Flore Lefebvre Des Noëttes

  • Pourquoi je pleure plus que mes soeurs ? C'est un mystère qui est en moi. Un mystère qui, comme une source, a coulé du père de mon père à mon père et de mon père à moi. Un mystère empli de larmes, à moins que ce mystère ne soit ces larmes mêmes. Ah ! Voici les larmes que mon père n'a pas versées à son père disparu, voici les larmes que mon père n'a pas versées à ses enfants disparus, c'est moi qui les verse, moi, tonneau des Danaïdes, car en moi elles se sont toutes déversées.

    Trois soeurs, Annette, Antoinette et Juliette, nées Fervent de Lamorantière, enquêtent sur leur père qu'elles n'ont toujours connu que fou ou dépressif, sur son passé, auprès d'amis et cousins de la famille afin de reconstruire une image positive de lui. Après 1959, chaque année, le Pater était enfermé à l'hôpital psychiatrique. Quel homme était-il avant 1959 lorsqu'il revint fou de Phnom Pen et que, quelques mois après, survint l'accident de voiture qui tua deux de ses enfants ? D'abord empêchées dans leur corps par toutes sortes de symptômes violents, les trois soeurs, au fur et à mesure que l'enquête avance, se découvriront un corps libéré, une légèreté et une plénitude nouvelle à vivre.

  • Nu, le corps de La Mate était tout bourrelé, avec des seins et des fesses énormes, comme la Vénus Callipyge, et, au ventre, un nombre de cicatrices et de coutures dans tous les sens : verticales, horizontales et de travers. Toutes très impressionnantes, autant que le visage recousu de Frankenstein, stigmates de ses multiples accouchements, césariennes et opérations, dont elle se vantait tant ! Son corps était un champ de bataille avec la vie, une guerre contre la mort !

    C'est l'histoire d'une famille nombreuse dans les années 1960. Un père médecin militaire pour le moins bipolaire, et une mère polyamoureuse, prolifique, réglant parfois les problèmes d'argent avec une remarquable désinvolture. Flore Lefebvre des Noëttes raconte, son enfance, les rires, les peurs, les jeux, la maison au bord de la mer et la douceur pastel de la grand-mère. Un récit qui prend la forme géante d'un conte.

    Création à Amiens à la Comédie de Picardie en février 2015, avec et dans une mise en scène de l'auteur.

    En tournée de février à juillet 2015 dans les villes d'Amiens, Lille, Colmar, Châtenay-Malabry, Versailles, Besançon et Avignon.

empty