Carole Reynaud-Paligot

  • Cet ouvrage répond à plusieurs objectifs : présenter la méthodologie du commentaire de texte à des étudiants en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences de l'éducation, histoire) mais aussi confronter directement les étudiants aux textes d'auteurs majeurs. Outre l'intérêt méthodologique, les textes présentés proposent une histoire épistémologique et méthodologique de la sociologie et de l'anthropologie, en suivant un parcours chronologique de l'histoire de ces disciplines.

  • À partir des années 1850, une véritable " internationale raciologique " voit le jour au sein des sociétés occidentales : des sociétés savantes apparaissent, des cours sont dispensés, des revues et des ouvrages sont publiés, des musées exposent des collections de crânes, des cerveaux momifiés aux côtés d'objets ethnologiques.
    Cette science s'installe au moment où les identités collectives prennent comme référence centrale la nation, au moment où s'affirment et s'exacerbent les identités nationales des États occidentaux. La science des races apporte ainsi sa contribution à la construction des identités nationales au sein des nations occidentales, contribuant à une véritable racialisation des identités dans des États très différents : les anciens États-nations (France et Grande-Bretagne), les vieux Empires multiculturels (Autriche-Hongrie, Russie tsariste puis soviétique), les États-nations en formation tels que l'Allemagne ou encore la Turquie kémaliste.
    Chercheur associée au Centre de recherche en histoire du XIXe siècle (Paris I-Paris IV), l'auteur enseigne au sein des universités de New York et de Californie à Paris. Elle est l'auteur de Parcours politique des surréalistes 1919-1969 (Éditions du CNRS, 1995, réimp. 2001), La République raciale 1860-1930. Paradigme racial et idéologie républicaine (PUF, 2006), Races, racisme et antiracisme dans les années 1930 (PUF, 2007).

    Sur commande
  • Cet ouvrage poursuit l'étude de la pensée raciale, dans la france des années 1930, inaugurée avec la publication de la république raciale (puf, 2006).
    Il montre la persistance d'approches différencialistes et inégalitaires de l'altérité dans la communauté savante comme dans le monde colonial. en analysant ainsi un certain nombre de mythes, ceux d'une communauté scientifique française qui serait restée à l'écart du racisme, d'un universalisme républicain ou encore d'un humanisme colonial français, ce livre apporte une importante contribution à l'étude de la culture républicaine.

    Sur commande
  • Comment devient-on raciste ? comprendre la mécanique de la haine pour mieux s'en préserver Nouv.

    Comprendre en bande dessinée les mécanismes du racisme.
    À de multiples reprises, Ismaël Méziane a vécu personnellement le racisme. En 2017, lorsqu'il visite l'exposition « Nous et les Autres » au Musée de l'Homme à Paris, c'est un véritable choc qu'il a aussitôt envie de partager. Il entreprend alors de réaliser une bande dessinée avec les deux commissaires de l'exposition, respectivement anthropologue généticienne et historienne. Sous forme de déambulation, il propose un mélange de réflexions personnelles et d'échanges avec ces deux spécialistes afin de comprendre en profondeur les mécanismes à l'origine du racisme. L'album entremêle savoir et émotions pour susciter une prise de conscience, qui reste malheureusement plus qu'utile aujourd'hui.

  • La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l'école fut proclamée par les colonisateurs français mais qu'en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l'école s'imposa :
    Apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

  • « On vient vraiment tous d'Afrique ? » Assistons-nous au retour en force du racisme ? Montée de l'extrême droite dans les pays européens, discours anti-migrants de part et d'autre de l'Atlantique, débats sur l'identité nationale et critique du multiculturalisme... La question raciale a envahi notre quotidien. Face à cette déferlante largement relayée par les médias, il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux, l'opinion du fait. C'est précisément l'objet de ce livre. En révélant la part de construction sociale qui préside au racisme, il propose des réponses simples et éclairées par les sciences biologiques et sociales à des questions que chacun se pose : D'où vient la couleur de peau ? Le racisme a-t-il un fondement scientifique ? Quelles sont les conséquences des stéréotypes ? Peut-on parler de communautarisme en France ? Et, surtout, que pouvons-nous faire pour lutter efficacement contre les préjugés ?

  • Qu'est-ce que le racisme ? Pourquoi le racisme se manifeste-t-il ? Tous les Hommes sont-ils racistes ? Les sciences humaines, sociales et du vivant ont largement investi ces dernières années les questions relatives à l'altérité et à la discrimination, analysant les mécanismes de classification à l'aune de données de la génétique et de la psychologie peu diffusées dans l'espace public.
    Avec l'exposition « Nous et les autres », le musée de l'Homme démonte les processus de catégorisation et de hiérarchisation pour mieux comprendre les phénomènes de racialisation et de racisme. En mêlant l'approche expérimentale et l'étude d'exemples historiques - la ségrégation américaine, le colonialisme français, le nazisme, le génocide au Rwanda, etc. -, il invite à une appréhension inédite, à la fois immersive et réflexive, de la situation contemporaine en France.
    Riche de contributions des meilleurs spécialistes sur des faits d'actualité (antitsiganisme, islamophobie, multiculturalisme, etc.), de témoignages de citoyens, d'un lexique des principales notions (préjugé, stéréotype, xénophobie, etc.) et de nombreuses informations et statistiques, ce livre se révèle un véritable outil de lutte contre le racisme.

empty