Christelle Reggiani

  • Perec et le cinéma

    Christelle Reggiani

    • Nouvelles editions place
    • 23 October 2021

    En 1981, dans un dernier entretien, Georges Perec définissait le scénario cinématographique comme un mode spécifique du travail d'écriture. Deux ans auparavant, son entretien avec Raffaella di Ambra se terminait ainsi : « Quant au cinéma, j'ai des projets, mais ce n'est pas mon univers ». Au-delà du paradoxe, la considération de ces brefs propos a le mérite de poser comme immédiatement problématique l'hypothèse d'une pertinence propre- ment poétique du cinéma quant à la pratique d'écriture de Perec.
    On se propose donc d'éprouver la consistance, s'agissant de cette oeuvre, de la notion d'écriture-cinéma - revendi- quée à propos de La Vie mode d'emploi par l'auteur lui-même : « J'aime beaucoup les hyperréalistes et mon livre a un côté hyperréaliste. Mais je me crois surtout influencé par le cinéma et sa technique ». Dans les traces, indé- niables, de la présence du cinéma dans les textes, qui reconduit à la cinéphilie passionnée qui caractérisa un temps la vie de l'auteur. Et dans l'inaboutissement tendanciel des projets cinématographiques régulièrement conçus, en dépit de la co-réalisation, avec Bernard Queysanne, d'Un homme qui dort (1974, prix Jean-Vigo) et de l'écriture du scénario et des dialogues de Série noire (1979) d'Alain Corneau.

  • Poétiques du nom propre

    Christelle Reggiani

    • Pu du septentrion
    • 7 December 2017

    En regard des théories linguistiques, qui en font un « désignateur rigide », l'idée de poétique du nom propre paraît relever du paradoxe. Parce que la pensée de la langue, loin d'être le propre de la linguistique, l'est aussi bien de la littérature, ce volume se propose pourtant d'explorer quelques poétiques du nom propre mises en oeuvre à l'époque moderne et contemporaine, dessinant ainsi les linéaments d'une poétique historique du roman ressaisie au prisme du nom propre.

    Sur commande

  • Initiation à la rhétorique

    Christelle Reggiani

    • Hachette education
    • 5 September 2001

    I Définition(s).

    1 - L'art de persuader.

    2 - Les genres de la rhétorique.

    3 - Les parties de la rhétorique.


    II Aperçu historique.

    1 - Naissance et développement de la rhétorique.

    2 - Mort et renaissance de la rhétorique.

  • REVUE LA LICORNE n.122 ; relire Perec

    Christelle Reggiani

    • Pu de rennes
    • 2 January 2017

    Un éclairage de l'oeuvre de G. Perec à travers des contributions qui mêlent diverses approches : théoriques, génétiques, historiques, stylistiques, etc.

    Sur commande

  • Poetiques oulipiennes

    Christelle Reggiani

    • Droz
    • 3 June 2014

    Sur commande

  • L'eternel et l'ephemere.

    Christelle Reggiani

    • Rodopi
    • 1 December 2010

    Sur commande

  • écrire l'énigme

    ,

    • Sorbonne universite presses
    • 6 September 2007

    Comment l'oeuvre littéraire choisit-elle, le cas échéant, de donner forme à une énigme qui tend dès lors à tenir le discours, plus familier, du secret ? De fait, le goût des formes - structures, contraintes, figures. - qui caractérise toute une part de la littérature française du xxe siècle (prose et vers), loin de renoncer à la définition subjective que l'esthétique romantique avait proposée de l'oeuvre d'art, donne à la subjectivité de l'auteur une existence précisément formelle, telle structure énonçant énigmatiquement un discours intime. À l'imaginaire vertical du texte bien décrit par Mallarmé dans « Le Mystère dans les lettres » - le « soupçon » d'un « trésor » mystérieux naît de la perception incertaine d'un « miroitement, en dessous » - s'associent alors quelques figures architecturales : celles du mémorial, de la crypte, ou du tombeau. Ces questions de poétique impliquent plus largement le problème, historique, de la définition de différents régimes de littérarité, la littérature contemporaine apparaissant ainsi comme un discours fondamentalement paradoxal, une adresse toujours problématique engageant une rhétorique véritablement, et radicalement, « restreinte ». Le texte énigmatique, en effet, ne suppose une connivence - confiant son secret au « suffisant lecteur » capable de l'entendre - que pour prononcer ce faisant l'exclusion, complémentaire, des lecteurs moins « malins », jusqu'à risquer, parfois, de refermer l'oeuvre sur le cercle intime d'une communauté absolument privée. Il s'agit en somme de reprendre à nouveaux frais (historiques, théoriques aussi bien qu'esthétiques) la réflexion sur le formalisme du siècle dernier - les oeuvres de Georges Perec et de Jacques Roubaud représentant alors des points de repère commodes, en même temps que des postes d'observation efficaces, sans que ces exemples privilégiés excluent pour autant d'autres auteurs, d'autres poétiques (en l'occurrence, de Victor Hugo à Jean-Marie Gleize).

  • Raymond Roussel

    , ,

    • Pu de rennes
    • 20 February 2014

    Ce livre inscrit Raymond Roussel (1877-1933) dans la postmodernité en montrant comment la puissance inventive de ses oeuvres leur permettent d'inspirer des expériences artistiques hybrides et risquées. En montrant aussi à quel point les textes de Roussel sont toujours des lieux donnant à penser des questions aussi fondamentales que la linéarité du signifiant, les contradictions entre la logique matérialiste du procédé et la vanité de l'ego, les limites du théâtre, la place des contraintes dans l'histoire littéraire, les différentes formes de transposition des textes dans d'autres domaines esthétiques, la remédiatisation des textes par les médias numériques...

    Colloque de Cerisy.

    Avec le soutien du Cellam.

    Sur commande

empty