Coralie Delaume

  • En France, on se prévaut d'appartenir à un « couple franco-allemand » qui serait la locomotive de l'Europe. On sous-entend ainsi que les deux pays sont à égalité au sein de l'Union européenne et qu'ils la conduisent main dans la main. Pourtant, cela n'a jamais été vrai !
    Si l'Europe a d'abord été française, pendant les périodes gaulliste et post-gaulliste, elle est désormais allemande. La réunification, l'erreur historique qu'a représenté l'introduction de l'euro, les élargissements à l'Est après la chute du mur de Berlin, ont signé l'avènement d'une sorte de nouvel « Empire central » piloté depuis Berlin.
    La République fédérale l'a-t-elle voulu ? Probablement pas, ou pas de manière si nette. L'Allemagne demeure un « hégémon réticent » et se fait même chaque jour plus « souverainiste ». Mais les structures de l'Union européenne telles qu'elles existent entraînent une consolidation paradoxale de son poids chaque fois qu'elle agit dans le sens de l'affirmation ou de la préservation de ses intérêts nationaux. Or c'est ce qu'elle fait de manière systématique désormais, à l'exact inverse de la France, qui s'inscrit davantage dans une perspective post-nationale.
    Loin de former un couple avec l'Allemagne, notre pays est aujourd'hui à sa remorque. Une situation qui n'est pas pour déplaire aux élites complaisantes qui le gouvernent, et utilisent l'argument allemand pour faire régner en France un certain ordre.

    Alors, quel avenir pour l'Europe, à l'heure où la France européiste d'Emmanuel Macron fait face au retour des nations, en Allemagne comme ailleurs ? Un essai corrosif - et salutaire - sur l'amitié tourmentée des deux principaux partenaires de l'Union européenne.

  • L'Union européenne est née d'une idée généreuse mais vague : faire advenir « la Paix ». Ceci ne suffit pas à constituer un projet politique. Paradoxalement, le défaut de projet n'a pas empêché la multiplication des institutions technocrates chargées de le mettre en oeuvre. On a fabriqué des outils avant d'en déterminer l'usage.
    Fortes d'un désengagement complice des Etats européens, ces institutions se sont désormais affranchies. Leur principale raison d'être est à présent de créer de la contrainte voire de la coercition. Ce faisant, elles contribuent à vider progressivement de leur substance les Etats membres de l'Union, trop heureux, pour certains, de pouvoir se défausser des leurs responsabilités sur « Bruxelles » ou sur « Francfort ».
    Mais aussi sur Berlin. Car il semble qu'un Etat, à la différence de tous les autres, soit parvenu à réchapper de la maladie d'impuissance qui frappe ses voisins. Mieux, l'Allemagne est parvenue à faire des institutions européennes ses meilleures alliées et les courroies de transmission de ses propres intérêts.
    Partout ailleurs, la démission du politique est devenue la règle. Elle s'accompagne le plus souvent d'une crise économique effroyable. Une situation que les peuples acceptent de plus en plus mal, sentant bien qu'au nom de « la Paix », on leur demande d'entériner tout à la fois leur appauvrissement, et l'abandon de leur souveraineté.
    Epuisés par la rigueur économique, de plus en plus défiants vis-à-vis de la construction européenne, ceux-ci ne comptent plus sur leurs dirigeants pour tâcher d'en infléchir le cours. Dès lors, ils pourraient bien être tentés d'y mettre un terme brutal, en recourant à des partis politiques pour lesquels on doute que « la Paix » soit la principale priorité.

  • Necessaire souverainete Nouv.

    Necessaire souverainete

    Coralie Delaume

    • Michalon
    • 2 September 2021
    awaiting publication
  • 1/ Quels sont les enjeux des élections européennes ? Le Parlement européen a-t-il de vrais pouvoirs ?
    2/ Qui, concrètement, décide de la politique européenne ?
    3/ L'Union européenne est-elle dirigée par le couple franco-allemand ?
    4/ Qu'est-ce qui ne va pas avec l'économie grecque ?
    5/ L'exemple du Portugal ne démontre-t-il pas qu'il est possible de retrouver de la croissance économique tout en appartement à la zone euro ?
    6/ L'harmonisation sociale et fiscale est-elle possible ?
    7/ Pourquoi tant de pays européens sont-ils tentés par le populisme ?
    8/ Peut-on sortir de l'euro ? Et si oui, à quoi cela servirait-il ?
    9/ Pourrait-on démocratiser l'Union européenne en changeant les traités ?
    10/ La France doit-elle faire comme le Royaume-Uni et quitter l'Union européenne ?

    + 11/ Macron peut-il sauver l'Europe ? Que se passera-t-il s'il échoue ?

  • L'Union européenne est morte, mais elle ne le sait pas encore !
    Elle est morte du rejet de ses peuples qui manifestent en toute occasion, notamment lors de référendums, une répulsion sans réserve et une défiance sans retour. Certains ont même osé faire le grand saut et tenter la sortie, à l'instar des Britanniques au printemps 2016 !
    Elle est morte de son inaptitude à régler ses problèmes internes autrement que par de brutaux outkases ou par des simulacres de négociations tenant lieu de sommets, où les pays les plus forts finissent par imposer leurs vues, et où l'unique option qui s'offre aux plus fragiles est celle d'une humiliante reddition, comme on l'a vu en Grèce à l'été 2015.
    Elle est morte de l'échec spectaculaire de son modèle économique, échec conjoint du Marché unique et de l'euro. Chômage et précarité gangrènent les nations les plus faibles, pendant que la financiarisation de l'économie travaille à siphonner la richesse des pays demeurés prospères.
    Elle est morte, enfin, de son illégitimité démocratique, de ses fondations juridiques baroques, de ses traités qui ont remplacé la souveraineté populaire par une technostructure sans vision.

    Les élites du continent européen se sont perdues. Incapables de penser ni l'autrement ni l'après, elles sont aujourd'hui dans une impasse idéologique et politique dont il est temps de sortir. L'avènement de l'UE n'a pas amené la reposante « fin de l'Histoire » promise. Accepter de dresser enfin son acte de décès peut être l'occasion, en revanche, d'une heureuse renaissance des pays qui la composent.

empty