Charb

  • Vous trouvez touchants les dessins d'enfants affichés au bureau et la nostalgie branchée des trentenaires ? Sexy les filles perchée sur des talons de 12 cm ? Sympathiques les festivals thématiques qui fleurissent un peu partout les week-ends ? Alors ce livre n'est pas pour vous ! Tous ces détails de la vie quotidienne qui enchantent Amélie Poulain donnent à Charb des envies de meurtre et lui inspirent, dans ce livre, de petites chroniques acides et hilarantes.

  • Etre dessinateur de presse, c'était le rêve de Charb. Il l'a réalisé en publiant, chaque semaine dans Charlie Hebdo pendant 25 ans (1992-2015), des dessins teintés de son humour caustique. Si on retient volontiers son personnage jaune à gros pif, au trait simple mais loin d'être simpliste, Charb était également un grand caricaturiste, comme peuvent en témoigner tous les politiques et autres personnalités qui en ont fait les frais ! Il s'est aussi illustré en tant que reporter. Son sens de la répartie, le mariage entre ses vannes et ses dessins lui ont conféré une dimension singulière. Pour résumer : Charb était un dessinateur réalisé et complet ! Voici la première anthologie qui lui est dédiée, elle est préfacée par le dessinateur qui a bien connu Charb, Luz.

  • « Non, vraiment, le terme islamophobie est mal choisi s'il doit désigner la haine que certains tarés ont des musulmans. Il n'est pas seulement mal choisi, il est dangereux. » Le terme « islamophobie » laisse entendre qu'il est plus grave de détester l'islam, c'est-à-dire un courant de pensée parfaitement critiquable, que les musulmans. Discriminer quelqu'un en raison de son appartenance religieuse est un délit, critiquer une religion, non.

    Charb, le défunt directeur de la publication de Charlie Hebdo, journal depuis toujours engagé dans la lutte antiraciste, s'inquiète de voir la lutte antiraciste remplacée par la lutte pour la défense et la promotion d'une religion. « Lutter contre le racisme, c'est lutter contre tous les racismes, alors lutter contre l'islamophobie, c'est lutter contre quoi ? Contre la critique d'une religion, ou contre la détestation des gens qui pratiquent cette religion parce qu'ils sont d'origines étrangères ? » Ainsi, cet opuscule salutaire tente-t-il de démontrer que le mot « islamophobie » contente à la fois les racistes, les islamistes radicaux et les journalistes fainéants.

    AUTEUR(S) :
    Stéphane Charbonnier, alias Charb, était le directeur de la publication à Charlie Hebdo depuis 2009, jusqu'à son assassinat le 7 janvier 2015 dans l'attentat perpétré contre le journal. Chroniqueur sur LCI et collaborateur régulier de L'Humanité, il a publié de nombreux ouvrages, notamment Les Fatwas de Charb, tomes 1 et 2, La Torah illustrée, La vie de Mahomet et la série Maurice et Patapon, tous publiés aux Éditions Les Échappés.

  • Maurice le chien et Patapon le chat partagent leurs réflexions sur l'amour, le sexe, la vie, la mort, le bien, le mal...


  • Depuis 1998, Maurice le chien et Patapon le chat s'insurgent chaque semaine contre tout ce qui rend la vie déplaisante dans les colonnes de«Charlie Hebdo». Philosophes et acerbes, ils délivrent leurs réflexions dans des gags souvent politiquement incorrects.



  • Depuis 1998, Maurice le chien et Patapon le chat s'insurgent chaque semaine contre tout ce qui rend la vie déplaisante dans les colonnes de«Charlie Hebdo». Philosophes et acerbes, ils délivrent leurs réflexions dans des gags souvent politiquement incorrects.


  • Après Coupables, forcément coupables et Ça rafraîchit, voilà le troisième opus de la série Maurice et Patapon.Maurice (le chien) et Patapon (le chat) n'ont pas bien compris le mot d'ordre de Sarkozy. Dans ce tome III de leurs aventures, ils n'ont pas réalisé que les temps avaient changé et que l'ordre moral revenait en force. Ils continuent, comme si de rien n'était, à parler philosophie, poils et selles. Aucun sujet n'est tabou, aucune énormité n'est assez grosse, aucun dérapage n'est contrôlé. Si Maurice et Patapon ne s'en prennent pas à l'esprit de 68, il est clair qu'ils s'en prennent à l'esprit tout court ! Maurice et Patapon ont une mission : vous faire marrer durant les cinq ans qui viennent, et plus si affinités...

  • Depuis 1995, Charb nous réjouit avec les aventures de Maurice et Patapon.
    Après Coupables, forcément coupables, Ça rafraîchit et La France qui se lèche tôt, voilà le quatrième volume Hausse du pouvoir d'un chat.
    Nous y retrouvons Maurice le chien (toujours obsédé, scatophile, bisexuel, gauchiste, pacifiste, extraverti, balourd et honnête) et Patapon le chat (toujours coincé, hygiéniste, asexuel, conservateur, violent, intraverti, raffiné et pervers).
    La parution de ce 4e volume ravira les fans inconditionnels de Charb.

    « (.) ces deux compères, qui s'entretiennent souvent des mystères de la création, qu'elle soit alimentaire (souvent), sexuelle (très souvent) ou artistique (parfois), tiennent des propos d'une haute teneur sociale et philosophique, la philosophie n'étant pas, contrairement à ce qu'affirme Patapon, "la maladie infantile des propos de bistrot"». Gilles Heuré, Télérama, mai 2005.

  • Laïcite, oui mais

    Charb

    • Chene
    • 6 September 2017

    «  J'ai du mal avec les gens qui se résument uniquement à leur appartenance religieuse, qui sont juifs avant d'être tout le reste, qui sont musulmans avant d'être tout le reste, qui sont chrétiens avant d'être tout le reste. Je comprends qu'on puisse être juif, chrétien ou musulman, je m'en fous.  » Pour Charb, critiquer la religion, c'était critiquer des dogmes, des idées et non des personnes, et seule la laïcité le permet. Il défendait ardemment la laïcité indispensable à notre démocratie, comme le sont la liberté, l'égalité et la fraternité. Il usait du droit au blasphème pour nous faire réagir, il utilisait l'humour pour lutter contre l'ignorance, la bêtise et la brutalité, pour rire sans tabous ni retenue. 

  • Marcel est un mauvais flic, bête et méchant, raciste, vulgaire, vénal, prétentieux, violent, arbitraire... mais qui a ses fans depuis des années. Qu'il cogne sur les civils, qu'il renvoie les sans-papiers dans leur pays ou qu'il se contente de refaire le monde, il a toujours le mot de trop. Un voyage décapant et hilarant dans ce que la société fait de plus médiocre.

  • Trois ans après le tome 4, ils reviennent!

    Chaque semaine dans Charlie Hebdo, Maurice le chien et Patapon le chat s'affrontent sur des questions éthiques : Patapon est propre, indépendant, respectueux, pour tout dire un peu coincé. Maurice, le chien, est sale, scatophile, exubérant, expansif, et saute sur tout ce qui bouge.
    C'est du dialogue socratique entre ces deux énergumènes que naît la philosophie de Charb : en trois cases décalées, absurdes ou grotesques, on passe de considérations politiques en confidences sexuelles, en passant par toute la gamme des sentiments (non pasteurisés).

    Ni dieu ni maître !, le tome 5 de Maurice et Patapon réjouira les aficionados de l'humour bête et méchant.

  • Lorsque Charb se mue en ayatollah athée distribuant ses fatwas, il vise juste !
    Dans ce deuxième tome des Fatwas, il traque les tics désagréables, les expressions toutes faites, les barbarismes et les manques de courtoisie au quotidien.
    Ce petit traité d'intolérance a une grande vertu : il nous offre à travers près de 50 fatwas une belle revanche sur les places de théâtre microscopiques, les sacs siglés chers et moches, les 4 x 4 aux vitres teintées, les autocollants « bébé à bord », les patrons de café qui renâclent à servir une carafe d'eau...
    « Dans cet hymne à l'intolérance des gens et de la société », Charb se moque de nous et de lui-même. Un anti-Delerm bienvenu, hautement intolérant, pour notre plus grand plaisir !

  • J'aime pas les fumeurs

    Charb

    • Hoebeke
    • 4 January 2007

    Charb applique aux fumeurs la tolérance double zéro.
    Qu'ils soient désormais bannis des bureaux et des lieux publics ne tempère en rien sa verve, il envisage des solutions plus radicales : leur déportation dans les égouts, peut-être même une réclusion définitive aux confins de la civilisation. Dans la peau d'un ayatollah de l'anti-clope, Charb ne manque pas d'idées. Il pendrait volontiers haut et court les magnats de l'industrie du tabac avec les tripes des fumeurs.
    Il se dessine même en amateur de cigare, pour le seul plaisir d'incommoder les accros de la cigarette.

    Sur commande
  • LES DÉBATS SUR LA SÉCURITÉ sont bien pratiques.
    La sécurité permet au plus nul des élus, au plus lamentable des politiques de se faire applaudir par le populo. Plus il y a de flics, plus ils tapent fort et moins il y a d'insécurité. Voilà le théorème simpliste récité par le gouvernement et l'opposition. On veut nous faire croire que les problèmes d'insécurité, ça fait appel au bon sens, mais surtout pas à la politique. Pourtant, la sécurité, la manière dont on l'envisage et, surtout, la manière dont on essaye ou pas de la garantir, ce n'est que de la politique.
    La fréquence même à laquelle est prononcé le mot sécurité, c'est de la politique. Aucun homme politique n'est assez bête pour vraiment penser que la sécurité se garantit en arrosant de pognon la flicaille. Et pourtant, les gouvernements arrosent, et sans discuter. Combien de mois les cheminots ou les enseignants devraient-ils faire grève pour obtenir ce que les policiers obtiennent ? Comptons plutôt en années.
    Si les gouvernements sont si généreux avec la police, c'est parce que ça lui coûte toujours moins cher de lui payer des gilets pare-balles, des voitures de course et des primes à la noix que de mener les longues et chères réformes économiques et sociales qui seraient à même de réduire ce " sentiment d'insécurité " qui a fait son nid dans le crâne des Français. On a bien dressé les gens, de manière qu'ils ne fassent surtout plus le lien entre chômage, éducation, consommation, économie et sécurité.
    Une société sécuritaire, c'est plus facile à mettre en place qu'une société juste. Mais voilà, dire cela est ringard, utopiste, et dangereux.

  • Paris-pontoise Nouv.

    Paris-pontoise

    Charb

    awaiting publication
  • Vous trouvez touchants les dessins d'enfants affichés au bureau ? Sexy, les filles qui boitent, torturées par leurs chaussures à talons ? Accueillants, les hôtes qui insistent pour vous offrir " quekchose " à boire quand vous arrivez chez eux, comme si vous veniez de traverser le désert de Gobi ? Alors, ce livre n'est pas fait pour vous ! Tous ces détails de la vie quotidienne qui enchantent Amélie Poulain donnent plutôt à Charb l'envie de distribuer des fatwas !

  • La critique, et plus encore la satire de la religion est l'un des derniers tabous de notre époque. Contrairement à ce que les théories du choc des civilisations voudraient nous faire croire, les religieux de toutes obédiences font front commun, en s'appuyant sur les principes de tolérance des sociétés démocratiques et laïcisées, pour essayer d'imposer à tous le « respect» »- c'est-à-dire l'obéissance. Premier principe, commun à toutes les religions: ne pas blasphémer.
    À Charlie, dont la réputation anticléricale n'est plus à faire, l'actualité donne régulièrement l'occasion de parodier les intégrismes chrétiens et musulmans, qui se mêlent volontiers de la vie des athées. C'est moins le cas du culte juif, qui parce qu'il se fait moins remarquer par son prosélitisme et ses velléités politiques (du moins en France), n'en a pas moins son lot de règles de vie en société.
    Charb a donc recensé et illustré, dans un livre totalement inédit, les plus étonnants, les plus péremptoires, les plus risibles des 613 commandements de la Torah.
    Une bible iconoclaste indispensable pour les laïcs qui veulent connaître l'ennemi avant de la combattre, et pour les croyants qui aiment rire d'eux-mêmes avant de rire des autres.

  • La salle des profs

    Charb

    • 12 bis
    • 26 January 2012

    Le collège et lycée Laurent-Ruquier, quelque part dans une banlieue oubliée de tous...

  • Abordez 2011 sous le signe déjanté des dictons du jour de Maurice -
    l'inséparable acolyte de Patapon dans les BD de Charb (4 tomes parus chez
    Hoëbeke). À chaque jour son saint, ça c'est pour les chrétiens. Pour Maurice, à
    chaque jour son dicton absurde, trash, scato, blasphématoire ou juste idiot !
    Les habitués du site HYPERLINK "http://www.charliehebdo.fr" www.charliehebdo.fr
    ont découvert les dictons du jour de Charb tous les jours en 2010. Charb est
    dessinateur et chroniqueur. Il dirige Charlie Hebdo depuis 2009. Points forts :
    Un agenda graphique et original Un concept qui a déjà ses habitués sur le site
    de CONTACT _Con-38C538031 c s l Charlie un personnage connu des bédéphiles
    (un club internet existe entièrement dédié aux aficionados de Maurice et
    Patapon)

  • Depuis que nicolas sarkozy est président de la république et alors que d'importantes mutations sociales se profilent, le sens des mots évolue.
    La langue s'adapte à la pensée " sarkozyste ". alors que les dictionnaires traditionnels se targuent, chaque année, d'intégrer des mots nouveaux, le dico sarko, dictionnaire franco-sarkozy, éradique systématiquement les mots qui ne reflètent pas au sens strict la pensée libérale. les jeunes n'ont pas besoin de se cultiver ou de savoir écrire, ils doivent travailler plus et plus longtemps !

  • Afin de « fêter » le troisième anniversaire de l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, Charb propose un magnifique coffret regroupant deux de ses meilleurs albums, Le Dico Sarko et Le petit livre rouge de Sarkozy, et nous offre en prime, une magnifique « fausse Rolex » à l'effigie de notre bon président. Si vous connaissez quelqu'un qui va bientôt avoir 50 ans c'est le moment ou jamais de lui offrir ce cadeau avant qu'il n'ait définitivement raté sa vie.

empty