Bernard Bretonniere

  • Suite de proses rapides pour dire un père.

    « Mon père pudique est-ce que j'ai droit de te dire je t'aime le droit d'écrire sur toi maman veut pas ça : « impudeur indiscrétion » elle dit « pas étaler sur la place publique pas révéler des secrets de famille les gens n'ont pas à savoir quand même » alors si j'ai pas droit pardon pardon pardon.

    Mon père inventé vrai. » Cette nouvelle édition de Pas un tombeau, publié une première fois en 2003, remet à jour un texte inépuisable dans lequel un fils dit son père vivant, sans idolâtrie ni règlement de compte.

  • Le texte du livre Bacs de Loire, bacs de Gironde répond à une proposition de Wilfred Guyot qui avait, deux ans durant, en 2000 et 2001, réalisé plus de mille photos noir et blanc sur le sujet librement choisi des bacs traversant la Loire d'lndret à Basse-Indre et du Pellerin à Couëron, puis s'était vu confier par l'Institut départemental de développement artistique et culturel de la Gironde un travail complémentaire sur les bacs Royan - Le Verdon et Blaye - Lamarque. Road-poem est le nom qui s'est imposé pour définir cette écriture en vers très libres fondée sur plusieurs longues promenades de plusieurs jours, principalement en voiture, entre les points marquant les embarcadères de ces quatre bacs. Promenades nourries d'observations et de rencontres, de réflexions débridées, de géographie, d'histoire, d'art et de littérature dans la compagnie, particulièrement, des poètes Jules Supervielle et Henri Michaux - le second admirateur du premier. Ni guide, ni dépliant mais évocation plutôt qu'étude, ce livre délibérément subjectif associant photographies et poème laisse libre cours, de flâneries en digressions, à quelques questions sans réponses et aux approximations des auteurs, promeneurs solitaires ou moins solitaires, mais toujours curieux, au hasard des routes et des rivages estuariens de Loire et de Gironde.

  • Une liste, un répertoire, comme une tentative d'inventaire à la Perec, composé de près de 1 000 anaphores commançant toutes par "ça m'intéresse de savoir". Une autre liste "ça m'amuse de savoir" la complète. Une interrogation sur la connaissance. Un livre référence tout aussi savant que ludique.

    Ça m'intéresse de savoir que les champions d'escrime sont majoritairement gauchers.
    Ça m'intéresse de savoir que les Essais de Montaigne citent maintes phrases de Sénèque, de Plutarque et d'autres écrivains de l'Antiquité gréco-romaine sans donner leurs noms.
    Ça m'intéresse de savoir que certains alcooliques se gargarisent à l'eau de Javel pour ne pas se laisser trahir par leur haleine.
    Ça m'intéresse de savoir que Voltaire et Rainer Maria Rilke écrivirent, chacun, dix-huit mille lettres au cours de leur vie.

  • Datés tantôt d'une bonne pinte de bon sang prise dans le jardin d'un couple d'amis - jour de pinte ! -, tantôt du jour d'une descente plus intériorisée sur une pente personnelle plus amère - jour de pente ! ça arrive -, les poèmes de Bernard Bretonnière nous parlent de tous ces petits riens qui ne sont pas rien ! Il y évoque tout aussi bien ses proches - les siens qu'il a à coeur ou les vieux qui l'émeuvent et le touchent ! - que les poètes qu'il apprécie : Pierre Tilman et Jacques Rebotier ou Valérie Rouzeau et les Nantais Jean-Pascal Dubost, Daniel Biga ou Guy Bellay, l'inoubliable auteur de « Léone, mets-toi nue », ou encore Lucien Suel, le rocker de Star Scriwer, qui comme lui appartient à la Confrérie des Camés de l'Oreille, la grande Internationale de ceux qui entendent un mot pour un autre comme disait Tardieu ! On connaît la virtuosité de Bretonnière pour litaniser les glissements de sens, les dégelées de noms propres, les à-peu-près langagiers, les répétitions insistantes et révélatrices que l'on retrouve, entre autres, dans cette déclinaison caustique faite d'une suite de « naturellement » :
    Naturellement Mercedes. / Naturellement décapotable. / Naturellement dimanche midi. / Naturellement grand soleil. / Naturellement route de l'océan. / Naturellement lunettes noires. / Naturellement beaucoup plus jeune que lui. / Naturellement blonde. / Naturellement ?
    Jusqu'à cette interrogation finale plus expressive que bien des longs discours. On la redécouvre ici et là bien sûr mais, pour le reste, le propos est plus humainement fibreux si j'ose dire, plus tendrement désabusé. Personnellement j'aime beaucoup cette alternance et ce regard à la Buster Keaton que Bretonnière porte sur certaines choses anodines comme ses chaussettes par exemple - un divin cadeau de Reine ! sa Reine ! Allez-y voir au jour de ponte daté du mercredi 22 mai et revenez ensuite à la case départ. C'est tout un bonheur, tout un bonhoeufs.
    Extrait de la préface de Jean-Pierre Verheggen.

  • Beaucoup d'écrivains ont éprouvé la nécessité de dire leur père post-mortem, pour lui rendre un dernier hommage, voire pour engager ce qu'il est convenu d'appeler un " travail de deuil ". Lisant leurs livres, souvent magnifiques, je me suis demandé pourquoi je ne tenterais pas d'écrire aujourd'hui sur mon père vivant. La perspective d'une telle écriture, ni idolâtrie ni règlement de compte, se trouve nécessairement, et considérablement déplacée - ne serait-ce parce qu'elle échappe, de fait, à la déploration ; son risque devient alors totalement différent. Écrire au présent modifie et la forme, et le son, et le souffle ; écrire " je t'aime " à un vivant auquel on ne l'a encore jamais vraiment dit représente un exercice troublant ; écrire un livre - ce livre, plein de trous - qu'on ne saurait avoir la faiblesse de présenter à celui qui en est le sujet, et non le destinataire, relève d'un mouvement peu rationnel. N'empêche que tous les pères, tous les fils, les mères et les filles, sont humblement conviés, par ses pages, à se reconnaître, à se retrouver. Je rêve tout bonnement, entre candeur et vanité, d'avoir écrit le plus beau texte jamais écrit par un fils sur son père. B. B.

  • Sur commande
  • A partir de l'anaphore "Je suis cet homme", le poète Bernard Bretonnière tente de dresser le portrait de l'homme avec ses doutes et ses faiblesses.

empty