QUAE

  • Dans un contexte économique incertain et face à des demandes sociétales de plus en plus pressantes, les systèmes de production animale et végétale doivent proposer de nouveaux modèles productifs, économiquement viables, respectueux de l'environnement, socialement acceptables et équitables, autrement dit, contribuant au développement durable. Cependant, sa mise en oeuvre est complexe et les changements tangibles qu'il engendre encore peu visibles. C'est à cette critique que répond l'évaluation multicritère de la durabilité en agriculture, en contribuant à la formalisation de ce concept. Mais évaluer la contribution des systèmes de production agricole au développement durable ne saurait se résumer à un calcul des émissions de gaz à effet de serre ou du taux de nitrate dans les eaux. Il s'agit en effet de considérer les nombreux processus biologiques, économiques et sociaux à l'oeuvre et de couvrir l'ensemble des échelles spatiotemporelles. Les approches sont ainsi variées et le domaine de l'évaluation, en plein essor, est foisonnant. Alors, comment choisir la méthode et les outils les mieux adaptés à chaque situation ? Pourquoi et comment développer sa propre méthode d'évaluation ? Comment considérer l'agriculture dans ces différentes dimensions et échelles ? Quels sont les écueils à éviter ? Face à la multitude des méthodes existantes, le choix et la conduite d'une évaluation multicritère peuvent s'avérer complexes. Ce guide méthodologique vous accompagne ainsi, étape par étape, dans la mise en oeuvre d'une démarche en cohérence avec vos besoins. Pédagogique et didactique, il comporte de nombreux exemples s'appuyant sur l'élevage et les grandes cultures, des figures aidant à la compréhension des concepts, des encadrés traitant de notions clés ainsi qu'un bilan à la fin de chaque chapitre rappelant les points essentiels. Public : chercheurs, enseignants, étudiants, formateurs, ingénieurs agronomes, agriculteurs, agents de développement agricole, conseillers en agriculture, bureaux d'études, décideurs politiques.

  • Environnement et élevages : comment parvenir à une cohabitation ?
    À l´heure d´une remise en cause fréquente des modes d´élevage et d´une demande pressante de la société en matière d´environnement, quel bilan peut-on faire des systèmes actuels de production animale et quelles perspectives peut-on dégager ?
    Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, cet ouvrage regroupe quatre contributions synthétiques sur les bonnes pratiques environnementales d´élevage connues aujourd´hui, sur les impacts des stratégies d´alimentation des animaux et des stratégies de gestion de leurs effluents, ainsi que sur les méthodes et outils d´évaluation environnementale applicables aux élevages.
    Ces synthèses, généreusement illustrées, pédagogiquement structurées, sont enrichies de photos et d´une bibliographie abondante. Portant sur les principales filières animales françaises, elles font le point sur les connaissances actuelles et ouvrent des perspectives de durabilité.
    Conçu par des spécialistes, dans le cadre du réseau mixte technologique (RMT) « Élevages et Environnement », cet ouvrage s´adresse aux enseignants, formateurs, agents de développement, professionnels qui s´intéressent aux systèmes de production animale et à leurs performances technico-économiques et environnementales. Il leur apporte les bases scientifiques, techniques et méthodologiques qui permettent d´éclairer les débats actuels sur les élevages et leurs évolutions.
    Ouvrage collectif d´auteurs issus de la recherche, du terrain, et d´organismes professionnels et consulaires, Élevages et environnement est coordonné par Sandrine Espagnol, ingénieure d´études à l´IFIP (Institut du porc) et animatrice du RMT « Élevages et environnement », et par Philippe Leterme, professeur à AgroCampus Ouest et coordinateur du programme « Systèmes de production animale et développement durable » de l´Agence nationale de la recherche (ANR).
    Publics : Enseignants, formateurs, agents de développement, professionnels.

  • Inspections sanitaires, analyses de laboratoire, traçabilité et étiquetage des produits, audits qualité, certifications de la production, toutes ces procédures placent l´alimentation « sous contrôle ». Depuis leur production jusqu´à la table du consommateur, les denrées font l´objet d´un suivi documentaire continu. Elles sont soumises à de nombreux contrôles qui concernent autant leur qualité sanitaire que les conditions dans lesquelles elles sont produites et commercialisées. C´est ce nouvel environnement de la production agricole, du marché, des mobilisations sociales et des pratiques matérielles des acteurs qui est examiné dans cet ouvrage. Celui-ci explore les conséquences concrètes des dispositifs de surveillance actuellement en place à partir de terrains d´enquête français, anglais et italiens : Que faut-il tracer pour « faire preuve » ? Quelles nouvelles pratiques des producteurs cela engage-t-il ? Quelles sont les modalités de contrôle associées à la norme et comment se déroulent les audits ? Sur quoi et comment se forme le jugement des auditeurs ? Par quels moyens les écarts sont-ils relevés et sanctionnés ? Riche en témoignages, ce livre éclaire également les positionnements des acteurs engagés dans des processus de normalisation. Quel « travail » ont-ils à faire pour répondre à une contrainte de fidélité vis-à-vis de la norme tout en visant la rentabilité économique et l´expansion de leur activité ? Comment articuler productions locales et marché global ? Quelles négociations s´opèrent vis-à-vis des règles de production et des cahiers des charges ? Qui sont les auditeurs et quelle est la spécificité des organismes certificateurs ?

  • En raison de leurs impacts sur l´environnement et la santé, les réglementations récentes visent à réduire l´usage des pesticides en agriculture.

    Pour s´adapter, peut-on se limiter à quelques ajustements techniques ? Faut-il repenser les bases même du raisonnement de la santé des plantes selon les principes de la protection intégrée ? Quelles innovations ? Comment favoriser ces transitions ?

    À partir de cas concrets (travaux expérimentaux et enquêtes de terrain), les auteurs explorent les différents moyens d´action (techniques et organisationnels) pour réduire la dépendance des systèmes de culture à l´égard des pesticides. Ils en montrent aussi les limites actuelles.

  • Le champ du conseil en agriculture est en pleine reconfiguration avec l'arrivée de nouveaux acteurs désormais incontournables : les conseillers travaillant pour le secteur privé. Si les raisons de leur essor sont bien identifiées, leur identité, leurs pratiques, leurs compétences et les relations qu'ils entretiennent avec les producteurs et les autres opérateurs du conseil, sont encore largement méconnues.S'appuyant sur un travail d'enquête, les contributions présentées dans cet ouvrage abordent les pratiques d'acteurs privés du conseil dans différents contextes sociaux et géographiques. Leur présentation permet de mieux comprendre la recomposition du secteur du conseil en France et de la mettre en perspective avec d'autres situations nationales, au Nord (Royaume-Uni) comme au Sud (Pérou, Maroc et Argentine). Six grandes questions de recherche transversales émergent des résultats exposés et interrogent des caractéristiques essentielles des opérateurs privés.La vente d'intrants est-elle aujourd'hui compatible avec le développement de services répondant à des enjeux sanitaires et environnementaux ? Le rôle accru des acteurs privés se traduit-il par de nouveaux partenariats ou par une concurrence amplifiée dans le secteur du conseil ? Comment le conseil s'insère-t-il dans l'éventail des activités économiques des acteurs privés ? Quelles sont les conséquences des stratégies des acteurs privés sur la qualité du conseil délivré et la fiabilité des connaissances utilisées ? Le conseil privé engendre-t-il de nouvelles inégalités dans l'accès au conseil ? Les acteurs privés sont-ils porteurs de pratiques innovantes de conseil ?Les recherches regroupées dans cet ouvrage offrent une perspective pluridisciplinaire, croisant des regards sociologiques et économiques, sur ces questions liées à l'accroissement du rôle des acteurs privés dans l'offre de conseil agricole.Ce travail collectif s'inscrit dans le prolongement des ouvrages Conseiller en agriculture et Conseil et développement en agriculture parus dans la même collection.Publics : chercheurs et enseignants-chercheurs en sciences économiques et sociales, professionnels du développement agricole et des structures économiques agricoles, étudiants en agronomie, en management et marketing des entreprises du secteur agricole, agriculteurs, responsables professionnels agricoles.

  • Ancré dans différentes disciplines des sciences sociales (anthropologie, sociologie, géographie, sciences de l´éducation), cet ouvrage analyse les nombreuses formes d´agricultures alternatives au modèle agricole dit conventionnel. Organisé en trois parties (les dynamiques de construction des courants et organisations, les trajectoires d´agriculteurs et les relations tissées avec les non agriculteurs), il étudie les facteurs d´influence qui expliquent les pratiques observées, et interroge non seulement la relation complexe qu´entretiennent ces alternatives avec « leurs » configurations, mais aussi les dimensions méthodologiques propres aux approches disciplinaires.

  • De plus en plus de consommateurs choisissent les circuits courts alimentaires. Cet ouvrage dresse un panorama des enjeux constitués autour de ces circuits courts. Issu du projet collectif LiProCo, il rassemble et croise les expertises de chercheurs et de spécialistes issus des sciences de gestion, de la sociologie, de la géographie et de l´économie.

  • Cet ouvrage remet en cause beaucoup d'idées reçues sur l'activité scientifique.
    Il constitue une excellente introduction à l'oeuvre innovante du philosophe Bruno Latour, et plus généralement à la sociologie des sciences contemporaines.
    Destiné en priorité aux chercheurs, ce texte très accessible s'adresse aussi à un large public.

empty