Alain Rauwel

  • A côté de livres et de manuels, les médiévistes publient le fruit de leurs recherches dans des ouvrages collectifs, des périodiques et des encyclopédies. C'est à la nécessité de regrouper des travaux dispersés que répond la collection Les Médiévistes français fondée par Michel Parisse et poursuivie par Dominique Iogna-Prat. En offrant l'occasion de donner une cohérence d'ensemble à ces contributions - remaniées et solidement introduites d'un point de vue méthodologique -, il s'agit de rendre accessible à un public large une personnalité et une oeuvre.
    La médiévistique représentée parla collection entend croiser les disciplines et ouvrir la culture scientifique française à tous les ailleurs propres à la féconder et à la consacrer. histoire des rites est bien davantage qu'une " histoire de la liturgie " : c'est une histoire des rapports codifiés entre les hommes et le divin, tels qu'ils sont vécus dans les sociétés qu'ils contribuent à structurer.
    Les interactions entre des paroles et des gestes, les milieux qui les inventent et les mettent en pratique et les conceptions du monde sur lesquelles ils s'appuient sont au coeur de cette recherche de longue haleine, menée depuis plus de quinze ans et dont les étapes ont été ici rassemblées et retravaillées. Au commencement sont les réalités constitutives de l'action rituelle : des mots (ceux du Canon de la messe), des moments (le triduum pascal, coeur calendaire du système chrétien), des éléments matériels (le vin, le feu).
    Elles disent l'inscription de la ritualité dans les rythmes de la vie sociale. Sont ensuite analysés les enjeux des cérémonies, solennelles ou quotidiennes. Les approches convergent ici vers une phase très particulière de l'histoire de l'Eglise latine, la "réforme grégorienne" quelle a été alors la place des rites ? Que disent les débats dont ils ont fait l'objet sur des évolutions qui dépassent l'espace réservé du sanctuaire ? Comment ont-ils été utilisés dans le processus de construction de la domination cléricale ? Parce que l'auteur de ces études a toujours dialogué avec les historiens du bâti, un dernier volet porte sur les espaces cultuels médiévaux, et notamment leur coeur : l'autel, présenté ici comme un point de gravitation du système de chrétienté.
    Que le volume s'achève sur l'évocation d'un liturgiste des Lumières montre combien, plus que d'autres, les études rituelles sont le fruit d'un héritage séculaire, dont il importe de mener à bien l'inventaire critique ; ce recueil voudrait aussi y contribuer.

  • Il n'est plus possible de donner foi au mythe du savant qui, au moment de se mettre au travail, abandonnerait tout de ses attaches, de ses passions, de ses antipathies. Chacun reconnaît aujourd'hui qu'en sciences humaines, précisément parce qu'elles sont humaines, la personnalité et le destin du chercheur sont tout sauf indifférents. C'est sans doute plus vrai encore quand il s'agit d'histoire. Quinze historiens de France et d'ailleurs s'interrogent ici sur le rapport entre leurs histoires personnelles et la « grande » histoire qu'ils écrivent. On ne saurait imaginer une communauté plus diverse par les origines, les âges, la formation, les objets d'études. Mais tous se sont prêtés au jeu en revenant sur les chemins de l'intelligence et du coeur qu'ils ont parcourus pour devenir les chercheurs qu'ils sont.

    Sur commande
empty