Claude Dubar

  • Pourquoi parler de crise des identités ? Cette expression renvoie à des phénomènes multiples : difficultés d'insertion professionnelle des jeunes, montée de nouvelles exclusions sociales, brouillage des catégories servant à se définir et à définir les autres...
    Comprendre comment se reproduisent et se transforment les identités sociales implique d'éclairer les processus de socialisation par lesquels elles se construisent et se reconstruisent tout au long de la vie.
    La dimension professionnelle des identités a acquis avec la modernité une importance toute particulière.
    La socialisation secondaire - à l'âge adulte - est devenue indispensable pour affronter les changements de plus en plus fréquents dans les cycles de vie et les impératifs de la construction identitaire.
    Ce livre fournit des instruments d'analyse et des résultats empiriques pour saisir la dynamique en cours de la socialisation professionnelle et des identités sociales.

  • Pourquoi parler aujourd'hui de crise des identités ? Cette expression renvoie à des phénomènes multiples : difficultés d'insertion professionnelle des jeunes, montée de nouvelles exclusions sociales, brouillage des catégories servant à se définir et à définir les autres...
    Comprendre comment se reproduisent et se transforment les identités sociales implique d'éclairer les processus de socialisation par lesquels elles se construisent et se reconstruisent tout au long de la vie.
    La dimension professionnelle des identités a acquis avec la modernité une importance toute particulière.
    La socialisation secondaire - à l'âge adulte - est devenue indispensable pour affronter les changements de plus en plus fréquents dans les cycles de vie et les impératifs de la construction identitaire.
    Ce livre, réactualisé pour cette 5e édition, fournit des instruments d'analyse et des résultats empiriques pour saisir la dynamique en cours de la socialisation professionnelle et des identités sociales.

  • Le secret d'Alvino ; récits de vie d'un indien au Brésil

    Claude Dubar

    • Belles lettres
    • 14 March 2012

    Indien Macuxi devenu prêtre en décembre 1989, Alvino Andrade de Silva, ce militant du Mouvement indigène lutte aux côtés des Indiens de Roraïma pour la reconnaissance de leurs droits.
    Au premier abord, l'histoire d'Alvino, racontée par Claude Dubar, est à la croisée de la trajectoire individuelle et de la grande Histoire : l'évolution à l'époque contemporaine des Indiens d'Amazonie et de leurs élites, la dynamique des identités, l'ethnicité et l'indianité des origines très anciennes jusqu'à leurs mutations récentes, sans oublier l'évolution de l'Église catholique dans son rapport aux Indiens et à leur élite christianisée.
    Mais sous la plume de Claude Dubar, spécialiste de la socialisation, le parcours singulier d'Alvino conduit à dégager un modèle, plus général, du passage d'un monde communautaire à un monde sociétaire - un passage qui n'exige pas la conversion des identités mais révèle plutôt la coexistence gérée de mondes vécus pluriels. Un passage qui n'est pas allé sans conflits, crises et parfois des ruptures, mais qui a permis, à travers la construction d'une identité narrative, une fidélité aux origines, qui est pour finir une éthique.

  • Faire de la sociologie ; un parcours d'enquêtes

    Claude Dubar

    • Belin education
    • 23 August 2006

    Comment apprendre à "faire de la sociologie" et pas seulement à connaître les grands auteurs, les théories et les concepts? Cet ouvrage montre, en partant de six récits d'études réellement mises en oeuvre, les liens entre les contextes des enquêtes, leur conduite, leurs résultats empiriques et surtout les manières de théoriser pour produire des généralisations, provisoires mais solides.
    Bref, apprendre à partir de la pratique et non de la théorie. L'ouvrage plaide aussi pour la reconnaissance d'une sociologie professionnelle faite d'enquêtes qui, au moyen de méthodes diverses et de théorisations contrôlées, dévoile des problèmes ou éclaire des situations, démonte des mécanismes sociaux ou suit des groupes et des personnes dans le temps. La professionnalisation de la sociologie est à ce prix: admettre que l'on puisse apprendre la discipline en la pratiquant et reconnaître d'autres voies que l'académique pour y parvenir.
    L'ouvrage, enfin, revient sur l'histoire de la sociologie française et de ses "paradigmes". Six concepts: classe sociale, culture, socialisation, innovation, identité et genre sont définis à partir des enquêtes. Quatre grands paradigmes et courants de la sociologie sont abordés: conflictualisme, fonctionnalisme, interactionnisme et individualisme compréhensif. Le pluralisme sociologique est justifié grâce à un exemple combinant paradigmes et niveaux d'analyse: celui du genre.

  • L'ouvrage dresse un bilan des changements intervenus dans la société française,
    depuis les années 1960, en matière de vie privée, de vie au travail et de
    croyances symboliques (religion, politique, etc.). Il les rattache à trois
    processus ayant connu, dans la dernière période, des développements
    significatifs : l'émancipation des femmes, la rationalisation économique et la
    privatisation des croyances. Il en propose l'interprétation suivante : les
    formes antérieures d'identification des individus (culturelles, statutaires...)
    ont perdu leur légitimité et les formes nouvelles (réflexives, narratives...)
    ne sont pas encore pleinement constituées ni reconnues. Ce constat de crise est
    lié à une conjoncture économique, politique et symbolique particulière :
    globalisation des échanges et montée d'une nouvelle économie, remise en cause
    des États-nations et effondrement du communisme « réel », diversification des
    formes de vie privée et de rapports entre les sexes. Cette conjoncture tend à
    exacerber les questions identitaires et à multiplier les crises existentielles.
    Claude Dubar est professeur émérite de sociologie à l'Université de Versailles-
    Saint-Quentin-en-Yvelines et directeur du laboratoire Printemps, unité mixte de
    recherche du CNRS. Il est l'auteur de nombreuses publications sur les
    politiques de formation continue, l'insertion des jeunes, la socialisation et
    les identités.

  • La sociologie des professions

    Claude Dubar

    • Armand colin
    • 10 August 1998
  • Sociologie des professions

    Claude Dubar

    • Armand colin
    • 25 August 2005

    2e éditionSous-discipline de la sociologie, la sociologie des professions occupe de longue date une place importante aux États-Unis et en Grande-Bretagne, où plusieurs manuels lui sont consacrés ; mais, en langue française, le présent ouvrage est le premier qui présente ce champ de recherches.Il s'efforce de retracer les grands modèles des professions qui se sont succédé en Occident (1re partie), puis il expose les principales théories sociologiques des professions qui continuent à s'affronter - et parfois à se combiner - dans les travaux récents (2e partie). Enfin, il regroupe de nombreuses recherches empiriques menées sur les groupes professionnels dans la France des années 1960 à 2000 et aborde notamment les questions de la féminisation et de l'internationalisation des groupes professionnels (3e partie).À travers les modèles, théories et recherches, l'ouvrage tente de clarifier le vocabulaire qu'utilisent les sociologues pour décrire le travail professionnel, analyser la dynamique des groupes professionnels et des marchés du travail, interpréter l'évolution des systèmes professionnels et des identités salariales. Il constitue ainsi un instrument utile à tous les chercheurs et étudiants en sciences sociales qui s'intéressent aux évolutions des réalités professionnelles.Claude Dubar est professeur de sociologie à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et directeur du laboratoire Printemps (Professions-Institutions-Temporalités) associé au CNRS. Il est l'auteur de La Socialisation, construction des identités sociales et professionnelles (Armand Colin, coll. « U », 3e édition, 2000), de La Formation professionnelle continue (coll. « Repères », La Découverte, 5e édition, 2004), de La crise des identités, (PUF, 2001) et, avec Didier Demazière, de Analyser les entretiens biographiques. L'exemple des récits d'insertion (Nathan, 1997).Pierre Tripier est professeur émérite de sociologie à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et membre du laboratoire Printemps. Il est auteur de Du Travail à l'emploi ; paradigmes, idéologies, interactions (Presses de l'Université Libre de Bruxelles, 1991), de Les Fondements de la sociologie (avec Bruno Péguinot, Nathan, 2000) et de L'Aveuglement organisationnel, comment lutter contre les malentendus (avec Valérie Boussard et Delphine Mercier, éditions du CNRS, 2004).
    Modèles. La profession-corps. Le modèle « catholique » des corps d'état. La profession-confrérie : le modèle collégial dans le droit germanique et l'éthique puritaine. La profession illégitime : le modèle libéral chez Smith et Marx. Théories. De Durkheim à la théorie fonctionnaliste des professions. La sociologie interactionniste des groupes professionnels. De Weber aux « nouvelles » théories des professions. Recherches. La catégorisation professionnelle en France : l'État et les professions. Profession : fonctionnaire. Les corps de la fonction publique. Les cadres en France, un groupe professionnel 

  • La socialisation (4e édition)

    Claude Dubar

    • Armand colin
    • 9 June 2010

    Pourquoi parle-t-on aujourd'hui de crise des identités ? Cette expression renvoie à des phénomènes multiples : difficultés d'insertion professionnelle des jeunes, montée de nouvelles exclusions sociales, brouillage des catégories servant à se définir et à définir les autres... Comprendre comment se reproduisent et se transforment les identités sociales implique d'éclairer les processus de socialisation par lesquels elles se construisent et se reconstruisent tout au long de la vie. La dimension professionnelle des identités acquiert une importance particulière. Parce qu'il est devenu une denrée rare, l'emploi conditionne la construction des identités sociales ; parce qu'il connaît des mutations impressionnantes, le travail oblige à des transformations identitaires délicates ; parce qu'elle accompagne de plus en plus souvent les évolutions du travail et de l'emploi, la formation intervient dans ces domaines identitaires, bien au-delà de la période scolaire. Ce livre fournit des instruments d'analyse, des cadres théoriques et des résultats empiriques pour saisir la dynamique en cours de la socialisation professionnelle et des identités sociales.

  • L'ouvrage dresse un bilan des changements intervenus dans la société française, depuis les années 1960, en matière de vie privée, de vie de travail et de croyances symboliques (religion, politique, etc.).
    Il les rattache à trois processus ayant connu, dans la dernière période, des développements significatifs : le processus d'émancipation des femmes, le processus de rationalisation économique et le processus de privatisation des croyances. il en propose l'interprétation suivante : les formes antérieures d'identification des individus (culturelles, statutaires...) ont perdu leur légitimité et les formes nouvelles (réflexives, narratives...) ne sont pas encore pleinement constituées ni reconnues.
    Ce constat de crise est lié à une conjoncture économique, politique et symbolique particulière : globalisation des échanges et montée d'une nouvelle économie, remise en cause des etats-nations et effondrement du communisme " réel ", diversification des formes de vie privée et de rapports entre les sexes. cette conjoncture tend à exacerber les questions identitaires et à multiplier les crises existentielles.
    Ces difficultés à se définir soi-même et à définir les autres, à faire des projets et à les faire reconnaître, à mettre en mots les trajectoires personnelles et les histoires collectives s'expliquent par la traversée d'une phase critique de la dynamique des sociétés modernes, déjà bien repérée par max weber, il y a près d'un siècle : celle au cours de laquelle les identifications défensives, de type " communautaire ", bloquent l'émergence d'identifications constructives mais incertaines, de type " sociétaire ".
    Qu'il s'agisse des notions de " sujet apprenant " à l'école ou de " compétence " dans l'entreprise, de révélation amoureuse dans la vie privée ou d'engagement authentique dans la vie publique, ces nouveaux " modèles d'individualité " se heurtent à la montée de crises identitaires particulièrement aiguës.

  • La socialisation (3e édition)

    Claude Dubar

    • Armand colin
    • 15 July 2000
  • La formation professionnelle, 2v

    Claude Dubar

    • Klincksieck
    • 1 January 1986
  • La collection "Le lien social", dirigée par Serge Paugam, directeur de recherche au CNRS, propose des essais d'interprétation sociologique, historique et économique des sociétés contemporaines. Elle a pour ambition de s'appuyer sur les méthodes et les moyens techniques des sciences sociales, sans renoncer pour autant à la réflexion philosophique sur le sens des expériences vécues et l'interprétation des évolutions globales de la société.

  • La formation professionnelle continue

    Claude Dubar

    • La decouverte
    • 27 May 2004

    A l'heure de la mondialisation et de la " nouvelle économie ", quel rôle la formation professionnelle continue peut-elle jouer pour les entreprises, les salariés et les chômeurs ? quelle est l'histoire du système français ? en quoi se différencie-t-il des systèmes étrangers voisins ? comment les différents acteurs sociaux considèrent-ils et utilisent-ils ce nouveau moyen de formation rendu obligatoire par la législation ?

  • La formation professionnelle continue (6e édition)

    Claude Dubar

    • La decouverte
    • 8 October 2015

    Après le vote de la nouvelle loi de mars 2014 présentée comme une « réforme profonde » de la formation professionnelle continue, une nouvelle synthèse actualisée de ce système s'imposait. Cette nouvelle édition, entièrement revue, présente un rappel de son histoire et de ses antécédents, des données sur son financement et sur ses publics depuis quarante-cinq ans, un examen des trois « tares » avec lesquelles la loi de 2014 veut rompre : insuffisante efficacité économique, fortes inégalités sociales et gouvernance politique opaque et bureaucratique.
    Écrit avec le concours de Catherine Nasser, directrice du CARIF Île-de-France (devenu Défi Métiers), ce livre donne les clés permettant de connaître et de comprendre les évolutions en cours de la formation professionnelle continue dans la France et l'Europe des années 2010.

    Indisponible

  • Les biographies en sociologie

    ,

    • La decouverte
    • 26 January 2017

    L'usage des données biographiques connaît actuellement un nouvel essor en sociologie, soulevant une série de questions. Quelles dynamiques sociales révèle l'analyse de cas individuels ? Pourquoi certains sociologues considèrent-ils les données biographiques comme des sources essentielles de connaissance des réalités sociales, tandis que d'autres les jugent peu fiables ? Quelles utilisations les sociologues font-ils des matériaux biographiques ?
    Ce livre montre que la complexité des processus de socialisation et les multiples temporalités de la vie invitent à utiliser les données biographiques en les associant à des perspectives théoriques et des méthodologies spécifiques.
    L'étude des biographies nécessite une pluralité de regards : leur contextualisation sociohistorique à travers les dimensions d'âges et de générations (parcours de vie), les évolutions des positions sociales au sein de champs sociaux (trajectoires) et les différentes sphères de socialisation (carrières).

  • Sociologie des professions (4e édition)

    , ,

    • Armand colin
    • 1 July 2015

    Cet ouvrage retrace les grands modèles de professions qui se sont succédé en Occident et expose les principales théories sociologiques des professions. Les évolutions récentes des groupes professionnels - changements démographiques, transformation du rôle de l'État, managérialisation et internationalisation - sont présentées autour de cas empiriques. L'ouvrage clarifie le vocabulaire qu'utilisent les sociologues pour décrire le travail professionnel, analyser la dynamique des groupes professionnels et des marchés du travail, interpréter l'évolution des systèmes et des identités professionnelles. Cette quatrième édition prend acte des nombreux travaux suscités en France par cette discipline.

  • Ce document donne les clés pour comprendre et analyser les faits professionnels qui constituent un des enjeux essentiels de la régulation sociale dans les sociétés contemporaines.

  • La promotion sociale en France

    ,

    • Pu du septentrion
    • 3 March 1999

    Entre les projets que fédérait après-guerre le thème de l'Education permanente et l'objectif de "formation tout au long de la vie" affiché aujourd'hui par la Communauté européenne, la promotion sociale a représenté pendant plusieurs décennies l'enjeu d'intenses débats sociaux, de politiques ambitieuses de l'Etat, et des aspirations d'une foule de salariés qui voulaient "réussir dans la vie", "changer de catégorie", "s'élever dans la société".
    Pour tous, formation et promotion représentaient alors deux aspects indissociables d'une même réalité... Par une série de glissements de sens, de substitutions de termes et d'inflexions de l'action publique, les impératifs économiques ont de plus en plus dominé les objectifs et les significations de la formation, au point d'en faire aujourd'hui une obligation personnelle incombant à tout salarié dans le simple but de maintenir son employabilité, détachée désormais de l'espoir de suivre une mobilité professionnelle ascendante.
    Ce livre retrace, à travers l'analyse des organismes impliqués dans la promotion sociale, de leurs publics et des effets de la formation sur la situation professionnelle, les grandes lignes de cette évolution historique de la société française, et apporte des éléments de comparaison avec d'autres pays européens.

empty