Policier & Thriller

  • Et si votre famille n'était pas celle qu'elle prétendait être ?

    Nina Kircher, une sexagénaire, veuve d'un photographe mondialement célèbre, passe quelques jours dans un hôtel de luxe dans le sud de la France. Soudain, elle quitte la piscine où elle vient de se baigner pour suivre un homme jusqu'à son bungalow puis, sans raisons apparentes, elle le poignarde dans un enchaînement inouï de violence, avant de s'enfermer dans un mutisme complet.

    Pour tenter de comprendre cet acte insensé, son fi ls Théo, avec lequel elle a toujours entretenu des relations difficiles, n'a d'autre choix que de plonger dans le passé d'une mère dont il ne sait presque rien. De Paris à la Suisse en passant par la Côte d'Azur, il va mener sa propre enquête, jusqu'à découvrir des secrets inavouables et voir toute sa vie remise en question...

    L'histoire bouleversante d'une femme décidée à prendre en main son destin.
    Un suspense redoutable qui vous manipule jusqu'à la dernière page.

    Avec des succès comme Une vraie famille, Dernier été pour Lisa ou Un autre jour, VALENTIN MUSSO s'est imposé comme l'un des meilleurs auteurs de thriller psychologique de sa génération. Qu'à jamais j'oublie est son neuvième roman.

  • Que peut-on encore perdre quand la vie vous arrache le seul être
    que vous avez jamais aimé ?
    Adam Chapman, architecte de 41 ans, a tout pour être heureux. Il vit depuis huit ans un amour sans nuages avec sa femme Claire. Mais, un matin, un coup de téléphone vient lui annoncer l'inimaginable. Alors qu'elle passait le week-end dans la maison de campagne de ses parents, Claire a été assassinée en lisière d'un bois. En quelques secondes, l'existence d'Adam vole en éclats. Mais ce qui pourrait être une fin n'est qu'un début. Car Adam n'a aucune conscience de la véritable tragédie qui a commencé à se jouer. Dès le lendemain de la mort de Claire, il va découvrir qu'il existe pire que de perdre ce que l'on a de plus cher au monde : le perdre une seconde fois...
    Né en 1977, Valentin Musso est l'auteur de nombreux succès traduits dans plusieurs langues. En quelques années, il a su s'imposer comme l'une des voix les plus originales du thriller français, notamment avec Le Murmure de l'Ogre, Une vraie famille et Dernier Été pour Lisa, tous disponibles en Points.
    " Valentin Musso fabrique une œuvre romanesque aux récits remarquables par leur construction, leur écriture et leur densité. "
    Pierre Vavasseur, Le Parisien

  • Jusqu'à quel point le passé de votre famille peut-il vous hanter ?
    Katia est haptophobe : elle ne peut supporter aucun contact physique. Ses parents ont tout tenté depuis son enfance, médecins, psys, guérisseurs, rien n'y fait. Mais le malaise de Katia prend une ampleur plus inquiétante lorsque son grand-père est sauvagement assassiné par sa femme. Un détail cloche cependant : cette dernière était dans un état végétatif depuis 30 ans...
    Né en 1981 à Pontarlier, Nicolas Leclerc a quitté les montagnes du Haut-Doubs pour étudier l'audiovisuel et le cinéma. Il travaille aujourd'hui pour la télévision. Le Manteau de Neige est son premier roman.

  • Changer de vie... à quel prix ?

    Samuel, éleveur laitier du Jura, accumule les dettes. Sa seule échappatoire : s'associer avec son oncle et son cousin qui font passer de la drogue de la Suisse à la France pour le compte d'un réseau de trafiquants kosovars.

    Mais le soir d'une importante livraison, rien ne se passe comme prévu : le cousin n'arrivera jamais jusqu'à la ferme de Samuel. Lancés à sa recherche dans la montagne enneigée, l'agriculteur et son oncle le découvrent mort au volant de sa voiture précipitée dans un ravin. Et le chargement de drogue s'est volatilisé...

    La paisible vallée engourdie par le froid polaire va bientôt s'embraser.

    Né en 1981 à Pontarlier, Nicolas Leclerc travaille pour la télévision. Après Le Manteau de Neige, il revient avec un polar très noir et redoutablement efficace.

  • Los Angeles, 1959. L'actrice Elizabeth Badina se volatilise durant le tournage du film qui devait faire d'elle une star. Enlèvement? Meurtre? Disparition volontaire? Malgré l'enquête conjointe de la police et du FBI, l'affaire ne sera jamais résolue. 1998. Après un succès fulgurant au box-office qui a fait de lui la coqueluche d'Hollywood, le scénariste David Badina affronte une traversée du désert. Incapable de mener à bien le moindre projet, il est contacté par Wallace Harris, légende vivante du 7e art et metteur en scène paranoïaque, qui lui demande de travailler au scénario de ce qui sera sans doute son dernier film. Ils ne se sont jamais rencontrés mais un lien unit les deux hommes : Wallace Harris n'est autre que le réalisateur du drame policier qui devait lancer la carrière d'Elizabeth, la mère de David. Et l'un des derniers à l'avoir vue vivante. En acceptant son offre, le scénariste va tenter de découvrir ce qui est arrivé à sa mère quarante ans plus tôt. Quitte à déterrer de vieux secrets qui feront voler sa vie en éclats. Né en 1977, Valentin Musso est l'auteur de cinq romans traduits dans plusieurs langues. Après le succès d'Une vraie famille, il entraîne le lecteur dans une histoire aux rebondissements vertigineux, au coeur d'une Amérique de rêves et de désillusions.

  • On les appelle " les Inséparables " : Lisa, Nick et Ethan, trois adolescents qui grandissent ensemble près du lac Michigan, dans une bourgade du Wisconsin. À la fin de l'été 2004, leur paisible existence vole en éclats : Lisa est retrouvée assassinée sur la plage. Après une enquête bâclée, Ethan, son petit ami, est arrêté et condamné à la prison à vie.
    Douze ans plus tard, installé à New York, Nick est devenu un écrivain à succès. Mais les fantômes du passé ne sont pas près de le laisser en paix : contre toute attente, Ethan vient d'être remis en liberté. De retour dans sa ville natale, Nick va devoir affronter l'hostilité des habitants, toujours convaincus de la culpabilité de son ami. Pour innocenter définitivement son ami et parvenir à se reconstruire, il n'aura d'autre choix que de faire la lumière sur la mort de Lisa et de retrouver le véritable meurtrier.
    Avec ce nouveau thriller d'une redoutable efficacité, Valentin Musso nous entraîne au cœur d'une petite ville américaine en apparence sans histoires, et qui cache bien ses secrets.
    Né en 1977, Valentin Musso est agrégé de lettres. Il est l'auteur de six romans, traduits dans plusieurs langues, dont Sans faille (Seuil, 2014), Une vraie famille, (Seuil, 2015), en cours d'adaptation cinématographique, et La Femme à droite sur la photo (Seuil, 2017).

  • Alors qu'elle est plongée dans le dossier brûlant de la FIFA, Clémentine Paccini, jeune commissaire du 36 Quai des Orfèvres, forte tête et passionnée de gastronomie, est dépêchée en urgence en Marseille. Stupeur dans le monde du football et dans la France entière : le charismatique entraîneur de l'OM est retrouvé assassiné sur la pelouse d'un terrain d'entraînement. Au côté du directeur de l'enquête, Romain Dugrand, Clémentine va devoir jouer des coudes dans un milieu presque exclusivement masculin et pour le moins réticent à voir une femme se mêler du sport suprême à Marseille. Pourtant, rien n'arrête la jeune femme et son flair est tout aussi aiguisé que son palais. Quand d'autres meurtres se succèdent à la Commanderie, le centre d'entraînement marseillais, Clémentine va réveiller de bien douloureux secrets...

  • Quand un immigré roumain découvre au fond d´un hangar un quidam empalé sur un pieu de bois, le visage tordu de souffrance ante mortem et les entrailles broyées, dans la meilleure tradition des victimes de Vlad Tepes alias Dracula, resurgissent du fond de l´Histoire des terreurs ancestrales. Et si les vampires n´étaient pas morts ? La famille Radescu, ces sans-âge au teint blafard, ces noctambules habitants de Belleville, n´ont pas la vie facile. Tuer le temps ne va pas de soi quand celui-ci renaît chaque jour, pour ainsi dire éternellement. Qui s´est jamais intéressé au sort de ces humains sur qui le temps n´a pas de prise ? De ces humains interdits de soleil et alourdis de désirs inassouvis ? Réintégrer la communauté humaine, en finir avec l´éternité, c´est le but qu´ils se fixent pour tenter d´échapper à cette existence désespérante. Thierry Jonquet est mort en 2009, laissant ce roman inachevé mais très abouti où le macabre côtoie le drolatique, où l´humour noir le dispute à la plus profonde humanité. Du très grand Jonquet avec un scénario implacable et un style ciselé à la pointe des canines...

  • Il s'appelle Ludovic, c'est du moins le prénom qu'il a donné. Un jeune homme simple et sans histoires. En apparence.Les Vasseur, un couple de Parisiens retirés dans leur résidence secondaire en Bretagne à la suite d'un drame personnel, l'engagent pour quelques travaux de jardinage. Le mystérieux garçon sait rapidement se rendre indispensable et s'installe dans leur vie. Quand les Vasseur commencent à se poser des questions et à regretter de lui avoir ouvert leur porte, il est déjà trop tard.Mais ce qu'ils ignorent, c'est que leur cauchemar ne fait que débuter. Car la véritable menace qui pèse sur leur maison n'est pas du tout celle qu'ils croyaient.Avec ce thriller glaçant, plongée en eaux troubles d'un couple ordinaire et d'un jeune homme en quête d'une vraie famille, Valentin Musso donne le meilleur de son talent, après le succès du Murmure de l'Ogre (Seuil, 2012, prix Sang d'encre des lycéens et prix du Polar historique) et de Sans faille (Seuil, 2014).

  • Ils sont cinq. Cinq amis, la trentaine, qui se retrouvent après plusieurs années pour une randonnée dans les Pyrénées, le temps d'un week-end. Romuald, le gamin des cités à qui tout a réussi, a invité Théo, Dorothée, David et Juliette dans son luxueux chalet. Mais la montagne lui est-elle aussi familière qu'il l'a laissé croire? Le groupe s'égare, d'anciennes inimitiés ressurgissent, les secrets de chacun se font jour. Jusqu'au drame. Impensable. Imprévisible ? C'est du moins ce qu'il croient, au début...Connaît-on vraiment ses amis ? Le nouveau roman de Valentin Musso nous plonge au coeur d'une histoire vertigineuse et fascinante.Né en 1977, Valentin Musso est agrégé de lettres et enseigne la littérature dans les Alpes-Maritimes. Il est l'auteur de plusieurs romans, dont Les Cendres froides (« Points Thriller », n° P2830) et Le Murmure de l'Ogre (Seuil, 2012, Prix Sang d'encre des lycéens et Prix du polar historique).

  • Septembre 2005, Anna Doblinsky rejoint son premier poste en collège à Certigny, dans le 9-3. Zone industrielle, HLM, trafics et bagarres entre bandes rivales, influence grandissante des salafistes, voilà pour le décor. Seul Lakdar Abdane, jeune beur très doué, sort du lot. Pourtant, une erreur médicale va bouleverser sa destinée.

  • Il n'est pas un tueur-né. Il pourrait être celui qui cède aimablement sa place dans le tramway. Changé en monstre sanguinaire, il sème la terreur aux quatre coins de la ville, tourne en ridicule la nouvelle brigade mobile. À son insu, le commissaire Forestier a déjà croisé la route de l'ogre. Il devra le traquer au péril de sa vie pour l'écouter se délester d'un indicible fardeau. et se souvenir.

  • 1944, dans Paris occupé par les troupes allemandes, entre le débarquement des Alliés en Normandie et la libération de la ville deux mois et demi plus tard.L'ordre nazi imposé par l'occupant est le désordre absolu. La SS allemande, qu'on appelle le corps noir, et son auxiliaire, la Gestapo française, règnent encore, à coups de meurtres, de rapines, de corruption. Tout leur est dû, et elles prennent tout.Autour d'elles, avec elles, industriels, banquiers, artistes, écrivains s'enrichissent et font la fête. Mais les plus perspicaces sentent le vent tourner et préparent la suite.Dominique Manotti, avec la précision de l'historienne et l'efficacité de la romancière qui, jusqu'ici, a porté au plus haut le roman noir français, raconte la décomposition et la chute de ces groupes de mort, coincés entre la pression des Alliés à l'ouest, la déferlante des troupes soviétiques à l'est et l'action des résistants dans la ville même.Écrit comme un thriller, voilent comme un coup de point, ce roman peint ceux qui perdent, ceux qui s'en sortent, et ceux qui se retrouvent toujours, quoi qu'il arrive, dans le camp des vainqueurs.

  • " Fascinée, je contemple de nouveau le semi-automatique. L'idée me traverse l'esprit de le retourner contre moi mais, encore une fois, Vincent n'est le problème. Il le sait, je le sais. Le problème, ce sont ces fichues règles de travail qui changent toutes les semaines. La tension permanente suscitée par l'affichage des résultats de chaque salarié, les coups d'oeil en biais, les suspicions, le doute permanent. La valse silencieuse des responsables d'équipes, toujours plus jeunes et plus inflexibles. L'infantilisation, les sucettes comme récompense, les avertissements comme punition, les objectifs inatteignables. Les larmes qui coulent pendant des heures, une fois seul, mêlées à une colère froide qui rend insensible à tout le reste. Les injonctions paradoxales, la folie des chiffres, les caméras de surveillance, la double écoute, le flicage, la confiance perdue. La peur et l'absence de mots pour la dire. Le problème, c'est l'organisation du travail et ses extensions. Personne ne le sait mieux que moi. Vincent Fournier, 13 mars 2009, mort par balle après ingestion de sécobarbital, m'a tout raconté. C'est mon métier, je suis médecin du travail. Écouter, ausculter, vacciner, notifier, produire des statistiques. Mais aussi : soulager, rassurer. Et soigner. Avec le traitement adéquat. " Un roman noir à offrir de toute urgence à votre DRH. Marin Ledun a déjà publié sept romans (dont La Guerre des vanités, " Série noire ", Gallimard, 2010 et Zone Est, Fleuve noir, 2011) et des essais dont Pendant qu'ils comptent les morts (La Tengo, 2010)... Ce livre a reçu le "Trophée 813" de l'année 2011. Ce livre a reçu le "Trophée 813" de l'année 2011.

  • En arrêtant à sa descente d'avion Maurice Fabre, recherché pour crimes contre l'humanité en raison de sa participation active aux « massacres de Sétif », les autorités algériennes n'ont-elles pas fait preuve d'un zèle quelque peu excessif ? Car plus de soixante ans après les faits, personne, des deux côtés de la Méditerranée, n'a vraiment intérêt à revenir sur ces journées sanglantes de mai 1945, dans cette Algérie française qui était alors à la fois pétainiste, gaulliste et sous influence américaine. Ni Alger, ni Paris, ni même Washington...Personne, sauf l'accusé. Celui que la presse désigne comme le « Boucher de Guelma » est en effet déterminé à ne plus rien cacher de la vérité sur des tueries dont les victimes algériennes ne sont toujours pas dénombrées. Comment faire taire ce vieillard, dont la mémoire est implacable, et qui, au fil de l'instruction de son procès, se montre décidément trop bavard ?Le premier roman noir consacré à l'une des pages les plus sombres du colonialisme français.Francis Zamponi, journaliste et romancier, est notamment l'auteur de Mon colonel, In nomine patris, Le Don du sang, tous consacrés aux séquelles de la guerre d'Algérie et parus chez « Babel Noir », Actes Sud.site de l'auteur

  • A Ciudad Juárez, les grandes firmes mondiales profitent d'une main-d'oeuvre docile et bon marché pour faire pousser leurs filiales comme des champignons et avec elles la misère, la prostitution, la violence et même la mort.Des cadavres de jeunes ouvrières ont été trouvés aux abords de la ville, épouvantablement mutilés, éviscérés, décapités. Est-ce l'oeuvre d'un psychopathe ? La machination d'une secte satanique ? Ou un règlement de comptes entre narcotrafiquants ?Malgré l'arrestation de plusieurs suspects, ni la police, ni la justice, ni les associations de familles des victimes ne réussissent à endiguer cette vague d'assassinats toujours plus cruels, toujours plus spectaculaires.Envoyé par son journal pour une enquête de quelques jours, Toni Zambudio, en débarquant dans la ville où même le diable aurait peur de vivre, ignore qu'il vient de tirer le fil d'un écheveau sanglant qui le conduira sur la piste d'un ennemi plus terrifiant encore et dont le pouvoir est à la mesure de ce qui se joue du côté mexicain de la frontera.

  • Paris, de nos jours ou presque. Au sortir d'un plateau télé, Léandre Batz, journaliste en mal de sujet, croise le chemin d'une figure de la Comédie-Française, Olivia Muller. L'actrice est effondrée, elle vient de se voir refuser le droit à l'adoption : sa nOte est trop basse. Car il faut savoir qu'une application – aussi simple que cruellement efficace – régit désormais le quotidien de tous les utilisateurs de smartphone, autant dire d'à peu près chaque être vivant sur la planète. Cette appli, c'est eVal. Fini les TripAdvisor, le nombre d'amis Facebook, les étoiles sur Airbnb : eVal centralise tous les avis sur absolument tout. Y compris les êtres humains. Et elle ne fait pas dans la nuance. La nOte est maintenant le premier marqueur social, pour le meilleur et surtout pour le pire. Alors cette histoire d'adoption contrariée, c'est ce qu'attendait Léandre pour partir en croisade. Premier mystère à résoudre : comment la grande Olivia Muller peut-elle avoir une telle nOte ? Léandre va s'apercevoir que, concernant eVal, les explications les plus logiques ne sont pas forcément les meilleures. Et quand on sait que le cerveau milliardaire derrière l'appli que Léandre s'apprête à démolir n'est autre que son petit frère, l'enquête prend vite des allures de tragédie grecque.
    Porté par un souffle narratif hors du commun et toujours au plus près de l'humain, Mise à Jour est un thriller jouissif qui aborde les très actuelles questions d'éthique numérique.

  • Premier polar en gilet jaune, ce roman raconte comment un policier en formation, Alain Devers, est envoyé par ses supérieurs surveiller les manifestants qui occupent le rond-point du Mouchoir rouge, en Bretagne. Il doit se faire passer pour l'un d'eux. Le jeune homme ne goûte guère cet exercice d'infiltration, d'autant qu'un chauffard renverse soudain une manifestante et la tue, plaçant l'apprenti flic dans une situation de plus en plus périlleuse. Son double jeu se complique encore quand des agents de DCRI cherchent à leur tour à le manipuler, et que les gilets jaunes décident d'occuper le port et de bloquer les ferries, manne économique de la région...
    Une immersion très informée dans ce milieu disparate, où se croisent depuis quelques mois des militants de divers horizons et surtout des citoyens de tout milieu en colère contre l'ordre des choses.
    Bien connu des amateurs de littérature populaire, Gérard Delteil est déjà l'auteur d'une cinquantaine de romans noirs et historiques qui lui ont notamment valu le Grand Prix de littérature policière en 1986 et le prix du Quai des Orfèvres en 1993. Au Seuil, il a publié Les Années rouge et noire (2014) et, chez Points, La Conjuration florentine (2015).

  • A Ciudad de Guatemala, l'une des villes les plus violentes du monde, deux jeunes femmes mayas gisent dans la boue d'un terrain vague à côté d'un jouet en peluche. L'une est morte. L'autre a survécu par miracle, mais sa fille de dix mois a disparu. C'est ce qu'elle confie à Victor Hugo Hueso, un officier des pompiers municipaux qui rêve de devenir journaliste. L'apprenti reporter décide alors de mener l'enquête, loin de se douter qu'il met ainsi le doigt dans l'engrenage infernal du négoce le plus florissant de son pays : le vol et le commerce de masse des enfants. Loin de là, en Californie, Katie et John Mac Cormack, désespérés par leur stérilité, font appel à une association d'adoption express au-dessus de tout soupçon. Entre les deux extrémités de la chaîne agissent de pitoyables crapules de bidonvilles, d'anciens tortionnaires reconvertis dans la police, des ex-militaires patrons de sociétés de sécurité privée, des avocats sans scrupule. Mais rien ni personne ne saurait arrêter Victor Hugo Hueso, résolu à aller jusqu'au bout pour retrouver la petite Claudia, fût-ce au péril de sa vie et pire, de celle des siens.Patrick Bard est écrivain et photographe. Son premier roman, La Frontière, a obtenu le prix Michel Lebrun 2002, le prix Brigada 21 (Espagne) du meilleur roman policier étranger 2006 et le prix Ancres Noires 2006.

  • Véritable saga historique et sociale des « Trente Glorieuses », mais aussi thriller aux rebondissements multiples, Les Années rouge et noir retrace les aventures de trois personnages principaux : Anne Laborde, jeune résistante qui s'engagera aux côtés du

  • Comment échapper à son destin ? Vieille question.Des années après sa grise adolescence, Maxime habite toujours le quartier d'Hanoukka, seul avec Hannah, sa vieille mère, son alzhei-mère, qui danse en écoutant Sun Ra. Il est coursier, et justement, il en a vraiment plein les bottes d'être coursier, car il pleut tous les jours sur Arkestra, la ville qui ne dort jamais, ghettoïsée et violente, où tentent de vivre les personnages de Karim Madani. Fils d'un petit truand fiché à la Casher Nostra, la mafia du quartier juif, Maxime ne sait pas dire non quand il le faut. D'autant que les services sociaux lui mettent la pression pour qu'il abandonne sa mère, devenue folle, dans un mouroir municipal. Et que sa copine Sarah ne voit pas où est le problème.Le voilà donc entraîné dans un deal d'herbe particulièrement foireux. De quoi se mettre à dos tous les caïds des Tours Organiques, dont Max pique la clientèle, et l'ensemble des services de police d'Arkestra, qui n'en est pas avare. Évidemment, ça va mal tourner. Mais ce n'est pas le problème. Le problème, c'est la question. Comment échapper à son destin ?Tragédie moderne et style qui boxe, légendes noires et mélopée de mots crus, KARIM MADANI manie sa plume en artiste, la rage en plus. Il est notamment l'auteur du Journal infirme de Clara Muller (Sarbacane, 2012), Les Damnés du bitume (Belfond, 2008), Cauchemar périphérique (Philippe Rey, 2010), Le Jour du fléau (« Série noire », Gallimard, 2011).

  • Il y a du nouveau chez les flics de Marseille. Et pas ce qu'on imagine :« On a un nonide, pas loin des Arnavaux, le crâne fracassé. Une dame vient de m'appeler. Elle a découvert le corps il y a une demi-heure à peine. Yugurthen, vous filez là-bas, vous revenez me voir tout de suite après. Je ne sais pas pourquoi, cette affaire m'interpelle. » Ce qui est embêtant, c'est que d'autres messieurs, beaucoup plus dangereux, vont s'intéresser à ce cadavre. Notamment ce bon vieux N2C, pape et juge du milieu. Heureusement, Yugurthen va tomber amoureux, et l'amour rend aveugle.Première irruption de Yugurthen Saragosti sur la grande scène littéraire du crime phocéen. Une vraie tuerie. Une révélation.Né en 1953, Bertrand du Chambon signe ici son premier polar. Il est notamment l'auteur de Flavie ou l'Échappée belle (Albin Michel, 2004).

  • Que vaut la vie d'un orphelin depuis que la perfidie des services secrets britanniques a provoqué le réveil du plus grand volcan du monde ? Alors que tout l'hémisphère nord, recouvert d'un épais nuage de cendres, endure des températures polaires, des désordres en cascade et autres calamités, la famine s'installe et touche des milliards d'individus. Comment les nourrir ? Prudemment réfugiés aux antipodes, les hommes de Sa Majesté lancent leur plus fin limier, le nonchalant et très dandy Harry Boone, dont on salue ici le grand retour, sur les traces d'un biologiste susceptible de résoudre la crise alimentaire. Harry doit retrouver ce savant qui se cache depuis des années dans le sous-continent indien. Surtout, il doit le retrouver avant que les autres services secrets ne mettent la main dessus. Il rencontre Mick, un jeune orphelin que le chaos du monde a jeté sur les routes. Attendri et plus machiavélique qu'il ne le croit lui-même, Harry initie alors l'adolescent au Grand Jeu, celui où rode toujours la mort. C'est le début d'un captivant roman d'espionnage, mais aussi d'aventure et d'initiation, où l'intelligence du récit ne cesse de déjouer celle du lecteur, pour son plus grand plaisir. Percy Kemp est l'auteur d'une dizaine de romans, parmi lesquels les plus marquants sont peut-être Le Système Boone et Le Muezzin de Kit Kat (Albin Michel, 2002 et 2004), mais aussi Le Mercredi des Cendres (Seuil, 2010).

empty