Abdelwahab Meddeb

  • « Face à la volonté des islamistes de bannir le mot même de laïcité, assimilée à l'incroyance, il nous faut intensifier le combat pour le restaurer et légitimer l'action conduite en son nom. Il faut lutter contre l'obscurantisme, la superstition, le fanatisme et l'exclusivisme - pour sauver la peau de l'islam. » Après La Maladie de l'islam et Contre-prêches, Abdelwahab Meddeb poursuit dans cet ouvrage sa relecture critique du Coran afin de débarrasser l'islam de l'islamisme. Interrogeant la relation de l'islam avec le droit, le recours à la violence au nom de Dieu et la question de l'altérité à travers la place des femmes et le rapport à l'étranger, il plaide pour un islam capable d'affronter les défis de la modernité et de s'adapter aux valeurs qu'implique la liberté de conscience et de culte.
    Abdelwahab Meddeb (1946-2014) Écrivain, poète et essayiste, il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages traduits dans plus de quinze pays. Il a également créé sur France Culture l'émission hebdomadaire « Cultures d'islam », qu'il a produit jusqu'à sa mort en novembre 2014.

  • Il ne suffit pas d'encourager un " islam du juste milieu " opposé aux interprétations radicales des islamistes. Les musulmans européens sont capables de vivre sans restriction dans l'esprit du droit positif et de la charte des droits de l'homme, en se détournant de toute référence à la sharî'a. En reprenant à leur compte le passé islamique qui a fait évoluer sinon muter la civilisation, les musulmans sortiront des frontières de leur identité restreinte pour agir sur la scène du monde.
    Abdelwahab Meddeb proposait ici une série de relectures du Coran et de la Tradition pour conduire ce travail de mémoire et de dépassement qui n'ont rien perdu de leur actualité.

  • En Europe et dans le monde, l'islam est aujourd'hui au carrefour de ses avancées et de ses archaïsmes, partagé entre ceux qui croient aux valeurs de la démocratie, de la liberté, de la création venue de l'homme, et ceux qui, aveuglés par leur fanatisme, les dénient au nom d'un mythique recours à ce qu'ils appellent la « souveraineté divine ».

    Dans ces Contre-prêches, Abdelwahab Meddeb montre que l'islam a déjà eu, dans sa culture et son histoire, les capacités, la force de rébellion et les audaces nécessaires pour assumer ses mutations. Cet examen critique l'aidera à entendre la voix de la raison quand elle réfute avec tranchant la foi qui prêche la servitude et assigne aux humains un destin sot et détestable.

  • "« La singularité de l'islam [est d'être la] seule entité qui s'est frottée simultanément aux frontières de l'Europe occidentale, de Byzance, de la Chine et de l'Inde. Cette mitoyenneté de la diversité donna à la langue arabe le privilège d'être en contact avec les domaines que recouvrent le latin, le grec, le chinois, le sanskrit qui s'ajoutent aux domaines intégrés qui ont rendu possible les savoirs déposés dans les langues persane, syriaque, araméenne, hébraïque, démotique. L'islam a soudé ces traditions disparates, les a unifiées et revigorées ensemble. » Au carrefour de l'Europe occidentale, de Byzance, de la Chine et de l'Inde, l'Islam en a englobé et vivifié les apports et a contribué par cette synthèse à l'universel. Dans Islam, la part de l'universel, publié initialement en 2003 avec une riche bibliographie et réédité ici dans sa version originale en français et une traduction inédite en arabe par Mohammed Zernine, Abdelwahab Meddeb, rappelle la dimension humaniste de cette civilisation et son apport considérable à des domaines comme l'architecture, les sciences et la mystique.
    "

    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
  • Abdelwahab Meddeb menait un double combat contre l'intégrisme musulman et pour la reconnaissance de l'apport culturel de l'islam. Le présent recueil rassemble une sélection de ses dernières chroniques et tribunes dans lesquelles, en poète engagé, il cherchait le remède aux maladies de l'identité. Les « inconciliables » ici ne sont pas l'Occident et le monde musulman, mais, de chaque côté, les religieux fanatiques et les propagandistes du « choc des civilisations » face auxquels se dressent les partisans de l'ouverture à l'autre.
    Alep, Mossoul, Palmyre, les mausolées de l'Atlas, Boko Haram, l'étiolement du Printemps arabe, la supercherie de Daech, etc. : au rythme de l'actualité, ces textes entremêlent à des analyses politiques d'une profonde acuité des commentaires érudits du corpus islamique classique et de la tradition soufie, en dialogue avec la littérature et les arts contemporains. Au triomphe de l'ignorance et à l'exercice quotidien de la terreur, ils opposent les splendeurs oubliées du patrimoine islamique, la beauté de l'hybridation des cultures et les vertus de la résistance.
    En démasquant les prêcheurs de haine, Abdelwahab Meddeb continue de nous alerter sur les désastres en cours et les périls à venir, mais aussi de nous donner des raisons d'espérer.

  • Le recueil se compose de poèmes sans titres, numérotés, qui se succèdent comme les étapes d'un voyage à la fois géographique et intérieur.
    Néo-nomade, le poète chemine à l'horizon du monde, qu'il lit comme un Livre. Ses échappées le conduisent au loin, de la Corée aux Caraïbes, du Bengale à la côte ouest de l'Amérique. Pus proches, ses haltes vont aussi de Tunis à Berlin, de Tanger à Paris, de Madrid au Caire, d'Alexandrie à Siwa ou Jérusalem. Il circule à travers le territoire et la mémoire des langues d'Orient et d'Occident. Il est comme un soufi d'un nouveau genre, en quête de la poésie globale de notre temps.

  • Ne jamais cesser de transmettre les merveilles de l'islam, et trouver dans les écrits soufis l'antidote à la crispation, à la confusion, tel est le credo de l'écrivain Abdelwahab Meddeb. Ces instants soufis découvrent le visage de l'islam vécu dans l'ouverture à l'autre, dans l'universel de la révélation, et dans l'entrelacement du masculin et du féminin. Revisitant les écrits des plus grand soufis (du maître andalou Ibn 'Arabî, du grand mystique Rûmî ou de la femme poète Rabi'â), c'est un véritable voyage auquel ces pages invitent : un voyage dans l'histoire du soufisme ; un voyage parmi les beautés de la nature et celles crées par l'esprit ; un voyage intérieur, où les paradoxes des maîtres soufis rudoient l'étroitesse et appellent à sonder l'infini.

    Ce livre est composé de courts chapitres qui sont autant de contes. Ils sont illustrés par des calligraphies de Hassan Massoudy et rythmés par des poèmes traduits par Abdelwahab Meddeb, qui révèle ici encore tout son talent littéraire.

  • D'une fermeté inébranlable face aux propagateurs de l'intégrisme, A. Medddeb aborde toutes les questions qui nous préoccupent aujourd'hui: l'islam est-il soluble dans la République ? L'islam est-il compatible avec la modernité et avec nos institutions ? L'islam est-il rebelle à la critique ? L'Occident est-il islamophobe ?
    Aux littéralistes fanatisés et mauvais exégètes du Coran, A. Meddeb répond par une patiente argumentation empreinte de sa « double généalogie » entre Orient et Occident.
    L'auteur s'interroge sur les raisons de la haine que suscite l'Occident sans jamais se départir de sa volonté d'inscrire l'Europe dans une perspective « islamo-judéo-chrétienne ». Ce livre n'est pas un manifeste de plus. Il est l'affirmation raisonnée d'un pari contre toutes les formes d'obscurantisme et de régression spirituelle.

  • En écho à la pensée du mystique persan Sohrawardi sur le thème de « l'exil occidental », Abdelwahab Meddeb nous invite à partager l'épreuve de l'étranger. Dans sa vérité, l'exil n'est pas un simple déplacement, il induit une tension entre deux moments de l'être, noués dans l'ambiguïté du désir. C'est à partir de cette expérience que se déploie l'oeuvre de ce poète de langue française né à Tunis et qui se définit comme « errant et polygraphe ». De la poésie préislamique aux émigrés de Tanger, des déserts de l'enfance à la désolation d'Auschwitz en passant par Tunis, New York et le Japon, l'oeuvre d'Abdelwahab Meddeb explore toutes les dimensions de l'aventure humaine.

  • Ce petit livre est une analyse du sens profond de cette rupture inattendue de l'Histoire, qui pour lui est aussi importante (en sens inverse) que celle du 11 septembre 2001. Une méditation très personnelle d'un intellectuel tunisien qui reconnaît avoir trop désespéré de son pays et des Arabes en général. D'autant que ce ne sont pas les intellectuels progressistes comme lui qui ont mené cette révolution, mais le peuple et les jeunes en particulier.
    Pour A. Meddeb, comme lors de l'élection d'Obama et de son discours du Caire, il y a là matière à espérer en une métamorphose de l'Histoire qui va changer nos vies à tous.

    Sur commande
  • En Europe et dans le monde, l'islam est aujourd'hui au carrefour de ses avancées et de ses archaïsmes, partagé entre ceux qui croient aux valeurs de la démocratie, de la liberté, de la création venue de l'homme, et ceux qui, aveuglés par leur fanatisme, les dénient au nom d'un mythique recours à ce qu'ils appellent la " souveraineté divine".
    Dans ces Contre-prêches, Abdelwahab Meddeb montre que l'islam a déjà eu, dans sa culture et son histoire, les capacités, la force de rébellion et les audaces nécessaires pour assumer ses mutations. Cet examen critique l'aidera à entendre la voix de la raison quand elle réfute avec tranchant la foi qui prêche la servitude et assigne aux humains un destin sot et détestable.

  • Sur commande
  • Ce livre est constitué d'interventions radiophoniques (donc de chroniques d'abord orales) de Meddeb, données à une radio située à Tanger, au Maroc (je ne sais si elle est publique, mais de toute façon elle est surveillée par les pouvoirs), et qui émet en direction des pays du Maghreb. Ces interventions sont liées à l'actualité, mais souvent elles s'en éloignent au point que l'actualité n'est qu'un prétexte. Elles sont majoritairement en lien avec l'islam et ses problèmes (pour exemple : inégalité hommes-femmes dans le Coran et la tradition, rapports du Coran avec la Bible, à propos de la fête du sacrifice). Il y en a aussi de « profanes », comme récemment à travers une chronique sur l'affaire des côtés positifs de la colonisation. L'auteur a aussi un fort goût pour l'art, d'où un certain nombre de considérations esthétiques. Globalement, on pourrait dire que Meddeb, musulman agnostique mais bon connaisseur de la tradition musulmane, propose une sorte de contrepoint éclairé, pour musulmans plus ou moins éclairés, en apportant, d'une part, une information qu'ils ignorent, d'autre part, une critique, plus indirecte que directe, de l'islam des islamistes et des musulmans pieux. A priori il y aura 113 chroniques, une de plus que le nombre de Sourates du Coran. Il m'a dit qu'elles ont un réel succès hebdomadaire, et je suis prêt à le croire, car, globalement, elles sont suggestives et pointues. Elles ont un avantage par rapport à La Maladie de l'islam : elles partent de l'actualité sans y retourner toujours. Même si elles sont destinées à un public un peu « cultivé », elles sont abordables, me semble-t-il, a fortiori par le public français. Le titre qu'il propose est excellent, et c'est donc un livre qui peut trouver son public en librairie. Le nombre de signes est important (plus de 500 000, voire près de 600 000 signes), donc ce sera un livre relativement gros.

    Sur commande
  • Depuis les premiers liens entre les tribus juives d'Arabie et le Prophète Muhammad jusqu'aux récents conflits du Proche-Orient, en passant par les civilisations de Bagdad et de Cordoue, sans oublier l'Empire ottoman, le monde perse et même l'espace européen, les relations tour à tour fécondes ou tumultueuses entre juifs et musulmans sont ici exposées et analysées en toute impartialité.
    Quelque cent vingt auteurs de tous pays ont participé à cette encyclopédie unique en son genre, dans un esprit d'interdisciplinarité qui permet de rendre compte des multiples facettes du sujet. Les difficultés du temps présent se trouvent ainsi réinterprétées à la lumière d'une histoire resituée dans la longue durée.
    Un ouvrage de référence richement-illustré, à la fois clair et accessible, qui constitue un outil précieux pour une meilleure compréhension entre les cultures.

  • - La liberté... Qui donc en a rêvé le premier ? Les trois auteurs de ce livre nous proposent de découvrir l'évolution de ce concept, en partant de la philosophie athénienne pour aboutir à l'élection de Barack Obama. Au fil des entretiens, ils abordent le développement de l'individualisme avec les Lumières, l'émancipation de l'Amérique face à l'esclavage ou encore le rapport entre l'islam et la liberté... Un livre qui nous invite à réfléchir sur une valeur fondamentale de l'humanité.

    - André Gluckmann est écrivain et philosophe. Nicole Bacharan est historienne, politologue spécialiste des États-Unis.Abdelwahab Meddev est écrivain et islamologue.

    Sur commande
  • En Tunisie Nouv.

    En ce qui me concerne, le parti-pris de ce livre s'est imposé de lui-même : retrouver les émotions de mon premier voyage en Tunisie effectué vingt ans auparavant, cette fois en matérialisant ces images mentales restées vives à mon esprit et mises en échec par un appareil photo. J'ai attaché une importance primordiale à cette campagne de photographies, et je me suis appliqué à donner intentionnellement le moins d'indications temporelles au choix des prises de vues. Ces images représentent la Tunisie que je porte toujours en moi, celles de l'adolescent qui ne m'a jamais quitté, qui me permet d'exister et de continuer à photographier.. JG. Un voyage photographique en noir et blanc à travers les régions, les paysages, les peuples et les cultures de Tunisie.

  • Les 3 auteurs analysent la portée réelle de la conférence qu'a prononcée Benoît XVI à l'université de Ratisbonne le 12 septembre 2006. Ils font apparaître les enjeux philosophiques et culturels de la critique papale autour des questions foi, violence et raison. Ils démontrent l'importance de l'héritage grec et christique dans l'islam, contrairement à bien des idées reçues. Ils entendent dissiper les malentendus et les caricatures. L'articulation foi et violence traverse aussi bien la pensée grecque que le christianisme et l'islam.
    + publication intégrale de la conférence elle-même avec les notes rajoutées par Benoît XVI en réponse à la polémique.
    + publication et traduction d'une lettre inédite que 36 oulémas de différents pays arabes ont adressé à Benoît XVI en réponse à sa conférence.

empty