Claudine Tiercelin

  • Que savons-nous de la réalité ? Peu de choses, voire rien du tout, si l'on en croit l'idéalisme et le relativisme ambiants. Le Ciment des choses montre que c'est tout le contraire. Sans se laisser piéger par les illusions d'une métaphysique en apesanteur, mais sans céder non plus aux mirages du scientisme, ce livre défend le projet d'une métaphysique scientifique réaliste et rationaliste; il s'efforce d'éviter les excès auxquels conduisent aussi bien l'humilité que l'arrogance et explore les conditions d'une réconciliation entre la philosophie de la nature et la philosophie de l'intellect.

  • On avait proclamé la métaphysique archaïque ou dépassée.
    En fait, elle n'est jamais "morte". Elle connaît même un renouveau international considérable, dont on est loin en France d'avoir pris encore la mesure. Parce qu'elle s'interroge, de la manière la plus générale et la plus précise à la fois, sur "ce qu'il y a", elle est essentielle à toute entreprise de connaissance, entendue non comme la reconnaissance de vérités éternelles, mais comme une enquête sur le monde et la réalité.
    Aux antipodes du spiritualisme obscurantiste comme du relativisme postmoderne, Claudine Tiercelin expose ici le programme d'une métaphysique scientifique et réaliste, ancrée dans la tradition rationaliste.

    Sur commande

  • 5 Introduction 11 Le pragmatisme comme thérapeutique De la critique du "platonisme nominaliste" à l'affirmation du réalisme scotiste, 11 L'opposition au nominalisme, 11 Pragmatisme et réalisme du vague : Peirce et Duns Scot, 13 La critique des métaphysiques du fondement, 14 Contre le simple et l'immédiat, 17 Contre les critères privés, 21 Contre l'internalisme et l'introspection, 26 La double illusion du premier dans la série et de l'inconnaissable, 26 La "maxime pragmatiste" ou le pragmatisme comme méthode de clarification conceptuelle, 28 La "maxime pragmatiste", 28 Les malentendus, 31 Signification et réalisme : les possibles réels ou would-be, 36 43 Le pragmatisme ou "la manipulation des signes" comme méthode philosophique Les ambiguïtés de la "sémiotique" peircienne, 43 Le réalisme sémiotique triadique, 49 Le réalisme sémiotique, 49 L'ancrage logique et ontologique du signe, 52 La déduction des catégories et la relation-signe, 55 Tiercéité, triadicité et réalisme, 58 Le "triangle peircien" : signe, objet, interprétant, 65 L'objet du signe, 65 L'interprétant du signe, 71 Le vague irréductible de la signification, 77 83 Le pragmatisme comme méthode scientifique de fixation de la croyance La connaissance comme enquête : de la croyance au doute, du doute à la croyance, 83 La connaissance comme enquête, 83 Qu'est-ce qu'une croyance ?, 84 Les "raisons" de douter, 85 De l'indubitabilité des croyances : pragmatisme et sens commun critique, 86 Peirce et la tradition écossaise du sens commun, 87 Pour un sens commun critique, 89 Les quatre méthodes de fixation de la croyance, 89 Les méthodes spécieuses, 90 La méthode scientifique (MS) et l'hypothèse de la réalité, 91 Les armes logiques de la méthode scientifique, 94 L'abduction, 95 La méthode hypothético-déductive et le rôle de l'induction, 97 L'économie de la recherche et l'exigence première d'intelligibilité, 101 Pragmatisme et vérité, 105 Vérité, croyance et satisfaction : Peirce et James, 105 Vérité : correspondance, cohérence ou consensus ?, 107 Les malentendus et les difficultés, 108 Vérité et faillibilisme, 112 115 Conclusion 121 Bibliographie et repères biographiques

  • La collection "Philosophies" dirigée par Ali Benmakhlouf, Jean-Pierre Lefebvre, maître de conférences à l'École normale supérieure, Yves Vargas, professeur au Lycée d'Arras et Pierre-François Moreau, professeur à l'École normale supérieure de Fontenay St-Cloud, se propose d'élargir le domaine des textes et des questions philosophiques pour en ouvrir l'accès à un public plus large. Chaque volume facilite la lecture d'une oeuvre ou la découverte d'un thème par une présentation appropriée au matériau philosophique.

  • Le doute prend aujourd'hui des formes multiples et menace des domaines aussi variés que l'éthique, la science ou la métaphysique, jusqu'à la moindre de nos certitudes quotidiennes.
    Aux formes contemporaines du traditionnel "défi sceptique" correspondent pourtant différentes réponses philosophiques. Les pragmatistes, par exemple, au premier rang desquels Charles S. Peirce, William James ou plus récemment Hilary Putnam, ont pris toute la mesure de ce défi et proposent des parades originales. A quelles conditions pouvons-nous douter ? Peut-on décider de croire ? Qu'en est-il du vrai ? Percevons-nous le monde extérieur ? Ne vaudrait-il pas mieux "douter du doute"? L'objet de ce livre est d'analyser ces questions, d'en évaluer la portée, et de fournir des armes contre les assauts toujours renouvelés du scepticisme, du domaine de la connaissance à celui de la vie éthique et sociale.

  • Le doute prend aujourd'hui des formes multiples et hante des domaines aussi variés que l'éthique, la science ou la métaphysique, jusqu'à interroger la moindre de nos certitudes. Aux formes contemporaines du " défi sceptique" correspondent pourtant différentes réponses philosophiques. Les pragmatistes, au premier rang desquels Peirce, James ou plus récemment Putnam, ont pris toute la mesure de ce défi et proposent des parades originales. À quelles conditions pouvons-nous douter? Quand décidons-nous de croire? Que percevons-nous du monde extérieur? Se pourrait-il que nous puissions douter du doute? L'objet de ce livre est d'analyser ces questions et d'apporter des réponses tangibles aux assauts toujours renouvelés du scepticisme contre l'édifice fragile de notre vie sociale.

empty