François Ewald

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Le principe de précaution ou de gestion des risques n'est pas propre au droit français, mais la France est le seul pays à l'avoir fait entrer dans sa Constitution en 2005. Il est en outre devenu constitutif de certaines activités économiques, tant les notions de sécurité et de prévention se sont répandues dans les consciences citoyennes.

    Comment les entreprises gèrent-elles ce principe ? En quoi ce principe interfère-t-il avec l'innovation ? Selon les secteurs, les enjeux ne sont certes pas les mêmes : du transport ou du nucléaire qui intègrent cette notion depuis toujours, à l'industrie cosmétique ou de télécommunication qui n'a rencontré ces questions que récemment, notamment avec le développement prodigieux de la téléphonie mobile.
    Outre la mise en oeuvre de procédures dans la recherche et la production, le respect de contrôles exercés par les pouvoirs publics, les entreprises développent une communication à l'attention du public, des class action ou forum citoyens voient le jour pour amorcer un dialogue. La recherche du risque zéro rejoint ainsi la responsabilité sociale des entreprises.

    Une équipe de journalistes a réalisé une enquête auprès des entreprises. Ils ont rencontrés des risk managers, des directeurs du développement durable, des directeurs juridiques et des directeurs R&D. Pour chaque secteur, le livre propose un aperçu historique de la prise en compte du principe de précaution, présente la gestion et les modalités d'application qui peuvent varier, jusqu'aux stratégies dans le dialogue avec les consommateurs, les réseaux militants et le grand public.

    Si le principe de précaution occupe bien souvent la une des nos journaux à travers des scandales retentissants, il a rarement été observé de si près dans son fonctionnement. Ce livre instruira les dirigeants d'entreprises sur les pratiques d'homologues, mais aussi le grand public en offrant une vision originale, de l'" intérieur ".

    Sur commande
  • Au début du XIXe siècle, à l'époque de la promulgation du Code civil, la philosophie de la responsabilité régnait sans partage : chacun est responsable de son sort. La liberté est sans excuse. Incapables d'offrir des solutions satisfaisantes aux grands défis posés par l'industrialisation, nos sociétés trouvèrent, dans la philosophie du risque et l'institution de l'assurance, des instruments plus adéquats à leur gouvernement. Ainsi est né ce qu'on appelle, improprement, l'Etat providence. François Ewald, à partir de la généalogie de celui-ci, en brosse le portrait. Sans se limiter aux aspects juridiques et sociaux de son histoire, il en dégage aussi les dimensions, philosophique et morale. Il montre qu'elle est liée à une expérience particulière du mal - donc au besoin de sécurité - sous la forme de l'accident. {L'Etat providence} constitue une fresque panoramique composée comme un drame de la raison politique : si les assurances privées ou sociales ont eu pour effet de multiplier les cas de responsabilité, s'il est faux de parler d'un déclin de responsabilité, il est, en revanche, patent que l'existence de l'Etat providence est la preuve que nos sociétés ont définitivement renoncé à se gouverner selon le principe de liberté.

    Sur commande
  • NAISSANCE DU CODE CIVILTravaux préparatoires du Code civilEn dépit des efforts de la royauté, une infinité de lois diverses régissaient la France avant 1789. Aussi, en 1790, la Constituante décrétait que « les lois civiles seraient revues et réformées par les législateurs et qu'il serait fait un code général de lois simples, claires et appropriées à la Constitution ». Tâche immense que les Assemblées successives vont s'efforcer de mener à bien, mais qui ne prendra vraiment son essor et n'aboutira qu'avec le Consulat, sous l'impulsion de Bonaparte (le Code civil sera promulgué en 1804).
    Les travaux furent menés au sein du Conseil d'état et en liaison avec les autres assemblées, particulièrement le Tribunat. De grands juristes (Portalis, Cambacérès, entre autres) eurent l'occasion d'exposer leur philosophie de la Loi, où se rassem-blaient l'héritage des Lumières et l'esprit de la Révolution.
    Au début du XIXe siècle, Pierre-Antoine Fenet entreprit de réunir et de publier tous les travaux préparatoires précédant la rédaction finale du Code civil. Ce recueil comporte des textes et des discussions du plus haut intérêt - parfois très célèbres, comme le Discours préliminaire de Portalis -, qui reflètent des préoccupations contemporaines (le problème de l a nationalité, par exemple).Préface de Guy Canivet Présentation de François Ewald

    Sur commande
  • Pratiquement inconnu jusqu'au milieu des années 90, le " principe de précaution " est devenu, avec l'affaire de la vache folle, une expression populaire.
    On le brandit désormais comme le talisman dont la seule invocation devrait protéger les citoyens contre tous les risques qui les menacent, et l'on invoque son application dans les domaines les plus hétérogènes (climat, couche d'ozone, ogm, santé, jusqu'aux conditions d'utilisation des armes sur les champs de bataille), au point que ce principe, apparu dans les années 70, devient synonyme de politique de sécurité.
    Il n'y aura bientôt plus personne qui ne se croira obligé d'agir par précaution. cet ouvrage se propose de clarifier ce principe en réunissant trois expertises, économique, juridique et philosophique.

  • Une entreprise d´assurance identifie les risques, leur donne un prix, les commercialise : en un mot, elle les rend assurables. Comment le fait-elle ? Comment est pilotée et gouvernée une entreprise d´assurance ? Comment réalise-t-elle l´appréciation et la gestion de ses propres risques, encouragée par la réglementation Solvabilité II ? Cet ouvrage aborde toutes les compétences que rassemble l´entreprise d´assurances, pour piloter des réseaux de distribution, concevoir des produits de qualité, connaître, tarifer et contrôler les risques, piloter des réseaux de distribution. Il est le fruit de l´expertise de professionnels et universitaires spécialistes du droit, de la comptabilité, du marketing, du contrôle de gestion, de la stratégie et de la finance dans le secteur de l´assurance. Il présente de façon claire et pédagogique le fonctionnement des marchés d´assurance. 

empty