Gregory Crewdson

  • Alone street Nouv.

    Alone street

    Gregory Crewdson

    • Textuel
    • 3 November 2021

    Chronique d'une Amérique sans gloire, voici un livre événement contenant les deux dernières séries inédites de Gregory Crewdson: "Cathedral of the Pines" et " An Eclipse of Moths". Une plongée intense dans des images crépusculaires dévoilant un monde fissuré à la mélancolie tranquille et troublante. Tous les livres de Crewdson, star de la photographie contemporaine, sont aujourd'hui épuisés.

    awaiting publication
  • Gregory Crewdson : alone street Nouv.

    Ce nouvel ouvrage consacré au photographe américain adepte des mises en scène cinématographiques rassemble deux de ses séries les plus importantes : Cathedral of the Pines (publiée par Aperture en 2016) et An Eclipse of Moths (publiée par Aperture en 2020). Ces deux ensembles ont pour point commun de se concentrer sur l'atmosphère des petites villes de la Nouvelle Angleterre à l'époque post-industrielle.

    awaiting publication
  • Sanctuaire

    Gregory Crewdson

    Cela se passe à Cinecittà, mythiques studios de cinéma hantés par le passage de Fellini, Rossellini, Sergio Leone, ou plus récemment, de Martin Scorsese et de Wes Anderson.
    Fasciné par le lieu - en friche depuis le grand incendie de 2007 -, Gregory Crewdson nous livre une série de photos noir et blanc fantastiques, images irréelles de décors en carton-pâte. Ce Sanctuaire, à la fois havre de paix, lieu saint, secret, mais aussi tombe, porte en lui tout ce que le sacré peut avoir de rassurant et d'inquiétant. Dans cet endroit magique, saturé de références, le photographe a su saisir la beauté troublante des bâtiments en déliquescence et des rues désertes.
    Pas d'éclairage artificiel à la différence de ses travaux passés, ni de mises en scène narratives, mais une extrême attention portée à la lumière du jour, à l'aube ou au crépuscule. Ces photographies interrogent l'esprit d'un lieu, Cinecittà, fabrique à rêve, et le rôle énigmatique de la mémoire : réalité ? illusion ? fantasme ? Que reste-t-il d'un film lorsque l'équipe a plié bagage et s'est dispersée ? Que reste-t-il de nos rêves lorsque nous nous réveillons ?

  • «On se croirait dans un fi lm. Non sans raison : chaque mise en scène de G. Crewdson débauche autant de matériel et de personnel qu'un plateau de cinéma.» Le Monde «(un) portrait factice mais vrai d'une Amérique profonde et hypercodifi ée.» Géo «Edward Hopper, Twin Peaks, Wisteria Lane, Six Feet Under, American Beauty. autant de références qui viennent immédiatement à l'esprit à la vision des images de G. Crewdson. Au fi l des images, il construit une vision fascinante et désenchantée de la middle-class américaine.» Télérama

  • Les photographies de nus de la photographe américaine Malerie Marder ont souvent pour décor des lieux anonymes. Les modèles au regard impassible ont séduit Gregory Crewdson, James Ellroy et Philip-Lorca diCorcia qui ont chacun écrit un texte pour le livre.

empty