Littérature générale

  • « Qui sont-ils, ces copeaux d'hommes éparpillés, frêles silhouettes frissonnantes dans la poussière des routes, ces corps en attente dans les débris de l'hiver qui hantent cet oratorio, ce chant lyrique qu'est Corps et âmes ?
    La multitude des ils témoigne de la détresse des peuples en déroute, chassés de leur territoire, des exilés, des errants, des perdus, des sans papiers, des sans toits, des sans voix, la liste est infinie. On peut les voir déambuler dans les gares, ils rôdent à la périphérie des villes.
    Bernard Montini est le porte-parole, le chantre de cette fratrie convulsive, il donne de la densité à la conscience d'être. » Françoise Séloron (extrait de la préface)

  • Sur commande
  • Si un jour l'oiseau s'efface
    n'oublie pas de garder ses plumes
    il fait si froid sur les murs de ta vie.


    « J'avais dix-neuf ans quand j'ai lu ce texte ; je l'ai reçu en pleine poitrine. J'ignorais tout ou à peu près. Je traînais sous des ciels vides, je n'avais qu'une rage indéfinie qui me balançait à corps perdu contre les murs du monde. D'un seul coup ce fut une révélation confuse : l'urgence des mots pour survivre.
    Aujourd'hui, des années après, je reprends ce thème «si un jour» pour saluer Ramon Ruiz, l'auteur de ce texte qui m'a hissé un soir à l'écriture. c'était il y a bien longtemps. » B. M.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Halages

    Bernard Montini

    « Qui est donc ce il anonyme qui parle ? Celui qui, innommé, en lui seul témoigne de la souffrance de tous, la lumière de sa douleur éclairant un recoin du monde que d'aucuns ne voudraient pas voir ? Oui, qui est ce il, sujet de ces fragments, écriture du désastre, pour reprendre la belle expression de Blanchot ? Il, cette unique syllabe, ces deux lettres maigres accolées, fait penser à un personnage de Giacometti, cet homme qui marche, raidi de volonté malgré tout, au sein de l'absurdité, à la recherche d'un peu d'espoir, de liberté, qu'il trouvera peut-être dans cette encre rare, dans ces mots nus, dernier refuge devant un monde en perdition. » René Pons (préface)

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
empty