Francois-Xavier Fauvelle

  • Penser l'histoire de l'Afrique

    Francois-Xavier Fauvelle

    • Cnrs
    • 31 March 2022

    Retraçant un parcours de recherche qui l'a mené de l'Afrique du Sud au Maroc en passant par l'Éthiopie, François-Xavier Fauvelle fait ressortir les enseignements d'une histoire qu'il n'est plus permis de nier ou d'ignorer.
    Il pointe les défi s d'une documentation fragmentaire qui suppose d'employer fouilles archéologiques et écrits anciens, traditions orales et usages contemporains du passé, tout en déconstruisant les représentations héritées des siècles de la traite des esclaves puis du colonialisme.
    Apparaissent alors les richesses d'une histoire marquée par une singulière diversité d'économies, de langues, de croyances religieuses et de formations politiques.
    Réinscrite dans ses interactions avec les mondes extérieurs, cette histoire renouvelle notre compréhension des mondes africains anciens et permet de repenser les phénomènes globaux, tels ceux du Moyen Âge, à partir de l'Afrique.

  • L'Afrique ancienne a une histoire. Cette histoire est celle de civilisations de la diversité qui se façonnent et cohabitent, tantôt hégémoniques, tantôt fluides, dans des milieux exigeants et contrastés. Fruit de recherches accumulées depuis des décennies, c'est une histoire de l'Afrique à la fois neuve, foisonnante et inattendue que raconte ce livre. On pense aux puissants royaumes de Kerma, Aksum, Méroé, Ghâna, Kongo, ou encore aux empires islamiques et chrétiens médiévaux. On parcourt, tels des marchands grecs, arabes ou persans, des villes prospères, du Sahel au Nil et de l'Ethiopie à Madagascar. On visite Tombouctou, Lalibela et le Grand Zimbabwe, sans oublier la civilisation nomade des éleveurs de vaches, les chasseurs-cueilleurs, les innovations techniques ou les flambées artistiques.
    Si l'histoire semble se dérober quelquefois, c'est que les témoignages écrits manquent. Là réside le défi de ce livre : faire de toute trace, matérielle ou immatérielle, un document. Ce seront des vestiges d'outils, de parures, des fragments de langues, des gènes d'animaux ou de plantes, qui permettent de remonter à l'histoire d'avant l'histoire ; ce sont les peintures rupestres du Sahara et même des paysages, qui racontent les sociétés ; ce seront des épisodes remémorés et transmis oralement.
    Une somme unique, qui réunit, sous la direction de François-Xavier Fauvelle, les meilleurs spécialistes au monde, quelquefois les seuls de leur domaine, et se donne pour ambition d'illustrer autant la diversité des trajectoires historiques des civilisations anciennes de l'Afrique que celle des terrains et des ressources des historiens.

  • Leçons de l'histoire de l'Afrique

    Francois-Xavier Fauvelle

    • Fayard
    • 16 September 2020

    Dans un texte engagé, François-Xavier Fauvelle affronte les défis d'une histoire de l'Afrique. Contre le déni d'historicité, la fascination pour les origines ou une grille de lecture « ethnique », l'historien doit faire place à la diversité des mondes africains et de leurs trajectoires au cours des millénaires.

    S'il n'est jamais superflu de rappeler que les sociétés africaines sont faites de la même étoffe historique que toutes les sociétés, c'est parce que les passés de l'Afrique sont restés longtemps méconnus. Être historien ou archéologue de l'Afrique, dès lors, consiste à désencombrer le passé autant qu'à en saisir la diversité : richesse de la littérature orale et de la documentation écrite, pluralité des langues et des religions, inventivité technique et sociale, cohabitation des formes politiques. Attentif aux multiples trajectoires historiques qui s'y manifestent, François-Xavier Fauvelle invite à écouter ce que nous apprend l'histoire de l'Afrique.

  • Histoire de l'Afrique du Sud

    Francois-Xavier Fauvelle

    • Points
    • 14 January 2016

    L'apartheid, cette utopie totalitaire, voulait figer le temps, l'empêcher de mélanger les individus, de transformer les identités. Avec la transition démocratique « miracle » sud-africain des années 1990, la lente naissance d'une nation a repris son cours.

    Il faut donc partir de loin pour saisir le présent. Au cours des siècles, dans la rencontre et l'échange, dans la violence de la conquête et de l'exclusion, se sont redessinés les espaces et les cultures. Des sociétés se sont façonnées : les royaumes africains du Zimbabwe au pays Zulu, la colonie du Cap de Bonne-Espérance, le pays de la ségrégation instituée. De cette histoire multiple, de mémoires souvent blessées, de territoires morcelés, les habitants du sud de l'Afrique ont fait l'Afrique du Sud.

  • à la recherche du sauvage idéal

    Francois-Xavier Fauvelle

    • Seuil
    • 31 August 2017

    Ce livre nous entraîne au bout de l'Afrique sur les traces d'un peuple oublié, ce peuple dont est issu la tristement célèbre « Vénus hottentote ». Dès qu'il paraît, au temps des Grandes Découvertes, son étrangeté radicale effraie ou émerveille. Voici donc le pire ou le meilleur des sauvages, en tout cas le plus exemplaire : il est ce que nous - Européens, modernes, conquérants - ne pouvons plus être. Inadaptés au monde qui se construit à leurs dépens, ces femmes et ces hommes deviennent la caricature d'un peuple meurtri, bientôt retranché de la terre et de l'histoire.

    Parce qu'il retrace leur disparition en même temps que l'enquête qui part à leur recherche, ce livre raconte l'histoire à rebours. Il suit des pistes qui remontent le temps et les retrouve, là, en 1670, entourés de vaches et d'esprits, dans le campement où un chirurgien allemand, notre meilleur informateur, les a rencontrés. Ils ont un nom : les Khoekhoe.

    « Je ne sais pas s'il faut haïr les voyages et les explorateurs. Ils vous convient, quelquefois malgré eux, à un outre-passement auquel il faut consentir. Au bout de la piste, si vous y avez consenti, si nous y avons mis assez de désir et de ténacité, peut-être serons-nous tous, le narrateur à coup sûr, la lectrice, le lecteur peut-être, devenus sauvages ».

    F.-X. F.

  • Le rhinocéros d'or : histoire du Moyen Age africain Nouv.

    François Xavier Fauvelle, professeur au Collège de France, est archéologue et historien, spécialiste de l'Afrique médiévale.
    Le Rhinocéros d'or est un ouvrage majeur, devenu un classique pour les étudiants, et demeure la meilleure initiation à l'histoire ancienne de l'Afrique. En une série de courts chapitres, le récit nous mène du Sahara aux rives du Niger, de l'empire du Mali aux royaumes chrétiens de Nubie ou d'Éthiopie, des côtes de l'Afrique de l'Est aux ruines majestueuses de Grand Zimbabwe. Au fil des pages, François-Xavier Fauvelle reconstitue l'histoire de civilisations brillante et encore méconnuess.

    awaiting publication

  • Si l'Afrique ancienne n'a pas d'écritures, elle a bien sûr une histoire depuis longtemps sous-estimée lorsqu'elle n'est pas simplement niée. À partir des traces laissées par des civilisations brillantes et les traditions orales, François-Xavier Fauvelle-Aymar reconstitue de manière captivante la richesse de ce continent retrouvé. En trente-quatre courts essais, Le Rhinocéros d'or offre un panorama de l'Afrique subsaharienne du VIII ?au XV ? siècles.

  • L'Afrique est un continent immense et les sociétés qui l'habitent ont connu des trajectoires historiques multiples au cours des millénaires, sans cesser d'interagir entre elles et avec les mondes extérieurs. Cinq grandes périodes scandent cette histoire :

    - L'Afrique ancienne (depuis la préhistoire jusqu'au XVe siècle), à la fois berceau et creuset de diversité linguistique, technique, politique.
    - L'Afrique moderne (du XVe au XVIIIe siècle), ses grands royaumes et le début de la présence européenne.
    - L'Afrique souveraine (XIXe siècle), après l'abolition de la traite atlantique et les reconversions économiques africaines.
    - L'Afrique sous domination coloniale, entre « partage » du continent, résistances anticoloniales et décolonisations.
    - L'Afrique des indépendances, qui relève de nombreux défis politiques, économiques et sociaux.

  • Nombreux sont les échos actuels des batailles de mémoire, au sujet de l'Afrique, engagées en Amérique à la fin du XIXe siècle, en Europe et en Afrique depuis la fin de la période coloniale : suspicion de racisme envers les chercheurs occidentaux, affirmation du rôle des Juifs dans la traite des esclaves, revendication de la place de l'Afrique dans l'essor de la civilisation, contestation sur la couleur de peau des anciens Egyptiens...
    Passé d'une scène à l'autre - religieuse et philosophique, académique, médiatique, politique et judiciaire -, ce nouveau genre de guerre culturelle a été analysé sous le vocable d'" afrocentrisme " : une idéologie ou plutôt un archipel idéologique aux réticulations planétaires, qui profite aujourd'hui du développement du communautarisme, de l'internet, et de la marginalité sociale des personnes issues de l'immigration.
    A croire ces batailles nouvelles, à les croire franco-françaises, à penser qu'elles opposent des fronts unis et aisément repérables, on se condamne à une lecture naïve des faits et à une analyse superficielle. C'est à ce danger que la présente étude permet d'échapper.

  • Histoire de l'Afrique du Sud

    François-Xavier Fauvelle-Aymar

    • Points
    • 7 November 2013

    La première histoire longue du pays de l'apartheid et de Nelson Mandela.

  • Déjouer les arrière-pensées et les silences de la production d'écrits ; interroger les conflits de narration que suscite le recours à l'oralité ; reconnaître les vérités de la mémoire ou surprendre son pouvoir d'occultation ; percer les écrans de censure et de représentation : telles sont les ruses que déploie l'historien dans son travail quotidien. Parce que l'Histoire se joue de ceux qui la reçoivent ou la scrutent, la ruse est une qualité cardinale de l'enquête historienne. Et sa nécessité est peut-être plus grande encore lorsqu'il s'agit de l'histoire de l'Afrique, enrobée de biais, de préjugés et de représentations faussées. Les enquêtes réunies dans ce livre, qui vont de l'Afrique ancienne au monde contemporain, du terrain à la bibliothèque, du document au récit, s'emploient au décryptage du passé, attentives à la variété des sources, aux rapports du pouvoir et de l'écrit, aux formes de la transmission, à l'historiographie. Jean Boulègue, à la mémoire de qui ce livre est dédié, était professeur d'histoire de l'Afrique à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a laissé, chez tous ses amis, élèves et collègues, le souvenir et le modèle d'une intelligence pénétrante, précise et rusée du passé et du monde. François-Xavier Fauvelle-Aymar, directeur de recherche au CNRS au laboratoire TRACES (UMR 5608) à Toulouse-le-Mirail, et Bertrand Hirsch, professeur à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, sont tous deux historiens de l'Afrique à l'époque médiévale. Ont contribué à cet ouvrage : Monique Chastanet, Gérard Chouin, Liliane Daronian, Christian Décobert, Marie-Laure Derat, Françoise Doutreuwe, Chouki El Hamel, Rokhaya Fall, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Philip J. Havik, Bertrand Hirsch, Job Kasantchis, Nicole Lemaitre, Maria Emília Madeira Santos, Peter Mark, Henri Médard, Sophie Narain, Claude-Hélène Perrot, David Robinson, Bernard Salvaing, Christian Seignobos, Robin Seignobos, Jose da Silva Horta, Tal Tamari, André Thiéblemont, Imke Weichert.

  • Cet ouvrage présente un état diachronique de la culture du fer, de l'extraction du minerai à sa consommation et à sa transformation en produit fini, en passant par la sidérurgie, l'artisanat et le commerce. Pour cela, des contributions d'anthropologues, d'archéologues et d'historiens de l'Antiquité sont pour la première fois réunies.Quelles sont les dernières données scientifiques issues des fouilles archéologiques ou des études de matériel ? Qu'apportent les analyses chimiques aux datations et sources géographiques des minerais, mais aussi aux techniques employées pour son raffinage et sa fusion ? Ce sont les principales questions auxquelles les archéologues ont essayé de répondre, en prenant des exemples dans des horizons proches et lointains.

    awaiting publication

  • Troisième édition.
    Il y a un demi-siècle, le chercheur sénégalais Cheikh Anta Diop posait la question de la négritude de l'Egypte et de l'antériorité des civilisations nègres. Aujourd'hui, c'est d'Amérique du Nord que nous viennent les échos d'une telle contestation de l'histoire écrite par les Blancs. Les thèmes en sont multiples. Ne serions-nous pas tous less enfants d'une Eve noire ? La première civilisation ne fut-elle pas africaine, rayonnant ensuite de son berceau égyptien jusque dans la Grèce classique ? L'objet de ce livre est de mieux connaître l'argumentation de ce courant dit afrocentriste, d'en discuter les sources et les méthodes, d'en comprendre les motivations et d'en analyser les réseaux, sans oublier ni les siècles d'oppression et de discrimination pesant sur la condition noire, ni les aspirations actuelles à une renaissance.

    Sur commande

empty