Bruno Hongre

  • Tout pour maîtriser les méthodes du bacUn dictionnaire, de la 2nde à l'université, pour :- comprendre les termes abstraits qui figurent dans les textes d'examen (conjurer, paroxusme...) ;- saisir, à partir des racines grecques ou latines, le sens de nombreux mots savants (psychopathologie, synchrone...) ;- reconnaître les locutions classiques (coup de Jarnac, noeud gordien, serpent de mer...) ;- approfondir les notions fondamentales qu'il faut maîtriser pour aborder les études supérieures dans les différentes disciplines (anthropomorphisme, paradigme, surmoi...).Plus de 3000 définitionsOuvrage pluridisciplinaire (français,philosophie,sciences humaines, culture générale, enjeux actuels)Les clés des notions au programme

  • Elèves de classes préparatoires, étudiants en Lettres.
    30 modèles de commentaires.
    40 clefs pour aller au coeur du texte.
    Les textes commentés regroupés en 5 domaines : textes descriptifs, romanesques, dramatiques, argumentatifs, poétiques.
    Livre de méthode, conçu à la fois pour satisfaire aux impératifs de l'examen et disposer au plaisir de lire.
    Bruno Hongre est l'auteur chez Ellipses de Révisez vos références culturelles et du Dictionnaire portatif du bachelier chez Hatier.

    Sur commande

  • Rassemble et commente plusieurs centaines d'expressions qui font partie du bagage culturel attendu des étudiants. La méthode : tester les connaissances du lecteur puis les enrichir dans les réponses. Les expressions choisies, véritables balises dans le vaste champ de la culture occidentale, sont des locutions, des citations littéraires, religieuses , des maximes, des mots historiques, politiques célèbres. Loin de fournir un simple vernis, cet ouvrage favorise un véritable ancrage culturel et constitue un outil indispensable pour les exposés, les dissertations, les oraux,etc.

  • Français : alllégorie, classicisme, éloge, Lumières, narrateur, oxymore, registre...

    Philosophie : dialectique, éthique, existencialisme, logos, platonisme, raison, syllogisme...

    Sciences humaines : darwinisme, ethnologie, inconscient, république, structuralisme, technocratie...

    Culture générale : âge d'or, Canossa, christianisme, fauvisme, jurisprudence, narcissisme, Sisyphe, utopie...


  • quelles références ? eh bien, tout simplement, ces petites phrases, ces expressions mille fois entendues : état de grâce, france d'en bas, responsable mais pas coupable.
    autant de " mots " que nos politiciens lâchent dans l'arène démocratique, et que les médias orchestrent ou pastichent à satiété, oubliant leur source, de sorte qu'on ne sait plus trop qui a dit quoi, ni oú ni quand. si elles ne sont pas toute la vie politique, ces références y contribuent singulièrement. d'oú l'idée de ce mémento qui, avec un souci historique non dénué d'impertinence, recense deux cents formules qui ont émaillé ces vingt-cinq dernières années, en les resituant dans leur contexte.
    par-delà le bonheur du citoyen critique, ce modeste ouvrage n'a qu'une triple ambition : inspirer les candidats à la candidature, instruire les étudiants qui veulent tout savoir et, last but not least, empêcher les journalistes de propager l'erreur.

    Sur commande

  • L'accès aux ouvres classiques, pour l'étudiant, l'amateur cultivé, ou le chercheur, est souvent freiné par la présence de mots ou tournures qui peuvent, sinon surprendre, du moins prêter à confusion. De Corneille à Chateaubriand, la langue littéraire présente en effet de nombreux termes ou expressions hors d'usage aujourd'hui (gourmandé, heur, mutiné), ou qui sont employés dans un sens qui diffère des emplois actuels (amant, grimace, industrie, généreux, suffisance) ; ou encore, dont la signification, sans avoir changé, s'est considérablement affaiblie (déplaisir, étonner, gêne, horrible).
    S'il existe des outils essentiels, spécialisés tantôt dans la langue du xviie siècle, tantôt dans celle du xviiie siècle, il a paru utile de regrouper en un seul ouvrage l'essentiel des termes figurant dans le français classique littéraire, qui en vérité s'étend sur ces deux siècles. La plupart des grands auteurs postérieurs au siècle de Louis XIV, en effet, même s'ils se voulaient « modernes », n'ont cessé d'admirer et de prendre pour modèles les ouvres constitutives du classicisme proprement dit, et de faire usage de la même langue, comme en font foi les abondantes citations de cet ouvrage.
    Ainsi se justifient les expressions époque classique ou langue classique, pour désigner cette exceptionnelle littérature dont, très humblement, nous avons voulu faciliter la compréhension, et faire partager la saveur.

  • Des clés pour lire l'oeuvre Le résumé des livres I à XII L'étude des problématiques essentielles L'autobiographie selon Rousseau L'enfance : du souvenir aux mythes Argumentation et persuasion La variété des tons...

    Des lectures méthodiques

    Indisponible

empty