Emmanuel De Boos

  • Edition de cet important armorial français du milieu du XVe siècle, recensant 1841 armoiries suivie d'une table héraldique détaillée et d'un index onomastique complet. L'ensemble forme une "photographie" de l'héraldique français sous le règne de Charles VII.

    Sur commande
  • Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua. At vero eos et accusam et justo duo dolores et ea rebum. Stet clita kasd gubergren, no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet. Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua. At vero eos et accusam et justo duo dolores et ea rebum.

    Sur commande
  • Le manuscrit fr 5931 de la Bibliothèque Nationale de France est un petit volume de papier, écrit au début du XVIe siècle. Il contient trois armoriaux de la même main, auxquels on a ajouté un ensemble de feuillets dont certains n'ont pas le même format que le reste du livre, rassemblant les armoiries portées par les différents membres de la maison ducale de Bourbon, entre la fin du XIIIe siècle et la fin du XVe siècle.

    Sur commande
  • Un monument injustement méconnu, et l'un des plus intéressants, sinon le plus important. De tous les armoriaux anglais, il est celui qui a fait l'objet du plus grand nombre de copies.

    Sur commande
  • L'armorial dit du héraut Vermandois est l'un de ces documents un peu obscurs, intimidants, dont toute personne qui s'intéresse à l'héraldique a un jour entendu parler, généralement en bien, sans avoir eu la possibilité de vérifier ce jugement. Il n'est connu que par quelques copies, d'accès de plus en plus malaisé, et est resté jusqu'à ce jour inédit. De surcroit, il s'agit d'un armorial complexe, aussi bien en ce qui concerne son contenu que sa présentation. L'ambition de ce travail est d'éclairer dans la mesure du possible les ombres qui entourent encore cet armorial et de permettre de mieux connaître ce qui constitue, semble-t-il, l'une des pièces importantes de la documentation héraldique médiévale.
    Sous son aspect actuel, l'armorial du héraut Vermandois est un document qui n'est connu qu'en blason, formé du rassemblement de quatre ensembles distincts ; ceux-ci n'appartiennent pas tous à la même période et comptent un nombre d'écus très inégal. La première partie, la plus abondante, donne les armoiries de huit cents cinquante-six personnages ayant vécu à la fin du XIIIe siècle et réparties en dix-huit marches d'armes. Cette partie est suivie d'un armorial consacré aux grands personnages, rois chrétiens et païens, comtes, ducs et vicomtes, comptant cent soixante-trois écus ; puis un extrait du catalogue des chevaliers de la Toison d'or, donnant les noms et les armes des vingt-cinq chevaliers ayant participé au quatrième chapitre de l'ordre en 1435 ; et enfin un armorial du royaume d'Aragon, comptant trente notices. L'armorial comporte aussi quelques annexes, la proclamation d'une joute, insérée dans la seule copie A, entre l'armorial des grands et les chevaliers de la Toison d'or, les armes du duc de Bourgogne blasonnées en pierreries et vertus, les listes de noms, sans armoiries, de comtes et de ducs, puis de villes.
    Dans sa composition, ce document est bien représentatif de la manière de composer un armorial ordinaire à partir du dernier tiers du XIVe siècle.
    Relié, cousu cartonné.

    Sur commande
  • L'Armorial de Hans Ingeram est l'un des plus importants armoriaux allemands du XVe siècle, destiné à servir de canevas autant que de documentation à de nombreux armoriaux de la fin du Moyen Age et de la première Renaissance. Ce livre propose une nouvelle édition de ce document se conformant mieux aux exigences des chercheurs contemporains.

    Sur commande
  • De l'épopée de gilgamesh à la bible, des mythologies de l'antiquité aux cosmogonies africaines, la question de l'origine s'énonce d'abord par l'énumération des ancêtres.
    Dans toutes les civilisations et tout au long de l'histoire, la généalogie témoigne du rôle tenu par la famille et de son image. si sa principale fonction fut longtemps de légitimer le pouvoir héréditaire des rois et de la noblesse, elle apporte aujourd'hui une aide précieuse à l'historien. mais elle est également un loisir que pratiquent avec enthousiasme un nombre de plus en plus important de chercheurs amateurs, enquêteurs inlassables, de tous âges et de toutes conditions.
    Reconstruire sa filiation et, pour les plus " mordus ", celle des autres, constitue plus qu'un passe-temps, l'inscription dans une lignée, et donc dans la mémoire collective. emmanuel de boos fait comprendre à la fois le rôle des érudits qui ont créé la science généalogique et la passion de ces découvreurs d'archives qui ont pour credo "familles, je vous aime".

empty