Anne Muxel

  • L'autre à distance : quand une pandémie touche à l'intime Nouv.

    Ce que nous avons vécu avec la pandémie de Covid-19 est totalement inédit. La distance liée aux restrictions sanitaires, aux confinements et aux gestes barrières a changé les vies familiales, amicales, amoureuses, sociales, professionnelles de chacun d'entre nous.
    Comment avons-nous vécu cette crise?? Comment nous sommes-nous arrangés des directives imposées?? Quelles traces en restera-t-il??
    Ce livre explique les mutations associées à la pandémie en même temps qu'il traque les traces les plus intimes qui affectent nos vies intérieures et nos relations avec les autres.
    Apprendre, travailler, être soigné et mourir, aimer et se rencontrer, autant de situations où le virus aura eu raison de nos façons d'être et de faire les plus habituelles.
    L'Autre à distance auquel nous a contraints la pandémie changera-t-il durablement notre intimité, nos manières de vivre et, plus largement, nos façons de faire société??

    Un livre document sur l'expérience collective et individuelle qui est désormais la nôtre.

  • Avoir 20 ans en politique

    Anne Muxel

    • Seuil
    • 11 February 2010

    Les jeunes sont-ils dépolitisés Cette interrogation revient comme une antienne. Lorsque la jeunesse se montre silencieuse ou en retrait de la scène politique, ce constat trouve sa pleine justification. Lorsque la jeunesse s'exprime, manifeste et se fait entendre, comme en 2006 lors de la bataille contre le CPE, elle est l'objet de commentaires, pas toujours bien intentionnés. Ainsi la jeunesse est-elle toujours soumise à  la suspicion, considérée à  l'aune de la génération 68, érigée en modèle du genre, ce qui en soi est contestable. A la veille des élections régionales de mars 2010, Anne Muxel a cherché à  comprendre ce que cachait cette prétendue dépolitisation, que la réalité vient épisodiquement démentir. Aussi c'est un diagnostic fait souvent à  l'emporte pièces que cet ouvrage nuance. Fondé sur une large enquête, il montre que l'engagement politique des jeunes s'inscrit dans la négociation que toute génération nouvelle doit faire, d'une part, avec la culture politique dont elle hérite et, d'autre part, avec les conditions d'expériences propres à  la conjoncture historique et politique dans laquelle elle prend place. La politisation de la jeunesse se construit donc à  partir de cette double dynamique de l'héritage et de l'expérimentation.

  • Se passer de croire est une éventualité peu réaliste, voire impossible. Dans l'ordinaire de la vie humaine comme dans l'ordre extraordinaire du politique, le domaine de la croyance rassemble des activités concrètes mais aussi tout un ensemble d'imaginaires et d'idéologies.

    La confrontation interdisciplinaire menée dans cet ouvrage met en évidence les articulations nouvelles entre les processus d'individualisation de la politique ainsi que les changements affectant les répertoires de sens et d'imaginaire à partir desquels s'orientent, s'expriment et s'engagent les individus. Partant de différents domaines d'investigation et de phénomènes sociétaux caractéristiques des démocraties actuelles, les auteurs révèlent les formes d'idéologies et de croyances qui caractérisent les répertoires socio-politiques contemporains..

  • À défaut de constituer une génération politique, ce qui rassemble les jeunes Français d'aujourd'hui est d'entrer en politique dans un contexte bien différent de celui de la jeunesse de leurs parents. Aujourd'hui, la confiance dans les institutions politiques et dans les gouvernants est au plus bas. Les partis politiques sont en crise. Le doute s'est emparé des urnes et l'abstention ne cesse de se rappeler d'élection en élection. Comment votent-ils ? Quelles sont les fractures sociales et culturelles, mais aussi civiques et politiques, qui traversent la jeunesse française ? Un profond renouveau du cadre de la citoyenneté semble s'imposer, plus défiant et plus critique, régi par une perplexité dominante, mais non dépolitisé.

  • En janvier 2002, une équipe de chercheurs du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) dirigée par Anne Muxel, a organisé une grande enquête sur les idées, les valeurs et les cultures politiques des étudiants de Sciences Po.
    Au total, 2450 étudiants, appartenant à tous les cycles d'études de l'IEP de Paris, ont été interrogés à l'aide d'un questionnaire large et diversifié. Jusqu'à présent, aucune consultation de ce type n'avait été réalisée dans un établissement d'enseignement supérieur français. Pour mieux comprendre ce qu'est Sciences Po aujourd'hui, les auteurs de cette enquête ont voulu cerner avec précision ce que sont et ce que pensent les étudiants de ce grand établissement.
    Comment se situent-ils dans le monde social environnant°? Quelles représentations, quelles pratiques de la politique ont-ils°? Quelles sont leurs valeurs et leurs choix°? Comment voient-ils leur avenir professionnel°? À quels rôles, quelles fonctions et quels statuts se préparent-ils°? Ainsi, on découvre que les étudiants de Sciences Po sont beaucoup plus politisés que les autres étudiants et qu'ils sont plus nombreux à s'engager dans l'action concrète.
    S'ils ont, comme les autres jeunes, une image négative de la classe politique, cela ne les amène pas à une remise en cause du système démocratique. Ils reconnaissent la légitimité des institutions politiques et accordent aux partis et à l'élection un rôle déterminant. S'ils votent davantage, ils savent aussi protester et manifester pour défendre les valeurs auxquelles ils croient. Leur compétence politique est particulièrement aiguisée.
    À la fois critiques et normatifs, ils savent mobiliser une diversité de ressources, de valeurs et de modèles d'action. Loin des représentations étroites et stéréotypées, ce livre - tout en mettant à jour certains éléments d'une culture commune - révèle avant tout non pas une image univoque mais les différents visages d'une population qui semble refléter l'ensemble du répertoire des valeurs et des sensibilités de la société française contemporaine.

  • Révolutionnaire à 20 ans, conservateur à 60 ans : quelle part de vérité détient cet adage ? Le vieillissement modifie-t-il les comporements politiques ? Que pèsent la génération ou la classe d'âge auxquelles on appartient ? Cet ouvrage veut éclairer les liens entre âge, génération, cycle de vie et politique.
    Il décortique, au travers de la philosophie, de l'histoire, de la science politique, de la sociologie ou encore de la psychologie, les multiples paramètres historiques, culturels et sociaux qui sous-tendent les effets de l'âge. La politisation des individus au fil des ans est analysée sous ses différents aspects : construction des choix idéologiques et politiques, rapport au vote et à l'abstention, engagement partisan, participations à des mobilisations collectives...
    Il apparaît que les incidences politiques de l'âge biologique sont ténues. L'âge social et biographique ou encore l'appartenance générationnelle sont au contraire décisifs. Une réflexion sur les usages sociaux et les recompositions de l'âge dans les démocraties contemporaines, avec un regard sur d'autres pays sur le monde arabe.

  • Faut-il avoir les mêmes idées pour s'aimer ou s'apprécier ? Quel rôle ont les convictions et les choix politiques au sein du couple, dans la vie de famille, entre amis et plus largement dans les liens que l'on entretient avec ses proches ?

    Ce livre montre une imbrication constante du privé et du politique. Il cherche à dépasser la réticence de la science politique à intégrer le rôle des affects individuels dans ses analyses. Plus affranchis que parle passé des systèmes de croyances et des idéologies, les individus sont amenés à élaborer leurs choix à partir de critères davantage fondés sur des notions de ressemblance et de proximité, faisant de la sphère privée un terrain à part entière de l'aventure démocratique.

    S'intéressant à l'intime en tant que lieu d'expérience et d'implication politiques, l'ouvrage décrypte les négociations permanentes qui se jouent dans les discussions familiales, ou entre partenaires aux opinions divergentes ; il relate le parcours d'un couple hors norme, les Thorez, pourqui engagement amoureux et politique ne faisaient qu'un, s'intéresse aux mouvements révolutionnaires post-soixante-huitards devenus porteurs des états d'âme de leurs militants, ou encore dissèque les formes dedélitement des amitiés induites par les convictions politiques.

    Cet ouvrage attachant et novateur, porté par Anne Muxel et ses brillants contributeurs, permet d'explorer d'autres voies d'interprétation et de compréhension de la politisation des individus.

    Sur commande
  • Toi, moi et la politique

    Anne Muxel

    • Seuil
    • 9 October 2008

    " Comment la politique, dès lors qu'elle n'est plus dans l'espace public, se réfléchit-elle dans l'espace privé ? Quelle part occupe-t-elle dans le monde des échanges et des intérêts personnels, dans l'intimité du lien amoureux, mais aussi dans le cadre familial et dans les liens d'amitié ? L'accord est-il une nécessité inhérente à la vie affective ? Ou bien y a-t-il place pour le désaccord ? Peut-on tomber amoureux de quelqu'un qui fait des choix politiques opposés aux siens ? Quels sont les seuils d'acceptation de la différence ? La politique peut-elle être un ciment d'amour ? Peut-elle aussi devenir une cause de désamour ? La politique en soi, pour soi, entre soi et l'Autre, avec les autres... " C'est donc la politique au coeur de l'identité intime de l'individu que ce livre explore. Fondé sur une large enquête et nourri d'entretiens, il montre, comme dans un théâtre d'ombres, la façon dont la politique se réfracte dans l'intimité et dans le jeu des affects.

  • Ce livre rend compte de l'expérience politique dans le temps de la jeunesse, entre 18 et 30 ans, conduisant chacun à la rencontre de son rôle de citoyen dans la France d'aujourd'hui. Et il renverse nombre d'idées reçues.

  • L'idée d'une montée de la radicalité au sein de la jeunesse française, avec pour corollaire une certaine banalisation de la violence, mérite d'être examinée. Certes, les passages à l'acte violent ne concernent qu'une petite minorité assez bien étudiée et identifiée. Mais on ne sait en revanche que peu de choses sur le degré d'acceptabilité de la violence aux yeux du plus grand nombre. Quels sont les segments de la jeunesse les plus concernés par la radicalité ? Peut-on observer un lien entre la radicalité politique et la radicalité religieuse ? Comment les jeunes réagissent-ils aux attentats et au terrorisme ?
    Pour répondre à ces questions, les auteurs de cet ouvrage, spécialistes reconnus dans le champ de la sociologie de la jeunesse, analysent les résultats d'une enquête inédite menée auprès de sept mille lycéens de toutes origines sociales et culturelles, et de toutes confessions religieuses, au lendemain des attentats de 2015.

  • Les cartes du jeu politique ont été drastiquement rebattues lors de l'élection présidentielle de 2017. Une véritable révolution électorale. Comment les Français s'y sont-ils adaptés ? Quels sont les éléments annonciateurs des difficultés rencontrées par le pouvoir actuel ?

    Sur commande
  • « Reprise continuelle de soi par soi » selon Paul Ricoeur, l'identité ne cesse de se renégocier au fil du temps, des événements de la vie, des jeux entre conscient et inconscient, entre individu et collectivité, entre passé et présent... Dans cette chaîne permanente de recompositions personnelles, comment les croyances évoluent-elles ? À quelles injonctions obéissent les ruptures ou les continuités dans la transmission des convictions politiques ? Réflexions croisées de sociologues, politistes, philosophes, historiens et psychologues sur nos identités politiques de plus en plus mobiles, les contributions de cet ouvrage donnent à voir les ressorts des changements politiques qui façonnent l'histoire comme les histoires de vie. Il met au jour la manière dont le politique est travaillé par le temps, qu'il s'agisse du temps collectif des générations ou de celui, plus intime, des âges de la vie.

    Sur commande
  • Comment se fait un vote ? Quand et comment l'électeur décide-t-il de son choix ? Quels critères va-t-il retenir et privilégier ? Réalisé par les plus éminents spécialistes des études électorales en France, le Panel électoral français étudie les différents aspects du processus de formation et de construction de la décision électorale : moment du choix, hésitation, influence des images, mobilité électorale, abstention, rebipolarisation, reclassements des électorats FN et MoDem.

    Deux ans après l'élection de Nicolas Sarkozy, ce livre présente une lecture nouvelle et détaillée de la séquence présidentielle-législatives, et restitue, au plus près de leur vécu et de leurs choix, le parcours de vote des Français.

    Le Panel électoral français a été réalisé auprès d'un échantillon de 1 846 électeurs interrogés à quatre reprises au cours d'une période prenant en compte l'élection présidentielle et les élections législatives du printemps 2007.

    Sur commande
empty