Eloïse Lièvre

  • La lecture est bien moins une façon de se retrancher du monde qu'une façon de l'affronter, bien moins l'activité civilisée et policée qu'on veut y voir que l'expression d'une forme de sauvagerie. Ce récit, où se mêlent un chaos intime au chaos du monde que traversent oeuvres et lecteurs, en est la preuve.
    Pendant trois ans, j'ai pris en photo les gens qui lisent dans le métro, parce que j'avais besoin d'un projet et d'un geste fort dans ma vie pour affronter une situation personnelle banale mais difficile, ma séparation d'avec le père de mes enfants, et une situation collective de violence sociale.
    Ce texte est le récit de cette « aventure », à la fois petite sociologie impromptue de la lecture en milieux urbains et souterrains, histoire intime d'une femme qui (re)découvre la liberté et, au confluent des deux, réflexion sur la place du livre dans nos vies, hymne à cet objet magique dont j'ai voulu montrer le caractère politique.

  • Ces ouvrages proposent une étude approfondie du texte, les repères essentiels sur l'oeuvre et son auteur, des analyses thématiques, adaptées à chaque genre littéraire, des prolongements vers d'autres oeuvres, en annexe, des informations complémentaires utiles à la compréhension de l'oeuvre. Indispensables pour le bac.

  • Une jeune femme veut un enfant.
    L'enfant ne vient pas. Le désir la déchiquette à belles dents. Elle veut comprendre, il doit bien y avoir une explication, une bouée rationnelle, physique, à laquelle se raccrocher. Dans sa quête, elle rencontre successivement une ogresse lilliputienne, une gentille patricienne paresseuse, un ours plaisantin, un fana des jeux vidéo in utero, des cyber-sirènes, et les affres de la normalité. Tout va malheureusement bien.
    Alors elle décide de prendre sa tête au sérieux et de chercher dedans. Dedans, il y a un souvenir de grand-mère, des chiens, des chats, des chevaux, et un événement, quand elle avait quinze ans.

  • Pendant les quarante jours ayant précédé son quarantième anniversaire, l'auteure a écrit un texte par jour et par année en s'appuyant sur une photographie différente la mettant en scène à chaque âge de sa vie.
    Elle en tire un récit d'elle-même, de son évolution, de ses rêves et ambitions, de ses relations avec ses proches, des livres lus, des films visionnés, des événements vécus, etc.

  • Les liaisons dangeureuses de Laclos Nouv.

    L'essentiel pour comprendre Les Liaisons dangereuses de Laclos. Cet ouvrage propose une étude approfondie des Liaisons dangereuses de Laclos, les repères essentiels sur l'oeuvre et son auteur, des analyses thématiques, des prolongements vers d'autres textes et, en annexe, des informations complémentaires utiles à la compréhension de ce roman épistolaire.

    awaiting publication
  • Dans Folioplus classiques, le texte, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - Mouvement littéraire : Les Lumières et la naissance de l'esthétique - Genre et registre : Un essai chez les Encyclopédistes - L'écrivain à sa table de travail : Les voyages de l'écriture - Groupement de textes : Jardins et paysages peints aux XVIIIe et XIXe siècles - Chronologie : Montesquieu et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture Recommandé pour les classes de lycée.

  • Bonbek présente deux de ses plus belles histoires dans un livre à lire dans les deux sens ! Deux récits entièrement bilingues, aux univers graphiques forts, signés par de grandes plumes de la littérature jeunesse.

    La voleuse, écrit par Béatrice Fontanel et illustré par Steffie Brocoli.
    Voici l'histoire d'Aphrodite, vilaine voleuse qui, trop gourmande, dévalise les animaux du verger. A ne pas écouter les avertissements, cette histoire pourrait bien mal se terminer..

    La véritable histoire du Petit Pois de la princesse au Petit Pois, écrit par Eloïse Lièvre et illustré par Postics.
    Découvrez une histoire pas comme les autres, celle de la princesse Azilys de la pie qui Schtroumfe, qui adoooore manger des légumes et particulièrement des petits pois. Mais que se passe t-il quand Azilys retrouve nez à nez avec LE petit pois du conte de fée ?

  • Grris est le premier catalogue d'importance à paraître sur le travail de Caroline Lejeune. "Effectivement, le titre vient de Beckett. Un personnage demande à un autre " - Quel temps fait-il ? " (...) : " Il fait gris. Gris ! GRRIS ! ". A savoir, qu'une des particularités de l'oeuvre de Caroline Lejeune est de peindre dans des tons gris.
    A 36 ans, Caroline Lejeune fait partie des peintres françaises fort prometteuses : premier prix Jean-François Millet du S.I.A.P.V. de Valognes, 1er Prix du Conseil Général de Saint Grégoire, lauréate de la Fondation 3 Suisses... Son travail a été sélectionné pour l'exposition Art Sénat en 2005, et elle a déjà exposé en Belgique, en Angleterre, en Allemagne, et aux Pays-Bas.
    Cet ouvrage au papier et au graphisme délicats, sera apprécié par les nombreuses personnes qui suivent le travail de l'artiste depuis sa sortie de l'Ecole Nationale des Beaux Arts. Son petit prix permettra aussi à un public d'amateurs de l'acheter sur un coup de coeur. Enfin, il viendra documenter deux expositions personnelles qui auront lieu en 2008 à la Galerie Jérôme Ladiray à Rouen du 15 février au 15 mars et à la Galerie Odile Ouizeman à Paris du 12 juin au 26 juillet.
    L'entretien avec Eloïse Lièvre apporte un éclairage nouveau sur la pensée de Caroline Lejeune et constitue un échange passionnant sur l'art et les motivations d'être peintre aujourd'hui.
    Une sélection des oeuvres des quatre dernières années permet d'apprécier la virtuosité de l'artiste, aussi bien pour les paysages de forêts qui caractérisent son oeuvre, que pour les portraits en couleur de fin 2007.
    "Ce que je m'imagine donner, c'est de l'énergie et du désir, et il n'y a rien qui me fasse plus plaisir que quelqu'un qui me dise : " C'est fou, tu as peint l'endroit où j'allais quand j'étais petit ". (...) J'aimerais que lorsque les gens regardent mes tableaux ils se séparent de leurs obligations quotidiennes et aillent vers la rêverie. " Caroline Lejeune Entretien avec l'artiste par Eloïse Lièvre (traduit en anglais)

  • Comment faire quand on est le chevalier Ronceval d'Occidragonne, qu'on se retrouve coincé dans son armure et qu'on n'a pas d'ouvre-boîte ? Eh bien, on suit les recommandations du grimoire des embrouilles chevaleresques et on se cherche une épouse. Mais pas n'importe laquelle : celle qui réussira à nous délivrer.
    S'organise alors la ronde des prétendantes, qui se présentent, munies de tous les ustensiles possibles et imaginables. Rien n'y fait. Heureusement pour le chevalier toujours coincé, une dernière candidate arrive...

empty