Cherche Midi

  • Pour une terre solidaire

    Doan Bui

    Quand Jacqueline Méaux exige d'être embarquée par la police. Quand Stéphane Hessel récite un poème et nous berce d'espérance. Quand Ariane Ascaride pousse un "coup de gueule" contre les injustices. Quand Patrick Viveret nous parle du bonheur et de la démesure. Quand Didier Daenninckx l'affirme : nous sommes tous des citadins belges. Quand Charles Williams lutte pour une juste répartition des terres en Afrique du Sud. Quand Henri Quinson, ancien trader, est devenu moine...


    "Sans-voix" ou "sans-terre" mais aussi représentants associatifs ou simples bénévoles, économistes et sociologues, personnalités politiques, dessinateurs et écrivains... Tous nous disent que, face au néant, il est urgent de repenser le monde. À l'individualisme, ils opposent l'action collective. Au cynisme, ils répondent par l'espoir, la ténacité, la dignité. Ce livre, comme un puzzle géant, sans frontière, sans "Nord" ni "Sud", où des fragments d'humanité s'aimantent et construisent l'envers d'une mondialisation inhumaine, écrit sous nos yeux l'histoire d'une terre en mouvement. Un livre qui nous dit qu'un autre monde est possible et qu'il existe même déjà.


    Avec près de 500 projets soutenus par an dans 60 pays et cinquante ans après sa création, le CCFD-TERRE SOLIDAIRE est la première association française de solidarité internationale. Pour une Terre solidaire nous invite à rejoindre cette immense chaîne humaine qui réfléchit, se rassemble, agit pour la seule mondialisation qui a du sens : une Terre solidaire.

  • Quinze portraits. Quinze rencontres indispensables, déchirantes, urgentes. Quinze coups au coeur qui nous rappellent qu'aujourd'hui, vivre avec le VIH est en France parfois plus difficile qu'il y a trente ans, et que la vie des 150 000 personnes séropositives reste une lutte au quotidien : contre le virus, contre le regard des autres, contre la discrimination, contre le chômage, contre les lois, contre la culpabilité, contre une société qui leur intime l'invisibilité...
    Face à cet insupportable et indigne silence imposé, la parole est un combat qui libère autant ceux qui témoignent - qui peuvent ensuite se battre plus efficacement - que notre collectivité toute entière qui par ignorance ou bêtise condamne ses propres enfants.
    Ces paroles nous parlent de peur et de souffrance, mais plus encore d'amour et d'espoir. L'espoir fou, mais absolument réaliste, que demain sera un monde sans sida.
    Portraits présentés par Jean-Luc Romero-Michel, Président d'Elus Locaux Contre le Sida.
    Textes de Doan Bui, photos de Patrick Messina.

    Sur commande
empty