Florent Couao-Zotti

  • Quand Stéphane Néguirec, jeune Breton un brin rêveur, poète à ses heures, amoureux du large et des horizons lointains, débarque à Cotonou, au Bénin, il ne sait pas encore que question dépaysement, il va être servi ! Aux paysages enchanteurs qui l'électrisent, s'ajoutent les charmes des filles aux courbes délicieuses et notamment, ceux de la mystérieuse Déborah Palmer qui lui propose très vite un mariage blanc contre une fortune en billets verts. À l'autre bout de la ville, Jésus Light, un voyou ghanéen, traque sans relâche sa femme, Pamela, partie précipitamment avec le butin de son dernier casse... En temps normal, leurs chemins n'auraient jamais dû se croiser... Mais c'était sans compter sur cette bande de ravisseurs islamistes venus du Nigéria voisin à la recherche d'otages européens...

  • « Mais voilà qu'un jour, un après-midi de décembre, alors que l'harmattan vrillait la cité avec son rideau de poussière rouge, apparut, par l'entrée sud de la ville, une étrange créature...
    Le regard droit, le corps arqué, elle conduisait une moto, une grosse cylindrée aux flancs de laquelle avait été dessinée une tête de mort accompagnée d'un écriteau singulier : N. D. dite Kalamity Djane. ».

    À Natingou City, ville montagneuse dans le nord du Bénin, trois personnages singuliers, répliques parfaites des caractères du Far West, tiennent sous leur joug la population par leurs actes excentriques. Un vacher bagarreur, un inspecteur de police teigneux, et un homme d'affaires, desperado amorphe et vif à la fois. Apparaît soudain une jeune femme vengeresse donnée pour morte dans des circonstances fort troubles, Nafissati Diallo, sous le nom de Kalamity Djane, pistolet au poing, annonçant bien haut dans le mythique « Saloon du Desperado » son désir, sa décision irrévocable d'abattre les trois terreurs.
    Après le western américain, le western spaghetti, voici donc la spécialité béninoise : le western qui joue d'une arme de destruction passive alcoolisée : le western tchoukoutou.

  • Florent couao-zotti est un visionnaire, et ses yeux innombrables fouillent avec méticulosité la ville africaine et sa folie dantesque.
    L'amour y est infini et commande aux hommes les plus grandes déraisons, à l'image de leurs immenses peines. dans les nouvelles de couao-zotti, voler, tuer, souffrir est le quotidien de cette humanité, un quotidien dont parlent entre eux les égouts et les fleuves, les rues et les décharges, ainsi que les poètes. mais au pays du vaudou et de la magie, des hommes se lèvent, invincibles, et le rire demeure, en dépit de tout, la première des forces.
    Un recueil éblouissant par une voix majeure de la nouvelle littérature africaine.

  • Charly en guerre

    Florent Couao-Zotti

    • Dapper
    • 11 September 2001

    Charly a perdu son père, un sergent accusé de trahison, puis tué par des rebelles et sa mère a été enlevée en plein camp de réfugiés de la Croix-Rouge par une des nombreuses factions armées qui se livrent combat dans le pays.
    Agé d'une dizaine d'années, il ne comprend rien à cette guerre civile. Enrôlé de force, il doit marcher sans cesse pour obéir à John, qui a six ou sept ans de plus que lui. John est dur et Charly doit résister. Ils deviennent quand même amis, se sauvant respectivement la vie pour échapper aux dangers de la brousse et à des poursuivants à moitié fous. Mais Charly est tenace, et la pensée de sa mère l'obsède.
    Est-elle toujours vivante ? Comment traversera-t-il toutes ces épreuves ?

  • « Kraké-Plage.
    Village frontière avec le Nigeria, sur la côte à l'est du Bénin. Une côte qui jette ses dentelles de sable de part et d'autre des deux pays, donnant à cette partie de la région l'impression d'un tressé continu de fil d'or, ourlé par du bleu azur.
    Kraké-Plage au Bénin. Ou Semey-Border de l'autre côté.
    D'aussi loin que la vue embrasse ce territoire, on n'arrive, malgré soi, qu'à percevoir une géographie moutonnante et fiévreuse, un champ sans cesse remuant de femmes et d'hommes pris dans le lacis de la précarité.
    Les baraquements, construits avec du matériel de récupération, s'étalent à perte de vue, exactement comme des tas d'immondices émanent d'une même usine. Bois, tôle, carton, polystyrène, contreplaqué, tout. Comme si l'urgence interdisait de former un projet de vie. Comme si la nécessité imposait la consommation rapide du temps. Ici, la vie est informelle. »
    Dix nouvelles où la magie du style baroque de Couao-Zotti donne forme tourbillonnante à la vie, nous entraîne au coeur du peuple grouillant des zones frontières, hommes, femmes en marge de tout et dont l'auteur nous fait partager les fabuleux et diaboliques lambeaux d'humanité. Réalisme étourdissant, vertiges, paniques, beautés : quand les femmes mises au ban de la société deviennent des héroïnes qui font, en franchissant les bornes, courir les enfants blessés et trembler les étoiles.

  • " Roméo et Juliette au Bénin ",tel pourrait être le sous-titre de cette histoire d'amour au bord de l'océan.
    Quand Anna-Maria, la plus belle des Agoudas, tombe amoureuse d'un jeune homme de Ouidah, Pierre, c'est tout le fragile équilibre des communautés qui chavire et déchaîne les passions.
    Car les Agoudas sont des " Brésiliens ", des descendants d'esclaves africains qui, ayant fait souche au Brésil, sont revenus, des générations plus tard, dans leur patrie. Et face à eux, les gens de Ouidah dont les ancêtres vendirent ces Agoudas lors de la Traite.
    Entre les deux communautés, nul partage ne semble possible. Rien ne manque à ce roman : flics corrompus, frères possessifs, sage vaudou, amis sincères et amoureux transis. Un plat délicieux de piments et de miel.

  • Il y a d'abord une miss, belle et longiligne, qu'on retrouve mutilée sur la berge de Cotonou.
    Il y a ensuite une autre galante, toute aussi irrésistible, qui vient proposer à un homme d'affaires libanais d'échanger de l'argent contre une valise de cocaïne. Il y a enfin un détective privé, contacté par une troisième chérie, qui voudrait un acquéreur pour la même poussière d'ange. Par-dessus le marché, deux flics de la brigade des stupéfiants sont prêts à bousculer les habitudes établies dans la hiérarchie.
    Ils refusent de faire ami-ami avec les trafiquants et s'engagent dans une course-poursuite contre le principal suspect : Smaïn, l'homme d'affaires. Mais les nuits à Cotonou ont de multiples saveurs, qu'elles proviennent des fantômes teigneux, des amazones ou des populations elles-mêmes. Des gens qui aiment se rendre justice et charcuter au couteau tous ceux qui, dans leurs quartiers, sont surpris en flagrant délit de " pagaille nocturne ".
    Pour eux, personne ne peut leur donner de leçon : si la cour du mouton est sale, ce n'est pas au porc de le dire !

  • " D'un côté, il y a le honteux embarquement de l'Etiréno avec ses dramatiques conséquences.
    De l'autre, il y a dix écrivains d'un talent sans équivoque qui veulent témoigner ensemble, comme par solidarité psychique, contre l'opprobre et la barbarie. " Ces mots du dramaturge Camille Amouro, en préface, plantent le décor de cette aventure littéraire. Dans une cité lacustre du sud Bénin, des familles démunies souhaitent faire de leurs enfants la providence qui leur ramènera l'or et le lucre. Sité, la petite fille des eaux, est l'une des candidates à cette aventure.
    Ses parents la confient à des gens supposés lui trouver du travail dans une famille bourgeoise. Sité se retrouve, avec une centaine d'enfants, embarquée à fond de cale sur un bateau-poubelle qui cingle vers le Gabon. Inspirée d'un fait réel, cette histoire dénonce les drames que sont le trafic d'enfants et l'immigration clandestine. Drames revus et interprétés par dix auteurs béninois qui, par un jeu de relais et de clins d'oeil narratifs ont écrit chacun leur chapitre.
    La petite fille des eaux est une initiative de l'association Le Scribe Noir.

  • Nono, une prostituée de Cotonou, tue pour se défendre un client trop entreprenant, " député du peuple ".
    Adolphe Saklo, un jeune boxeur surnommé " Dendjer " à cause de ses uppercuts meurtriers, qui fut l'amant de Nono et reste sous son emprise, vient à son aide et la débarrasse du cadavre. De cette nuit renaît une liaison tendue et fragile entre les deux complices. Cependant que Dendjer accumule les victoires et marche vers le championnat du monde, Nono fait son chemin dans les milieux politiques et délaisse le boxeur pour son nouvel amant, Kpakpa, un autre député à l'avenir prometteur.
    La jalousie de Dendjer le fait peu à peu sombrer dans la folie, jusqu'au jour où Kpakpa vient lui proposer un marché : renoncer au titre de champion du monde, en échange de la belle Nono...

  • Inspirés du roman historique de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (1831), les personnages de cette pièce se déploient à l'intérieur d'un univers moderne qui pourrait être Cotonou ou ailleurs, dans d'autres villes africaines. Le style est fleuri, drôle, hyperbolique, mais ne tombe jamais dans le pastiche car il possède ses saveurs colorées, semble-t-il toutes africaines.

  • " Canaille au coeur d'ange ", " carnassière de feu ", tels sont les surnoms de Gloh ; une femme exceptionnelle, fière amazone régnant sur une bande de malfrats.
    Véritable légende à Cotonou, elle redistribue aux pauvres le butin de ses folles et périlleuses équipées. Un tel panache lui vaudra d'être arrêtée, le gouvernement ayant mis tout en oeuvre pour cela. Les hommes au pouvoir tenteront même de l'acheter afin de gagner les prochaines élections grâce à l'ascendant qu'elle exerce sur le petit peuple béninois : mais peut-on acheter ce qui n'a pas d'entrave ? Gloh, incarnation de la liberté et de l'indépendance, appartient à la fière tribu des montagnes et non au monde véreux de la politique.
    Son personnage est directement inspiré de Phoolan Devi, la fameuse " reine des bandits " indienne. Dans sa fuite, elle entraîne avec elle son amant, l'inspecteur Alabi, lui-même en marge de ce monde corrompu et impitoyable. De rebondissements en rebondissements, porté par une écriture lyrique, sauvage, entre mélopée et poésie parfois, mais une écriture faisant aussi la part belle à l'action, le Cantique des cannibales mêle habilement intrigue policière, histoire d'amour et satire politique.
    Elections truquées, politiciens en déroute, histoire d'amour entre un policier père de famille et une fière amazone régnant sans partage sur une troupe de brigands : voici les quelques éléments de ce foisonnant roman qui ne laisse aucun répit au lecteur et dont l'écriture soignée et jubilatoire séduit.

  • " Le lac était calme, mère, trop calme ce jour-là pour qu'on puisse imaginer un drame à venir.
    Il était calme et s'ennuyait presque de ne pas accueillir la vague des pêcheurs qui, la nuit venue, en écumaient les flots. Seule la fine silhouette de notre petite barque fendait les houles. Seuls, Akuété et moi tanguions sur notre pirogue. Car, le lendemain, à la première caresse du jour, il fallait que nous apprêtions les cinquante kilos de poissons que notre principal client devrait venir chercher.
    Il fallait que nous travaillions toute la nuit pour arracher au lac ces petits trésors enfouis. C'était notre plus grande commande ; et chacun comptait sur les recettes pour convertir ses menus rêves dans la chair mûre de sa terre ; lui, pour reconstruire la vieille maison de son père ; moi, pour payer la dot de Essivi. "

    Sur commande
  • Sur commande
  • A Porto-Novo, au Bénin, deux garçons se retrouvent pendant les vacances pour jouer au lance-pierres. Ils rencontrent Adénikè, une vieille femme qui vit recluse dans une cour remplie d'oiseaux multicolores. Cette dernière a mauvaise réputation, on dit qu'elle porte malheur et qu'elle mange les enfants. Au-delà des préjugés, les enfants découvrent que la réalité est tout autre.

empty