François Vergne

  • Vie nouvelle

    François Vergne

    «le ciel était très pur à nouveau, très clair ; la lune brillait intensément et elle pouvait voir les tremblements de la chaleur qui sortait de son radiateur électrique. Son père s'était couché et elle n'arrivait pas à dormir. Et alors elle comprit que sa mère était morte et que plus jamais elle ne la retrouverait. Est-ce que c'était la même chose pour son père quand elle l'entendait se retourner dans son lit ? Elle aurait voulu aussi poser la question à sa soeur. Et à nouveau ce fut ce poids qui écrasait tout en elle, ce bouleversement secret au plus profond de son être - sa mère était morte et c'était pour toujours désormais.»

  • Seine-saint-denis

    François Vergne

    " Il promenait sa chienne et il était passé par là et maintenant il était là devant elle et elle ne savait même pas si c'était pour elle ; il avait seize ans et pourtant on aurait dit qu'il en avait douze mentalement.
    On se moquait de lui au collège, le traitant de débile et s'amusant à lui faire dire le plus de bêtises possible, et lui avait toujours le même sourire et même il riait parfois de lui-même avec les autres, ou alors il était solitaire. On pouvait deviner la forme de son sexe, sous son survêtement et ses cuisses étaient bombées elles aussi sous l'étoffe blanche et c'était cela chez lui le mystère, il avait un corps d'homme et c'était encore, un enfant.
    "

    Sur commande
  • «Sa grand-mère avait déjà commencé à arroser les salades quand elle partit, et quand elle se fut éloignée de la maison et qu'elle fut sur la côte, elle vit sa silhouette minuscule qui semblait prise en étau entre le tronc du pommier et les premiers rangs de haricots rames, et elle aurait presque voulu retourner avec elle pour lui dire qu'elle l'aimait et qu'elle la prenne dans ses bras comme elle le faisait quand elle était enfant, et alors elle lui aurait dit des mots pleins de tendresse, tout de douceur et d'amour pour elle, et elle, elle se serait laissée aller à ce bercement sans rien dire, seulement la main de sa grand-mère sur ses cheveux et son odeur de chair propre à travers son corsage entrouvert, et en elle tout était brouillé et confus et pourtant elle avait envie de retrouver ses cousines et d'aller à la fête.»

    Sur commande
  • Cette bande dessinée a été réalisée à partir de la trilogie Deux beaux salauds, Le Quercy martyrisé et Le dénouement, romans historiques parus chez L'Harmattan, consacrés à la résistance dans le Quercy et aux exactions de la division Das Reich. Tous les faits, même les plus cruels, sont rigoureusement exacts et résultent de nombreux témoignages. Nous avons souhaité que, sous cette forme illustrée, cette effroyable histoire régionale rende plus proche l'histoire nationale.
    Cet ouvrage est dédié aux : 392 FFI du Lot tués au combat ou fusillés. 246 civils morts en déportation. 156 civils, hommes, femmes, enfants, assassinés.

  • Un adolescent de 13 ans fugue et, quittant Paris, se retrouve à Tanger au terme d'un long voyage. Au gré de trois rencontres déterminantes avec des adultes, il y fait l'expérience d'une nouvelle vie avant de connaître le sort des enfants des rues. Ce conte noir dit la réalité d'une ville d'Afrique du Nord qui concentre aujourd'hui la plupart des enjeux contemporains entre le monde arabe et l'Europe. C'est aussi un récit sur la fragilité universelle de l'enfance, cet âge du « mentir-vrai » où le manque d'expérience et l'innocence altèrent la perception du danger mais ouvrent en même temps le champ de tous les possibles. L'écriture, dense et parfois brutale, s'appuie sur les photographies qui offrent par contraste une douce immersion dans la profondeur de la ville.

empty