Francis Massé

  • Exercice délicat que celui de la dédicace, le trop rare Masse s'y prêta pourtant volontiers lors du précédent Festival d'Angoulême. Dans La Dernière Séance, il inventorie une partie des rencontres et des petits miquets prodigués pendant la manifestation.
    L'auteur de On m'appelle l'avalanche et de Elle esquisse ici sans vergogne son lectorat et dresse ainsi un portrait acide des fans de bande dessinée.
    Rassurez-vous, on connait l'affection de Masse pour la gouaille et la dérision.

  • Vue d'artiste

    Francis Massé

    Le but d'une « vue d'artiste » est de proposer une représentation imaginaire mais explicite d'un sujet inobservable directement.C'est bien ce que nous propose Masse avec cet album, un pont entre le sens commun du grand public et le mode de pensée scientifique : il est question ici uniquement de cosmologie.Masse, avec passion et malice, nous emmène avec ses deux complices remonter l'espace (et donc le temps) pour réaliser le casse le plus fantastique de l'histoire de l'univers, celui du Big Bang, réputé inviolable. Oui bien sûr, ça nous paraît incroyable, vu d'ici. Mais Masse utilise le raisonnement par l'absurde pour nous faire approcher des réalités scientifiques dans lesquelles nous vivons sans en avoir conscience.Première BD de Masse depuis 1987, cet album ambitieux restera unique dans l'histoire de la BD par le décalage entre le sérieux scientifique de son fond et la liberté imaginative de sa forme.

  • Deux hommes cohabitent sur un balcon d'où ils regardent défiler le monde. Avec un humour féroce, ils devisent à base de solides théories scientifiques, entre pataphysique et cosmologie, zoologie et météorologie.La ville à leurs pieds change sans arrêt de morphologie, rappelant les décors surréalistes où évolue le Philémon de Fred. Les deux hommes, l'un faisant démonstration de son érudition et l'autre de son esprit de contradiction, sont à la fois des spectateurs et l'objet de notre attention hilare.Le génial Francis Masse débarque dans la collection 1000 Feuilles avec la réédition d'un de ses livres-phares, Les Deux du Balcon (originellement paru en 1985) et qui annonce un prochain album inédit.

  • Elle

    Francis Massé

    Dans Elle, Masse revient avec un personnage de « bonhomme à gros nez » qui évo-lue dans une série de strips au dessin épuré. « Il ne peut l'avoir tuée. Il l'aimait. Trop, peut-être » prévient l'introduction et pourtant, installé sur un fauteuil qui fait office de cellule, le personnage purge bien une peine de prison. Ce fauteuil devient alors le théâtre des variations de la solitude et de l'ennui, une lorgnette qui dérègle la réalité où « le dehors du monde est maintenant retourné comme une chaussette dans le dedans de [La] prison ». Dans cet univers carcéral étrange et dévoyé, ce personnage au langage rudimentaire et laconique, use d'un humour déroutant, se joue du lecteur et de lui-même. Masse aime se jouer de son média ; "Elle", dont l'identité n'est jamais dévoilée, rappellera une certaine « dame assise » et pourra laisser penser que l'on rencontre ici son pendant masculin désabusé et esseulé.

  • Pourquoi un thème aussi (apparemment) rébarbatif pour ce livre de dessins ? Inconscience ou provocation ? Tout d'abord, il s'agit ici du « Modèle Standard », avec des majuscules, tel que l'entend la physique théorique, superposé au « modèle standard », avec des minuscules, de la cosmologie.
    Ces modèles standards ont la propriété de se contenir et de se nourrir intimement l'un l'autre, sans que ça pose de problème notoire. Alors, pourquoi ne pas les emboîter à leur tour dans le « modèle standard » du dessin d'humour ? Celui-là, son cadre de grandeur s'étend de l'échelle de l'individu à celle de l'horizon de sa planète. Segment qui paraît immense à l'échelle humaine, mais des plus ramassé, ramené au cadre cosmique ! Voyons donc ce que ça donne en lui injectant toutes les dimensions du dessous, décrites par la physique quantique, et toutes celles du dessus, racontées par la relativité et la cosmologie.
    Voilà, ça donne ces espaces à deux dimensions, où toutes les grandeurs, de l'infinitésimal à l'infini, se superposent, s'emboîtent, se rejettent, s'anti-matérialisent, etc. Tout comme dans le vrai monde de la physique. La béance du vertige cosmique est bien là, tapie. Elle nous étire déjà la paupière. Maintenant, il est trop tard, le trou noir (de chine) nous absorbe. Accrochez-vous au pinceau, dans ces pages, les échelles se dérobent.

  • Contes de Noël

    Francis Massé

    Dans le monde de Masse, rien n'est vraiment ce qu'il a l'air d'être. Par son dessin, par son imagination sans pareille, les choses et les gens acquièrent des dimensions insoupçonnables ! Ainsi, dans ces histoires qui font la part belle à l'humour érudit et malicieux de l'auteur, un pingouin peut bien être un missile et un coureur cycliste être représenté par une pomme... Dans la foulée des Deux du balcon, sélectionné à Angoulême, et de Vue d'artiste, 1000 Feuilles continue son travail de publication de l'oeuvre capitale de Masse. Contes de Noël, son nouvel opus, regroupe des versions remaniées de deux histoires noir et blanc déjà publiées dans le 30/40 de Futuropolis, mais aussi une histoire inédite en couleur directe, où pour la première fois, l'auteur nous offre un récit autobiographique.

  • "Le management est l une des clefs pour faire advenir une société meilleure, forte d organisations efficaces. A cet égard, la notion de frontière fait sens. Le management s inscrit dans une réalité, sinon il n est rien. Le management traverse aussi des découpages disciplinaires multiples qu il doit relier : il est frontière. Il constitue enfin un levier pour transgresser des limites artificielles et élargir le champ des possibles, où règnent l imagination créatrice et l innovation."

    Sur commande
  • Quelque part dans l'immensité de l'océan vogue un équipage de pirates un peu particulier.
    À bord, ça discute philosophie, macroéconomie ou démographie anamorphosée. Qu'on se le dise, matelot, ces pirates-là ont le verbe fouillé et les idées larges ! Et les aventures qu'ils vivent ne sont en réalité qu'autant de prétextes à la réflexion. Un recueil d'histoires courtes au dessin fourni et imaginatif, associé à une pensée complexe et un ton délicieusement absurde.

  • Les deux du dock

    Francis Massé

    La pêche à la ligne : Dès 1669, monsieur de Pourceaugnac, alias Tartuffe, énonçait cette tautologie : « Ce n est pas pécher que pécher en silence ». En effet, le péché n existe pas vraiment en lui-même, mais uniquement par tout ce pataquès que la bien-pensance s emploie à faire autour. Sans cette "pata-caisse" de résonance, péché et vertu se confondraient tellement que ni philosophes, ni autres moralistes, n auraient jamais eu à débattre de leur soi-disant antagonisme! Et qu ils auraient pu consacrer plus utilement leur vaine existence à la seule activité humaine la méritant vraiment : La pêche à la ligne. Car contrairement à ce qu affirmait alors cet hypocrite de Tartuffe, « C est réellement pêcher que pêcher en silence ». (Masse - "Les Deux du Dock"). Les Deux du Dock - Masse : Un bon « Tuyau » a fait se croiser la route de Nicole et Francis Masse dit Masse avec celle de Dock Sud. C est la première fois que nous collaborions avec un auteur de bandes dessinées, « Masse » dont l univers graphique exceptionnel a donné ses meilleures heures à la bande dessinée des années 1970-80, participant à de nombreuses revues telles que Actuel, Fluide Glacial, L Écho des Savanes, Charlie, Hara Kiri, Métal Hurlant, (À Suivre), Raw et beaucoup d autres&. Après avoir passé une bonne paire de jours dans notre atelier sétois à notre rencontre ainsi qu à découvrir la ville et ressentir l ambiance portuaire, Masse est reparti dans sa montagne sans que nous ayons réellement décidé quelles seraient les planches exposées. Masse avait compris que nous étions attachés lors des résidences sétoises de nos artistes lointains, à ce que leur travail s imprègne de l atmosphère du port méditerranéen. Alors que nous n osions espérer des planches originales ni même penser à des inédites, un mois plus tard, Masse nous livrait ces 54 planches, exercice de style spécialement réalisé pour l occasion, pleines de poésie, d humour et d intelligence.

    Sur commande
  • Pourquoi les politiques publiques n'atteignent elles pas ou insuffisamment leurs cibles? Pourquoi der réformes aboutissent-elles tardivement, souvent à contretemps? Pourquoi ne sont-elles jamais menées à leur terme alors que le temps presse? Parce que la société française et les citoyens auropéens n'exigent pas du Politique les transformations qui s'imposent afin de réformer l'Etat. Pour comprendre la nécéssite de modifier en profondeur le pilotage public, national ou européen, face à l'endettement public galopant et aux crises multiformes qui émergent à des échelles d'intervention différentes, l'auteur prend la parti d'une introspection de nos cultures sociétales, politiques et administratives. REFONDER LA POLITIQUE consiste pour lui à induire de nouvelles dèmarches de changement à partir d'un nouveau regard porté sur le monde tel qu'il est.
    Ainsi, l'auteur tire de la Culture les ressorts possibles d'un renouveau sociétal. en se situant délibérément au coeur du blocage français et des raisons profondes des dysfoncionnements du service public, il trace les orientations susceptibles de réformer l'Etat en profondeur, en sorte qu'il se place réellement au service de la Société et des citoyens. -Pour sortir de l'impasse actuelle et lutter contre le cynisme et la cupidité,écrit-il, nous devons mener un quadruple combat: 1. faire émerger une sphère de vie sociale où puissent se recréer des dynamiques de recherche et d'investissements éthiques: 2. formaliser un nouveau contrat social entre les citoyens français et européens; 3.reconnaitre les entrepreneurs, le marché et les entreprises; et 4. rénover notre vision d'un Etat-stratège, national et européen. Ceci implique qu'un interet général soit redéfini à partir de la Culture, c'est-à-dire d'un vivre ensemble.-

    Sur commande
  • Comment briser cet insidieux silence politique qui endort la France et l'empêche de s'adapter aux profondes mutations en cours dans le monde ? Nous vivons une révolution technologique majeure ouvrant la voie à une nouvelle civilisation, et " le Politique " - classe politique, gouvernants, partenaires sociaux, administration, médias et citoyens mêlés - se tait.
    Tout bouge - l'économie, la société, la vie -, mais notre pays, satisfait de lui-même, fier de sa cohabitation institutionnelle, enfermé dans ses certitudes et ses habitudes, et dans son " exception culturelle ", ne prend pas son destin en main. Le moment est venu pour ces différentes composantes du Politique de prendre la parole, d'alimenter les débats, pour agir de concert afin de créer une démocratie vivante dans une république réconciliée.
    Francis Massé, nourri d'une expérience professionnelle au sein de différents cabinets ministériels et administrations centrales, nous livre ici le fruit de ses réflexions d'où il ressort que " l'État ne pourra arbitrer entre les exigences de la nation et les aspirations des Français, qu'à la condition de donner l'exemple en commençant par se réformer ".

    Sur commande
  • À peine installés, nos gouvernants font face aux doutes, aux hésitations, aux interrogations. Pourquoi et pourquoi de nouveau ? Parce que leur réussite - et la nôtre - exigent une modernisation effective de l'action publique, mère de toutes les réformes dont notre pays a besoin. Parce que le management public en est la clé. Enfin et surtout parce que cela nécessite de retrouver ce que sont le sens du service public et le management de celui-ci lors même qu'il se trouve confronté aux nouvelles complexités du monde. Ainsi, toute la chaîne qui va de la compréhension des enjeux à la mise en oeuvre des décisions doit être repensée.

    La réponse aux urgences implique un art consommé de la lenteur pour maîtriser le temps de la compréhension et laisser le temps à la confiance de s'installer en réduisant les extrémismes et les tentations isolationnistes. Oui, les urgences sont là : tout s'accélère et, pour ne pas risquer d'ouvrir des boîtes de Pandore, l'Etat et l'Administration doivent penser et agir en stratèges. Il faut un "Président manager", des "ministres managers" et des managers publics.

    Pour construire notre futur dans des services publics rénovés, ajuster les bonnes mesures, pratiquer placidement l'essai/erreur ou l'expérimentation, mettre en place les conditions du succès (formation des acteurs, mobilisation, réorganisations), la lenteur s'impose. Dans la même temporalité l'on doit aussi donner du temps aux Médias, partenaires de la Démocratie, afin de maîtriser la vitesse de diffusion des nouvelles inutiles et de densifier les essentielles, d'apaiser les émotions et d'expliquer. Bref détruire ce mythe des 100 jours et tuer dans l'oeuf cette croyance selon laquelle, dans la précipitation, il serait possible de refaire le monde, de changer les mentalités et de se soumettre sans analyse à l'exigence d'information immédiate.

    Destiné à tous, dont aux acteurs publics, le livre indique comment l'approche program- matique nourrit une démarche de changement pour toute la société. La révolution dans la formation des fonctionnaires, une nouvelle articulation entre le Technique et le Poli- tique dans le traitement des situations, du local à l'Europe, et un réel alignement straté- gique de l'ensemble des actions publiques dépendent d'une action lucide et pragmatique.

empty