Gilles Béguin

  • Sur commande
  • Sur commande
  • L'art bouddhique

    Gilles Béguin

    • Cnrs
    • 22 October 2009

    Une somme magistrale pour tout savoir des arts et de la doctrine du Buddha.
    Destiné à un grand public cultivé, résultat de 10 ans d'écriture, cette somme sur l'art bouddhique répartie par grandes aires culturelles en offre la plus vaste iconographie rassemblée dans un seul ouvrage.
    Le bouddhisme, seul facteur d'unité du continent asiatique, a inspiré un art d'une grande spiritualité et d'une infinie diversité. Gilles Béguin, spécialiste réputé, en dresse un panorama complet et détaillé grâce à un découpage géographique efficace. Après la présentation synthétique de l'histoire et de l'évolution de la doctrine née en Inde et de ses représentations, on découvre la grande variabilité des traditions et des formes artistiques, jusqu'au Japon, via l'empire Khmer, l'Asie centrale, la Thaïlande, la Birmanie, la Chine, etc. De l'initiation à l'approfondissement, rendu possible par la précision des définitions, la richesse de l'index et de la bibliographie, le lecteur découvre un domaine aussi incontournable qu'admirable du patrimoine spirituel universel.
    Gilles Béguin, conservateur général du Patrimoine, longtemps responsable des arts népalais et tibétains au musée national des arts asiatiques-Guimet, est directeur du musée Cernuschi.
    Plus de 700 photos, cartes et plans Un cadeau idéal pour les fêtes

    Sur commande
  • L'art tibétain

    Gilles Béguin

    Depuis sa création après la deuxième guerre mondiale par le savant italien Giuseppe Tucci, l'histoire de l'art tibétain s'est beaucoup modifiée. Le présent volume témoigne de ses progrès. Il permet de suivre l'évolution de cette esthétique essentiellement religieuse au travers de monuments souvent grandioses et d'oeuvres portatives replacées dans leur contexte historique et culturel. L'accent est porté sur les périodes d'apogée (XIIe-XVIIe siècles). Des chapitres thématiques répartis au fil de l'ouvrage apportent d'indispensables synthèses sur la religion, l'iconographie du bouddhisme lamaïque, les techniques et les styles. Cet ouvrage, au texte clair et concis, constitue une première approche idéale d'un art à la fois foisonnant et complexe. D'un maniement facile, il est un outil indispensable tant pour le voyageur en pays himâlayens que pour tout amateur d'art.

  • Mandala

    Gilles Béguin

    Sur commande
  • Ellora

    ,

    Situé dans le centre ouest de l'Inde, dans l'Etat du Maharashtra, le site d'Ellora évoque une île heureuse en pleine nature, à quelques kilomètres d'un autre site très intéressant, les grottes d'Ajanta. Classé au Patrimoine mondial de l'humanité depuis 1983, Ellora est un complexe rupestre d'une telle importance qu'il est devenu un lieu de pèlerinage pour les trois grandes religions qui y sont représentées : le bouddhisme, le brahmanisme et le jaïnisme.
    Trente-quatre lieux de culte (des temples, des monastères et parfois des chapelles) y ont été creusés dans la roche entre le Ve et le Xe siècle, sur une superficie d'environ deux kilomètres carrés. Les différents monuments s'encastrent et se mêlent, témoignage d'un savoir-faire artisanal et d'une harmonie religieuse inattendus. Les constructions présentent des détails architecturaux et décoratifs variés qui en soulignent la richesse et l'inventivité : colonnades, escaliers monumentaux, reliefs sculptés, stucs et vestiges picturaux.
    Malheureusement, de par leur nature rupestre, l'architecture et les reliefs sculptés sont longtemps restés dans l'ombre, l'obscurité plus ou moins dense qui les enveloppe ayant jusqu'ici rendu impossible toute campagne photographique susceptible de révéler leur splendeur au grand jour. Iago Corazza, muni d'un matériel ultra-sensible, permet enfin aux passionnés et aux simples curieux de pénétrer dans ce site unique en son genre.
    La voix experte de Gilles Béguin éclaire les visions qui émergent des parois rocheuses. Après la publication de Khajuraho, les amateurs d'art indien peuvent une nouvelle fois entrer, sous la conduite de guides d'exception, dans un site d'une beauté extraordinaire, dont les superbes photographies dévoilent des détails inédits.

  • En 1405, yongle, troisième empereur des ming, décide de transférer sa capitale de nankin à pékin et d'y édifier le centre du pouvoir.
    La cité pourpre interdite sera un ensemble colossal de palais, une véritable ville dans la ville. son dessin même reflète le pouvoir absolu et le rôle cosmique de l'empereur, fils du ciel. pendant cinq siècles, la cité interdite, où la dynastie mandchoue s'installe à son tour en 1644, reste le centre sacré de l'empire du milieu. cinq siècles durant lesquels, en dépit des changements politiques, des évolutions de la société, des bouleversements de l'histoire, la vie dans la cité interdite demeure immuablement réglée sur un modèle qui semble défier le temps.

    Gilles beguin nous donne les clefs de ce labyrinthe prodigieux qui est comme un calque apposé sur le destin même de la chine millénaire.

  • Le site d'Angkor, au Cambodge, est l'un des sites les plus recherchés par les touristes et les scientifiques en Asie. Entre les IXe et XVe siècle, la civilisation khmère a choisi ce lieu et ses environs pour y établir son centre politique et spirituel. Ses palais et ses temples honoraient à la fois ceux qui les avaient fait construire et leur religion. Celle-ci était un mélange de bouddhisme et d'hindouisme, deux grandes religions venues d'Inde où elles ont toujours cohabité. Mais il existait aussi un autre syncrétisme alliant le sivaïsme et le vishnouisme. Le caractère sacré d'Angkor repose sur d'immenses architectures qui non seulement regorgent de sculptures mais peuvent être qualifiées elles-mêmes de sculptures monumentales. Elles sont érigées au sein d'un magnifique paysage traversé de nombreux canaux et bassins, qui ressemble à un vaste jardin, un univers parfait, à l'image du cosmos. L'École Française d'Extrême-Orient menait autrefois des recherches et des travaux de restauration sur ce site avant qu'une longue guerre civile ne vienne interrompre toute activité archéologique. C'est la raison pour laquelle le seul ouvrage scientifique de référence sur cet immense complexe architectural d'Angkor demeure celui de Maurice Glaize, qui supervisa les fouilles de 1936 à 1945. Son guide, surnommé « le Glaize » (1952), reparaît aujourd'hui dans une nouvelle édition critique, publiée et présentée par Gilles Béguin, directeur du Musée Cernuschi des Arts asiatiques à Paris. À l'origine, le Glaize ne comportait que des images en noir et blanc. Dans cette nouvelle édition, ces photos ont été remplacées par des images provenant des archives photographiques parmi les plus réputées sur Angkor. Le résultat est un ouvrage de référence indispensable pour comprendre Angkor, une étude incontournable pour toutes les recherches à venir.

empty