Perrin

  • Cinquante ans après sa mort, de Gaulle reste une figure légendaire. Fondée sur quantité d'archives françaises et étrangères, cette biographie confronte la légende à la vérité d'une vie. Un parti pris de précision et d'équilibre qui fait de ce livre « la » référence sur l'homme du 18 Juin.

  • La trace laissée dans l'histoire se mesure aussi dans le vocabulaire courant: aujourd'hui encore on parle des " années pompidou " pour qualifier une france prospère, en même temps que modernisée à marche forcée.
    Certes le destin présidentiel de georges pompidou demeura inachevé, mais pendant une décennie, ce petit-fils de paysans auvergnats, exemple de la méritocratie républicaine, a modelé le pays. premier à pouvoir accéder aux archives pompidou, eric roussel a utilisé de multiples témoignages: amis d'adolescence (léopold senghor), compagnons de route (pierre messmer, jacques chaban-delmas), collaborateurs (pierre juillet, michel jobert, jacques chirac), adversaires (françois mitterrand, pierre mendès france).
    Son livre est toujours la seule biographie de référence.

  • La mort du général de Gaulle, le 9 novembre 1970, a marqué non seulement la fin d'une époque, selon l'expression consacrée, mais une césure encore plus profonde. Après lui, on ne voyait plus alors sur la scène que des personnages de moindre stature et rien n'indiquait qu'il pût en être autrement dans un avenir prévisible. Une trentaine d'années plus tard, ce constat désenchanté se vérifie. C'est pourquoi sans doute la vie du Général, ses faits et gestes éveillent aujourd'hui une irrépressible nostalgie ; pourquoi également son oeuvre fait l'objet d'une approbation presque unanime, sans qu'on sache toujours si les éloges s'adressent au style ou à une action conduite selon des principes définis de longue date. Le temps est donc venu d'une vision plus précise et plus équilibrée. Telle est l'ambition d'Eric Roussel. Cette biographie est d'autant plus opportune que de très nombreux fonds d'archives, en France et à l'étranger, se sont ouverts récemment, qu'il a su exploiter avec beaucoup de flair et de clairvoyance. Des interprétations communément acceptées se trouvent mises en cause ; et bien des épisodes sont éclairés d'un jour nouveau par des pièces inédites, d'autant plus irréfutables qu'elles sont, pour certaines d'entre elles, de la main du Général. Il en va ainsi, par exemple, des débuts de la France Libre.
    « C'est l'histoire d'un bluff qui a réussi », disait-il. De nouveaux documents l'attestent, sans diminuer l'homme qui a sut dire non, ce « rêveur réaliste », comme l'appelait Romain Gary. Mais de Gaulle ne prend toute sa dimension que si on le replace, comme le fait Eric Roussel, dans une perspective historique. Avec le recul, il apparaît comme un résumé et comme un aboutissement de tout le passé national. Plus proche assurément de Richelieu, de Louis XIV, de Napoléon ou de Clemenceau que d' Henri IV, il est le type même de ces personnages, à présent disparus, entièrement dévoués à la grandeur de la nation et fervents de la raison d'Etat. « La vérité du général de Gaulle est dans sa légende », a dit Alain Peyrefitte. La légende ne perd pas toujours à être confrontée à l'Histoire. Ce livre montre même que, parfois, elle y gagne.

  • La mort du général de Gaulle, le 9 novembre 1970, a marqué non seulement la fin d'une époque, selon l'expression consacrée, mais une césure encore plus profonde. Après lui, on ne voyait plus alors sur la scène que des personnages de moindre stature et rien n'indiquait qu'il pût en être autrement dans un avenir prévisible. Une trentaine d'années plus tard, ce constat désenchanté se vérifie. C'est pourquoi sans doute la vie du Général, ses faits et gestes éveillent aujourd'hui une irrépressible nostalgie ; pourquoi également son oeuvre fait l'objet d'une approbation presque unanime, sans qu'on sache toujours si les éloges s'adressent au style ou à une action conduite selon des principes définis de longue date. Le temps est donc venu d'une vision plus précise et plus équilibrée. Telle est l'ambition d'Eric Roussel. Cette biographie est d'autant plus opportune que de très nombreux fonds d'archives, en France et à l'étranger, se sont ouverts récemment, qu'il a su exploiter avec beaucoup de flair et de clairvoyance. Des interprétations communément acceptées se trouvent mises en cause ; et bien des épisodes sont éclairés d'un jour nouveau par des pièces inédites, d'autant plus irréfutables qu'elles sont, pour certaines d'entre elles, de la main du Général. Il en va ainsi, par exemple, des débuts de la France Libre.
    « C'est l'histoire d'un bluff qui a réussi », disait-il. De nouveaux documents l'attestent, sans diminuer l'homme qui a sut dire non, ce « rêveur réaliste », comme l'appelait Romain Gary. Mais de Gaulle ne prend toute sa dimension que si on le replace, comme le fait Eric Roussel, dans une perspective historique. Avec le recul, il apparaît comme un résumé et comme un aboutissement de tout le passé national. Plus proche assurément de Richelieu, de Louis XIV, de Napoléon ou de Clemenceau que d' Henri IV, il est le type même de ces personnages, à présent disparus, entièrement dévoués à la grandeur de la nation et fervents de la raison d'Etat. « La vérité du général de Gaulle est dans sa légende », a dit Alain Peyrefitte. La légende ne perd pas toujours à être confrontée à l'Histoire. Ce livre montre même que parfois, elle y gagne.

  • Trente-six ans après sa mort, le général de Gaulle reste une figure légendaire. Eric Roussel confronte cette légende à la vérité d'une vie et d'un homme, avec une volonté de précision et d'équilibre qui fait de cette biographie une référence.

    Indisponible
  • François Mitterrand ; de l'intime au politique Nouv.

empty