Bruno Schulz

  • Drohobycz, tranquille bourgade provinciale où Bruno Schulz vécut et enseigna le dessin, devient le lieu de toutes les terreurs et de toutes les merveilles : ses places, ses rues, la boutique familiale de draps et de tissus se métamorphosent. Dans une ambiance de sourde étrangeté, hantée par la figure emblématique du père, se déploient le thème obsessionnel des mannequins et le contraste, si spécifique à Bruno Schulz, entre beauté et pacotille.
    Entre innocence et perversité, entre cauchemar et merveilleux, les récits des Boutiques de cannelle se situent dans un «treizième mois, postiche et superfétatoire, en marge du temps réel, sur ses voies de garage».

  • Le printemps

    Bruno Schulz

    D'où vient ce mystérieux album de timbres qui semble avoir le pouvoir de ressusciter les grands personnages de l'Histoire ? Qui est Bianca, cette femme au visage d'ange ? Quels liens a-t-elle avec ces revenants ? Où finit le passé et commence le présent ?
    Le printemps, saison du retour à la vie, devient le théâtre d'événements troublants, aux allures parfois fantastiques.
    Écrivain secret, Bruno Schulz nous entraîne dans son univers onirique et étrange transcendé par une langue poétique à la fois riche et exceptionnelle.

  • Le livre idolatre

    Bruno Schulz

    • Denoel
    • 7 October 2004

    Pièce maîtresse de cette oeuvre graphique, Le Livre idolâtre est un recueil de planches dessinées dans les années 1920 et 1930. Il n'a pas été publié sous forme reliée du vivant de Bruno Schulz, mais toujours dans des emboîtages originaux conçus et décorés de sa main. Cependant, l'artiste a toujours considéré cet ensemble de dessins, réalisés selon la technique du cliché-verre, comme une oeuvre à part entière. Scènes d'amour ou d'adoration fétichistes, fantasmagories érotiques, apparitions féminines mystérieuses et dominatrices C'est ainsi qu'y apparaît le monde troublant et singulier de Bruno Schulz. Édition princeps du Livre idolâtre, ce livre en rassemble aujourd'hui la série de dessins la plus complète.

  • On trouvera ici, dans une nouvelle traduction, l'oeuvre complète de Bruno Schulz dans le do- maine de la fiction; sont donc exclus ses essais et sa correspondance. Fiction certes, mais on y verra en filigrane un portrait de Schulz. On imagine aisément l'homme qu'il est: comment il s'évade de l'ennui quotidien en réinventant le regard de l'enfance, comment il lutte pour la moindre miette de ce temps qu'il voudrait tout entier consacré à l'écriture et à l'art, comment cet introverti agoraphobe crée des espaces et des temps magiques, comment ce timide se dépeint rampant, adorateur et soumis, aux pieds de femmes magnifiques en des dessins d'une technique éblouissante. Et puis l'on voit toute la place que tient la figure du Père, centrale dans une grande partie des récits, ce simple négociant en tissus devenant, sous la plume de son fils, inventeur fou, artiste et poète, prophète inspiré et même - ô hérésie ! - concurrent du Créateur, Démiurge, engendreur de Matière et de Vie !

    Quant au titre choisi pour ce recueil, il se réfère à un passage des Boutiques de cannelle, qui nous montre que Schulz ne se satisfait pas du temps «ordinaire» et que son art consiste à en recréer un, falsifié, «mythifié»:

    «Chacun sait que, dans une suite d'années normales et ordinaires, le temps se met parfois à divaguer et à engendrer des années autres, bizarres, dénaturées, sur lesquelles pousse parfois, comme un petit sixième doigt à la main, un faux treizième mois (...) Ce dont nous allons parler s'est déroulé dans ce treizième mois supplémentaire et en quelque sorte falsifié... »

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Épuisé
empty