Françoise Crémoux

  • Est-il possible de parler de sécularisation en Espagne avant que cette notion n'ait une existence juridique et constitutionnelle effective ? Durant la période traitée par l'ouvrage, 1700-1845, le principe de sécularisation du politique fait l'objet de multiples blocages, et l'idée même de sécularisation est débattue. Cependant, un processus de sécularisation sociale et culturelle semble être à l'oeuvre en parallèle : l'influence sécularisatrice des idées des Lumières entraîne des changements sociaux et de nouvelles pratiques culturelles, scientifiques et artistiques, même au sein de l'Église.

  • Au tournant des XVe et XVIe siècles, dans les pays de la Méditerranée occidentale, l'attention humaniste portée au passé lointain de l'Antiquité confère une forme d'autonomie à l'actualité. Cette force nouvelle du présent entraîne la construction d'un rapport inédit entre l'ancien et le nouveau.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Loin de se référer à un concept univoque, les textes rassemblés dans ce volume voudraient montrer comment, à l'épreuve des limites spatiales et temporelles que nous nous sommes fixées, la question de l'empire acquiert une productivité politique et philosophique inédite, parce qu'elle se nourrit autant qu'elle se détache du mythe impérial médiéval.
    Dynastique et électif, religieux et philosophique, romain et germanique, territorial et juridique, l'empire passe alors du statut de catégorie simple, dont la traduction historique est manifestement impossible, à celui de catégorie complexe, dont on a le sentiment qu'elle peut exister historiquement. Ainsi la présencemanifeste que donne à l'Empire le parcours historique de Charles Quint permet-elle de mettre au jour les ambiguïtés et les tensions de cette catégorie flottante entre autorité abstraite, régime juridique, vision apocalyptique et messianique de l'histoire, commandement militaire, exigences spirituelles, voire mystiques.
    Cet « empire de guerre » n'est donc pas ici une forme structurellement obsolète à écarter du cheminement prétendument inexorable vers l'État-nation, mais un des espaces essentiels de déploiement d'une réflexion sophistiquée sur les limites juridiques et territoriales de la souveraineté, et sur ce que l'on pourrait appeler les faiblesses de la puissance.

    Sur commande
empty