Castor Astral

  • Dessin de Gérard Titus-Carmel.

    Ces métamorphoses ne doivent rien à Ovide. Ce sont celles de l'auteur à l'approche de l'âge : déloger de soi, éprouver tous les sentiments, toutes les passions tour à tour, ou conjointement, avant qu'il soit trop tard. Autoportrait en faune...

    Que le vent longtemps me porte à l'aventure/ À faire ici et là de tout ma fortune/ Quelques morts en hâte et de nombreuses vies/ Ne mendiant rien qui ne me soit donné/ En songe ou en vérité ......... le fleuve Amour/ Et la beauté instantanée/ Ces métamorphoses sont aussi celles du livre, dont la forme change selon le point de vue, à la manière des anamorphoses, et un hommage aux poètes, évoqués de façon parfois détournée. C'est enfin un hommage à la langue - à l'instrument du goût : un menu ironique dont les services colorent discrètement les pages.

empty