ?

  • « Professeur en République », Serge Berstein loeest assurément. Car ce savant historien, chercheur autant quoeanimateur de recherches, fut doeabord et avant tout un enseignant dans l?âme. En témoignent les innombrables cours et séminaires quoeil a dispensés, les manuels quoeil a rédigés et les programmes à l'élaboration desquels il a présidé. Songeons enfin, et peut-être surtout, à la disponibilité et à l'écoute qu'il n'a cessé de manifester aux étudiants et chercheurs travaillant sous sa direction.
    Mais Serge Berstein est aussi, profondément, un républicain. Ces Mélanges sont d'ailleurs organisés en quatre parties qui, toutes, renvoient à l'oeuvre d'un maître pour lequel l'idée républicaine fut cardinale : « Histoire des partis, organisations et associations », « Histoire des "gaullistes", histoire du gaullisme », « Cultures politiques », « Axes et méthodes ». Ils font écho à une oeuvre aussi riche et variée qu'abondante, qui couvre le long XXe siècle, dont les centres d'intérêt ont toujours dépassé la seule perspective hexagonale, qui mêle histoire politique, histoire culturelle et histoire des représentations, et ne cesse de réfléchir aux voies et moyens de la recherche et de l'écriture historiques.

    Sur commande
  • Des dizaines de millions de combattants ont été tués ou blessés dans les combats du vingtième siècle. Les victimes civiles, encore plus nombreuses, ont payé le prix fort de la totalisation des conflits. Fragilisés par la perte d'un être proche, par l'expérience de l'exil ou par la destruction de leur environnement, la quasi-totalité des contemporains ont vécu la guerre comme l'événement majeur de leur vie. Parfois leur espace intime avait été pris pour cible : maisons saccagées, souvenirs matériels détruits, paysages familiers rendus méconnaissables. Souvent leur corps meurtri ou affaibli trahissait la violence de l'épreuve qu'ils venaient de traverser. Au sortir de la guerre, chacun dut reconstruire, renouer tant bien que mal avec le quotidien, vivre avec les séquelles laissées par les combats et l'absence des disparus. Revenir à l'avant-guerre était impossible. Il fallut faire son deuil de tout ce que le conflit avait détruit et des rapports humains qu'il avait altérés. Faire son deuil aussi du temps exceptionnel de la guerre, de son rythme accéléré, et consentir, parfois à contrecoeur, à une forme de normalisation. Cette histoire du retour à l'intime restait à écrire. Une équipe d'historiens français, allemands et américains, réunie sous la direction de Bruno Cabanes, professeur associé à l'Université Yale (Etats-Unis) et de Guillaume Piketty, directeur de recherches au Centre d'histoire de Sciences Po Paris, renouvelle l'analyse des sorties de guerre, en étudiant la reconstruction des vies ordinaires, notamment au lendemain de la Première et de la Seconde Guerre mondiale.

  • Le général de Gaulle fait partie de la très petite cohorte des " grands hommes " dont la vie et l'oeuvre justifient un ouvrage à vocation encyclopédique... Voici donc " Tout De Gaulle ", de 1890 à 1970, à travers son action mais aussi l'analyse qu'il en a lui-même faite.
    Sont présentés et analysés dans ce dictionnaire le milieu dans lequel le jeune Charles de Gaulle a grandi, ses influences littéraires et philosophiques, sa carrière professionnelle, ses propos et son action avant la Seconde Guerre mondiale. Puis de l'appel du 18 Juin à la démission de janvier 1946, l'ouvrage traite l'oeuvre du chef de la France libre, du président du Comité français de la Libération nationale (CFLN) et du chef du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) en relation avec l'histoire de la Résistance, du régime de Vichy, et dans le cadre de la guerre mondiale. Ensuite, le Dictionnaire aborde l'action politique et littéraire du général de Gaulle sous la IVe République, les conditions et modalités de son retour au pouvoir au printemps 1958, l'oeuvre intérieure et extérieure du fondateur de la Ve République jusqu'au référendum du printemps 1969. Enfin, il prolonge la réflexion jusqu'à aujourd'hui à travers l'héritage politique que de Gaulle a laissé et sa place dans la mémoire de nos contemporains.
    De par l'ampleur, la variété et l'originalité des thèmes abordés, sans tabou aucun, ce Dictionnaire de Gaulle est une entreprise ambitieuse et inédite.
    D'abord par le nombre et la qualité des spécialistes réunis ici pour la première fois. Plus de trois cents auteurs, universitaires et chercheurs relevant de disciplines aussi différentes que l'histoire, la sociologie, la psychologie, la science politique et le droit constitutionnel apportent à cet ouvrage les meilleurs éclairages sur toutes les facettes de la vie de Charles de Gaulle. Ensuite, par la richesse des angles de vue retenus. De nombreuses entrées s'attachent à mettre en relief l'action politique du Général, mais d'autres dimensions sont également étudiées : son milieu familial, sa vie quotidienne, sa pensée, son oeuvre littéraire, sa personnalité.Mille entrées présentées dans l'ordre alphabétique, un volume de mille six cents pages sur un seul homme : un outil incontournable pour les chercheurs comme pour le grand public.
    Car tous ceux qui portent de l'intérêt au Général trouveront là une synthèse claire autant qu'une réflexion inédite. Le classement alphabétique, la liste des entrées et l'index permettent un accès facile à cette base de données. Outre les articles thématiques - qu'ils se concentrent sur un épisode précis de la geste gaullienne ou qu'ils couvrent l'ensemble de son existence -, trois cent cinquante entrées biographiques étudient les relations que le général de Gaulle a entretenues avec certains de ses contemporains, chefs d'État étrangers, pairs et/ou rivaux militaires et politiques, compagnons, collaborateurs, journalistes, artistes et écrivains.

  • 80 récits fascinants mêlent des figures connues comme Romain Gary, le général Leclerc, Jean Moulin, aux magnifiques inconnus, héros de notre histoire, tous compagnons de la Libération. Forgé par le général de Gaulle durant la Seconde Guerre mondiale au creuset du danger, de l'audace et du courage, l'ordre de la Libération est une discrète fraternité qui distingue 1038 individus, 18 collectivités militaires et 5 communes.
    Ses membres sont aussi peu nombreux que leurs accomplissements furent considérables. Les parcours qui composent ce livre donnent à voir la très grande diversité et l'intensité des itinéraires : femmes et hommes, d'origines, de convictions et d'âges variés, membres de la Résistance intérieure ou de la France libre, civils ou militaires, auteurs de ralliements plein de panache ou d'engagements secrets, soldats au grand jour ou combattants clandestins, tombés avant la victoire ou ayant survécu...

  • Comment contenir le déferlement de la vague populiste qui risque de balayer nos démocraties ? Comment prévenir l'éclatement de l'Union européenne ?
    Pour mettre fin à des politiques disqualifiées, mettre l'austérité en minorité, lutter contre les inégalités, il est urgent de démocratiser la zone euro. Repris par Benoit Hamon, validé par les meilleurs juristes européens, ce projet de traité institue une Assemblée parlementaire de la zone euro. Ce traité peut être adopté en l'état par les pays qui s'y rallieront. Il a été rédigé une équipe pluridisciplinaire composée de juristes, politistes et d'économistes. Le texte du traité est précédé d'une introduction présentant sa mise en oeuvre de façon pédagogique.

  • « Depuis des années, j'écoutais l'émission « Répliques » dans laquelle Alain Finkielkraut ne se contentait pas du rôle de modérateur mais s'impliquait, apportant une troisième voix (voie) dans un débat où se retrouvaient -plutôt que ne s'affrontaient- deux invités. Cette collection devrait faire le bonheur des esprits curieux, à l'écoute des questions de ce temps ». Serge Kaplun, éditeur. -

empty