République des Lettres

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Marry Wollstonecraft Shelley. Récit d'épouvante, né de la lecture de romans allemands et des conversations de Mary Shelley avec Lord Byron et Percy Bysshe Shelley, "Frankenstein" est l'histoire d'un jeune savant suisse, Victor Frankenstein, qui construit un être humain avec des morceaux de cadavres provenant de cimetières et de chambres mortuaires. Le monstre ainsi créé est vivant, intelligent et physiquement très fort, mais animé de passions animales. II est conscient de ses défauts et de ses difformités car il est rejeté par la société et renié par son créateur. Il se venge en tuant l'ami, le frère et la femme de Frankenstein, puis se réfugie loin de toute présence humaine, dans les mers de glace de l'Arctique. Le savant part à sa recherche mais il est tué par le monstre qui disparaît ensuite définitivement. "Frankenstein", premier chef-d'oeuvre du roman gothique, récit à la fois philosophique et horrifique écrit par Mary Shelley à l'âge de 19 ans, est devenu aujourd'hui un classique de l'horreur et du fantastique. Il a fait l'objet de nombreuses adaptions au cinéma. Le talent de la romancière dans l'art de donner forme à des fantaisies macabres et terrifiantes y atteint des sommets.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Emily Brontë. Heathcliff, enfant de bohémiens abandonné par ses parents, a été recueilli par M. Earnshaw qui l'élève chez lui à la campagne comme l'un de ses propres enfants. Après la mort du vieux Earnshaw, son fils Hindley, caractère mesquin et fantasque, fait souffrir le jeune homme qu'il a toujours détesté. Heathcliff trouve au contraire de la compréhension chez la fille de Earnshaw, Catherine, dont il s'éprend avec toute la fougue de son caractère passionné et violent. Mais, un jour, il entend Catherine affirmer qu'elle ne s'abaissera jamais à épouser le jeune bohémien. Profondément blessé dans son orgueil, il abandonne alors la maison et ne revient que trois ans plus tard, après avoir fait fortune. Il ne vit plus désormais que pour se venger... Véritable poème inspiré, "Les Hauts de Hurle-Vent" est l'une des oeuvres les plus étranges et les plus passionnantes de la littérature anglaise. L'adjectif "wuthering" que renferme le titre original est une variante du mot dialectal d'origine écossaise "whither", substantif et verbe évoquant la tempête qui tourne autour de la maison du personnage principal et symbolise pour ainsi dire le décor sonore du roman. Emily Brontë a vécu avec ses deux soeurs, écrivaines elles aussi, dans le Yorkshire, une région désolée et sauvage de bruyères, battue par le vent, où les fonctions ecclésiastiques de leur père l'obligeaient à résider. Son unique frère a quitté la maison pour vivre au loin une existence de déclassé. Un sentiment de profonde communion avec la nature, représentée pour elle par la lande déserte, lui enseigna une morale héroïque qui lui permit d'accepter et d'aimer sa vie sans être encouragée par d'autres joies que celles tirées de son inspiration littéraire. De ce mélange d'ingénuité et d'intuition pénétrante dérive le double aspect du récit: à la fois pure création d'une imagination ensorcelante et image d'une surprenante vérité. Sa puissance et sa nouveauté serviront de modèle à de nombreux romans anglais post-victoriens.



  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Octave Mirbeau. Célestine, jeune femme de chambre au service d'une famille bourgeoise de province, consigne son quotidien dans un journal intime. Observant ses maîtres par le petit trou de la serrure, fouillant aussi le linge sale des domestiques, elle nous dévoile derrière le masque de respectabilité de tout ce petit monde un profond cloaque empli de bassesse et de laideur morale, de misère affective et sexuelle, de vilenie (mesquineries, fourberies, manies, hypocrisies, cruautés des maîtres comme des serviteurs), de turpitudes sociales et politiques (exploitation économique des domestiques, antisémitisme, nationalisme,...), de perversions et de dépravations en tous genres (esclavage sexuel, prostitution, fétichisme, viol, meurtre,...). Son constat est sans appel: "Si infâmes que soient les canailles, ils ne le sont jamais autant que les honnêtes gens". Chef-d'oeuvre anarchiste d'Octave Mirbeau, ce très lucide "Journal d'une femme de chambre" est une satire éminemment corrosive des moeurs de la bonne société, de l'esprit réactionnaire, d'un certain ordre social, et plus généralement de l'humanité toute entière. Adapté à de nombreuses reprises au cinéma, notamment par Jean Renoir (1946, avec Paulette Goddard), par Luis Bunuel (1964, avec Jeanne Moreau), et plus récemment par Benoît Jacquot (2015, avec Léa Seydoux), le roman n'a pas pris une ride, tant par son style toujours actuel que par son propos transgressif.


  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Alfred de Musset. Publié en 1836, le récit de "La Confession d'un enfant du siècle" est nettement inspiré, mais avec une large transposition, de la liaison de l'auteur avec George Sand. Octave, qui est sincèrement épris, découvre que sa maîtresse le trompe avec un de ses amis. Pour lutter contre sa douleur, et après avoir blessé son rival dans un duel, il s'adonne à la débauche. Il y perd la pureté de son âme et toute foi en l'amour. À la mort de son père, il se ressaisit et se retire à la campagne où il tombe de nouveau amoureux. L'idylle avec Brigitte est brève, car son coeur perverti et soupçonneux est incapable de croire à l'amour et à la vertu des femmes. Il scrute avec méfiance le passé de sa nouvelle maîtresse, se divertit à exciter sa jalousie et à lui révéler ses tristes expériences. Il souffre chaque fois lui-même de sa méchanceté, demande son pardon et l'obtient de cette femme aimante. Après une nouvelle scène, plus pénible encore, ils se réconcilient et décident de partir, espérant recommencer une vie nouvelle en s'expatriant. Survient alors un troisième personnage, homme honnête et modeste, qui aime sincèrement Brigitte et réussit à se faire aimer d'elle. Octave le devine et Brigitte ne le nie pas. Les nombreux torts d'Octave à son égard ont tué son amour mais, par devoir, elle est toujours disposée à le suivre. Pendant son sommeil, Octave veut la tuer pour qu'elle n'appartienne pas à un autre mais la vue d'un crucifix sur sa poitrine l'arrête. Il trouve alors la force de renoncer à elle et accepte qu'elle parte avec l'autre homme. Beaucoup de détails intimes du récit, qui peut sans nul doute être considéré comme une autobiographie, rappellent la véritable aventure amoureuse qu'ont vécu Afred de Musset et George Sand. Mais cette "Confession", chef-d'oeuvre du romantisme français rongé par le doute et l'analyse, a avant tout valeur de document spirituel sur le "mal du siècle" de la génération née à l'époque de Napoléon qui, éprouvant la fin des illusions sentimentales et des espoirs politiques, a dilapidé ses forces inemployées.

empty