Littérature anglophone

  • Toute la lumière que nous ne pouvons voir possède la puissance et le souffle des chefs-d'oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont l'existence est bouleversée par la guerre : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.
    Cette fresque envoûtante, bien plus qu'un roman sur la guerre, est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront jamais détruire la beauté du monde.
        Un écrivain électrique qui défie les ténèbres, rallume la lumière avec les mots. Philippe Chevilley, Les Echos.
      Un livre rare. Julien Bisson, Lire.
      Un éblouissant tour de force. Alexandre Fillon, Livres hebdo.
      PRIX PULITZER

  • De l'Afrique du Sud à la Lituanie, de l'Allemagne nazie à la banlieue de Cleveland, les six nouvelles d'Anthony Doerr proposent un voyage troublant dans l'espace et à travers le temps. Le temps de la mémoire qui relie, comme un fil fragile, les personnages, tous hantés par la perte ou la résurgence de leur passé et confrontés à ce manque vertigineux de ce qui a été mais n'est plus. À l'image d'Alma, une veuve septuagénaire de Cape Town, à qui l'on tente curieusement de voler ses plus précieux souvenirs, dans la magnifique nouvelle qui donne son titre au recueil.

    « L'écriture vivante, séquencée, cache bien la sophistication du style magistral d'Anthony Doerr. » Liliane Kerjan, La Quinzaine littéraire.

    « Ces nouvelles éclairent très subtilement les liens fragiles qui relient notre présent et notre passé, en montrant à quel point nos destins sont façonnés par la mémoire. » André Clavel, Lire.

  • Des côtes du Kenya aux banlieues de l'Ohio, des forêts du Montana à une petite ville de l'Idaho, Le nom des coquillages explore l'étroite frontière entre le monde naturel et celui des hommes.
    Avec un réel talent de conteur, Anthony Doerr capte l'essence du monde visible mais aussi les paysages intérieurs de ses personnages. Une écriture éblouissante et un talent poétique indéniable : à 28 ans, ce jeune écrivain fait une entrée remarquée sur la scène littéraire. Ce premier recueil de nouvelles, salué aux États-Unis par une presse unanime, nous laisse entendre une musique éternelle : la rude symphonie du monde vivant.
    " Anthony Doerr est un merveilleux écrivain. Ses nouvelles, tout en profondeur, nous font retrouver des endroits oubliés et découvrir de nouvelles contrées. Elles ne se contentent pas de témoigner de la beauté, elles aident à la créer. " Rick Bass

  • " Il y a presque quelque chose de futile dans le fait de dire que ce roman est magnifique, extraordinaire ou émouvant. Comparée à la perfection de l'écriture d'Anthony Doerr, toute description de son livre paraîtrait banale.
    Courez l'acheter, faites-vous porter pâle, débranchez le téléphone et rendez-vous compte par vous-même de la qualité que la littérature contemporaine peut atteindre. " The Guardian
    A cinquante-neuf ans, David Winckler n'est plus que l'ombre de lui-même. Il fut autrefois, dans une autre vie, un mari, un père et surtout un hydrologue. Mais le temps et les intempéries de l'existence ont brisé cet homme sensible, fasciné par les merveilles de la nature, gouttes d'eau ou flocons de neige. Ce qui reste de lui s'étiole sous le soleil des Caraïbes, à des milliers de kilomètres de son Alaska natale. Quel crime cet homme peut-il avoir commis pour s'infliger pareil châtiment oe
    Après un quart de siècle passé loin de chez lui, David Winckler se décide enfin à entreprendre une longue odyssée à la recherche de souvenirs avortés et d'un présent incertain. Dans l'avion qui le ramène à Cleveland, où tout a commencé (mariage avec Sandy, naissance de leur petite fille, Grace) et où tout a fini, ce revenant revisite les fantômes de sa vie antérieure...
    Avec ce roman, Anthony Doerr confirme l'originalité de son univers et la singulière beauté de son écriture. Il sait convoquer des images d'une puissance inouïe et sa perception de la condition humaine comme sa compassion pour ses personnages fragiles forcent l'admiration. Lumineux et lyrique, ce livre touché par la grâce a reçu un formidable accueil de la critique anglo-saxonne.

empty