Daniel Girardin


  • en 1905 un jeune vaudois de vingt ans, pierre gilliard, devint précepteur des enfants de la famille impériale de russie, et il le resta jusqu'à leur assassinat par les bolcheviques en 1918.
    rentré en suisse, il publia dans les années 1920 un livre de souvenirs qui fut un best-seller mondial. photographe amateur, il avait fait des romanov des dizaines de portraits informels très différents des documents officiels de l'époque. ces instantanés montrent les enfants romanov dans leur vie quotidienne, leurs études, leurs jeux, les réunions de famille, et même dans les premiers moments de captivité pendant la révolution bolchevique.


  • Le paysage de montagne est un domaine dans lequel la photographie a réellement pu innover, tout en s'inscrivant dans une tradition picturale, scientifique et culturelle née au xviiie siècle. C'est en 1861 que les frères Bisson et Joseph Tairraz réalisent leurs premières photographies dans le massif du Mont-Blanc, un exploit sans précédent, en raison des conditions extrêmes et du caractère périlleux de l'entreprise. Le terme « alpinisme » apparaît en 1876, augurant d'une autre approche photographique, celle qui traduit l'esprit de conquête et le dépassement d'une vision mystique et spirituelle de la montagne. Les principaux photographes de paysage du xixe siècle ont su traduire avec talent cette approche nouvelle de la montagne.
    Durant tout le xxe siècle, le regard des photographes de montagne se développe de manière spectaculaire ;
    Le numérique permet de nouvelles approches qui ont renouvelé le genre de manière créative et originale.
    En grande partie issues des collections du musée de l'Elysée, deux cents photographies permettent de comprendre les directions dans lesquelles s'est développée la photographie de montagne (la science, le tourisme, l'alpinisme, l'art) et les aspects formels utilisés par les photographes de 1840 à nos jours (la frontalité, la verticalité, la contre-plongée par exemple).
    La publication comprend un texte de Daniel Girardin sur la photographie de montagne et un entretien avec le photographe Maurice Schobinger.

  • Geraldo de Barros, jeune et talentueux peintre brésilien de vingt-trois ans, découvre la photographie en 1946, alors qu'il est en pleine période de formation artistique. Il en comprend avec une étonnante rapidité les grandes richesses formelles et expérimentales, qu'il met aussitôt en relation avec sa connaissance de l'art moderne, acquise durant ses études, puis à la Bibliothèque municipale de Sao Paulo. De nombreux débats et discussions avec des intellectuels européens, exilés au Brésil pendant et après la Seconde Guerre mondiale, lui permettent de faire le lien entre des problématiques artistiques internationales, ses goûts, son expérience personnelle et sa culture, qui est celle du Brésil moderne de l'après-guerre.

  • Hans Steiner, une des figures majeures de la photographie suisse du XXème siècle, suscite depuis quelques années un intérêt croissant, ce qui lui vaut aujourd'hui une redécouverte méritée.
    Dans les années 1930, il connaît un premier succès avec des reportages qui portent sur les petits et grands drames de la vie quotidienne et de la société - comme en 1937 la première ascension de la face nord de l'Eiger. Il se fait également un nom dans le domaine du portrait. Il se révèle rapidement un témoin privilégié, à la fois peu conventionnel et résolument optimiste, d'une société qui évolue vers la consommation.
    Il propose une vision différente de la Suisse, plus urbaine, dans laquelle les femmes, les sports, les loisirs et la publicité acquièrent une visibilité nouvelle. La publication a la double ambition de montrer les images les plus représentatives et les plus séduisantes de Steiner et d'offrir un regard contemporain sur un sujet historique.

    Sur commande
  • Depuis son invention en 1839, la photographie est au centre de nombreuses controverses et de procès retentissants. L'image se place en effet au coeur des enjeux éthiques ou strictement légaux qui ont été menés aux XIXe et XXe siècles. Symbole de liberté d'expression et de droits individuels, mais aussi de pouvoir et d'argent, la photographie est confrontée régulièrement aux autorités, à la censure ou à la manipulation. Elle a suscité dans le monde de l'art, de la politique, de la science, du journalisme, de la mode ou de la publicité des débats passionnés qui se sont souvent terminés devant les tribunaux. Une majorité de grands photographes ont été entraînés dans des procédures judiciaires ou des controverses qui eurent un impact important sur leur carrière. Le livre présente un large choix de photographies, célèbres ou méconnues, qui ont fait l'objet de procès ou de polémiques, des débuts de la photographie jusqu'à l'art contemporain. L'ensemble permet ainsi de mieux comprendre le regard que les sociétés et les cultures portent sur les images de leur temps et d'envisager les débats actuels d'un oeil critique.

empty