Presses de la cité

  • Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte : toutes les trois rêvaient de fuir...
    Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux
    Nymphéas noirs.
    Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.
    Un suspense brillant, à la résolution insoupçonnable, dans lequel chaque personnage est une énigme.
    2017, prix Segalen des lycées français de la zone Asie Pacifique
    2011, prix des lecteurs du festival Polar de Cognac
    2011, prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon)
    2011, prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans
    2011, Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands
    2011, prix des lecteurs du festival Sang d'Encre de la ville de Vienne (" gouttes de Sang d'encre ")
    2011, Finaliste du prix mystère de la critique (3e), du prix du polar francophone de Montigny-lès-Cormeilles (2ème), du prix marseillais du polar, du prix Polar de Cognac, du prix du roman populaire d'Elven, du prix Plume-Libre, du prix plume de Cristal du festival policier de Liège.

  • Les héritières de la salamandre Nouv.

    La saga extraordinaire de colons pionniers d'origine française venus de la région du Banat en Roumanie pour reconstruire un village dépeuplé de Provence au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La quête magnifique, entre Histoire et généalogie, menée par l'une de leurs descendantes.
    1965. Comme un rendez-vous avec le destin... En regardant un reportage, Esther Leavers, pianiste de renom vivant en Grande-Bretagne, découvre l'étonnante renaissance du village de La Roque-sur-Pernes, au lendemain de la guerre. C'est surtout le témoignage d'une santonnière, Alexandra Mayer, qui la captive. Celle-ci porte le nom de jeune fille de sa mère, originaire elle aussi d'une région d'Europe qui n'est plus, le Banat. Or, Esther, divorcée, n'a plus que son frère Nathan et les souvenirs épars d'une histoire familiale pleine d'ombres.
    L'existence d'Alexandra est pour elle une révélation. Elle doit, elle veut faire sa connaissance. Esther part pour la Provence. Bonheur des lieux, de sa rencontre avec Alexandra... Au fil de leurs souvenirs renaît une incroyable odyssée, le passé tumultueux de leurs ancêtres bâti par des pionnières d'exception, les femmes de La Salamandre...
    Une saga passionnante, une page méconnue de l'Histoire portée par de grandes héroïnes.

  • Entre la Lozère et Paris. Famille, amour, talent, tout est promesse dans la vie d'Ariane. Mais la guerre puis l'Occupation sonnent le glas des jours heureux et dessinent d'autres lendemains. Du pire... au meilleur...
    Eté 1939, en Lozère. Tout sourit à Ariane et Raphaël... Leur jeunesse, l'amour qui les unit, un horizon plein de promesses. Il sera architecte, elle se rêve créatrice de modèles de chaussures dans l'entreprise florissante de son père. Le bonheur est là, à portée de main.
    Mais, deux mois après leurs fiançailles, Raphaël apprend sa mobilisation. Des vies suspendues à la guerre. Lui, enrôlé dans la Résistance, est bientôt fait prisonnier. Elle, est prête à tout pour le sauver, en dépit des dangers.
    Son geste - fou, inconscient, courageux ? - va faire vaciller tout ce en quoi elle croyait.
    Ariane ne sera plus jamais la même. Son destin non plus... Pour le pire et le meilleur.
    La saga d'une grande héroïne portée par la passion et le talent dans le tumulte de l'Histoire.

  • - 64%

    Une suite indépendante de la saga La Maison du Cap ou le combat de deux femmes soudées pour que subsiste une maison de famille, riche de mille souvenirs, de vies et d'histoires, au cap Ferret.
    1965. Charlotte Gallet, 93 ans, est bouleversée : son petit-neveu a reçu l'offre d'un promoteur immobilier et veut vendre la Maison du Cap, conçue par le père de Charlotte, l'architecte James Desormeaux, à la fin du XIXe siècle. La demeure sera rasée pour laisser place à un ensemble de villas qui bénéficieront de la vue incomparable sur le bassin d'Arcachon.
    Paniquée, révoltée, Charlotte fait appel à un cabinet d'architectes bordelais afin de demander conseil. Iris, l'une des deux architectes, se rend au cap Ferret pour rencontrer Charlotte et les siens. Fragilisée par une fausse couche récente, Iris est en instance de divorce. Elle tombe sous le charme de la Maison du Cap, comme de ses habitants. Parallèlement, Iris apprend la mort en Espagne de son unique parente, sa tante Anna. Tout en découvrant l'histoire tragique de cette dernière, la jeune femme cherche à remonter le cours du passé et fait sien le combat de Charlotte.

  • Une généreuse saga familiale sur plusieurs décennies autour d'un savoir-faire et d'une transmission, la poterie d'Anduze. Entre descendance, lignée indirecte, secrets de famille : qui pour perpétuer les grandes poteries de Val Fleuri ?A Anduze, entre vignes et garrigue, Damien et Marion ont fait du domaine de Val Fleuri
    leur terrain de jeu, puis le décor de leur amour naissant. Loin du regard réprobateur de leurs
    parents... En effet, lui est l'héritier désigné des Ferrière, issu d'une longue lignée de fabricants
    de céramique d'Uzès ; elle, la fille des métayers Chassagne. Des découvertes vont sceller l'avenir du domaine et de ses habitants, dont celle, en 1933, d'une terre argileuse rouge, que le père de Damien a l'idée d'utiliser pour créer des vases horticoles. Ainsi naît la poterie de Val Fleuri.
    Des années 1930 aux années 1960, les destins des familles Chassagne et Ferrière vont se déployer, s'entrecroiser, noués par les liens du sang et de l'amour. Mais aussi frappés d'un lourd secret...

  • Un très beau roman d'initiation irrigué par un attachement sincère à la nature. Récompensé par le prix Jean Anglade 2020. Avec une préface signée Agnès Ledig.
    Un soir, Martin voit son père mort venir s'attabler avec lui. Ce père qui lui a appris à entendre les arbres et à humer le vent, à suivre les pistes des bêtes dans la forêt, à connaître les paysans des alentours...
    Les mystères que cette apparition révèle, le jeune homme va les affronter. Qu'y a-t-il au-delà de sa ferme isolée en pleine montagne ? Une mère, d'autres lieux, d'autres gens, une autre manière de vivre... Martin va apprendre à les connaître et partir sur les traces de l'absent, pour mieux comprendre d'où il vient et ce qu'il vit.
    Un beau roman d'initiation irrigué par un attachement sincère à la nature.
    Prix Jean Anglade 2020

  • Une enquête du commissaire Dupin dans la forêt de Brocéliande, haut lieu du fantastique breton et des légendes arthuriennes. Le commissaire Dupin et son équipe s'apprêtent à se détendre en forêt de Brocéliande, la plus grande de Bretagne. C'est le " dernier royaume des fées ", l'épicentre breton du fantastique. Auparavant, Dupin doit interroger pour le compte d'un collègue parisien le directeur du Centre de l'Imaginaire arthurien. Quand il se présente, il découvre un cadavre. Premier meurtre d'une série...
    La victime appartenait à un groupe de scientifiques, fine fleur de la recherche arthurienne, au sein duquel règnent inimitiés, rivalités, jalousies. L'un d'eux serait-il l'assassin ? Et pour quelle raison ? La querelle autour du projet contesté de parc d'attractions sur les sites mythiques ? Une découverte exceptionnelle dont l'un ou l'autre voudrait s'octroyer la paternité ?
    Le commissaire Dupin louvoie entre les légendes et la réalité pour résoudre une énigme digne d'Agatha Christie.

  • De 1875 aux années 1920, de Tourrettes-sur-Loup, sur les hauteurs de Nice, à Paris, quatre générations de femmes volontaires et indépendantes vont se succéder pour que vivent leurs passions. De Rosine, la courtisane, à Béatrice, " nez ", c'est la culture de la violette, fleur à parfum par excellence, qui scellera leurs destins.Rosine, fille de modestes paysans, quitte son pays de la violette pour cacher sa grossesse. A Paris, elle devient courtisane. Son ascension est rapide, d'autant que vers 1880 apparaît cette nouvelle forme d'amour vénal, hors des traditionnelles maisons closes.
    Sa fille Eloïse, née dans la rue, sera placée en nourrice et vivra de la couture à Lyon.
    Emma, fille d'Eloïse, passionnée de couture, de création, travaillera pour Paul Poiret. Ses chapeaux, souvent ornés d'un bouquet de violettes, rencontrent un grand succès. De sa passion avec un aristocrate tué sur le front en 1916 naîtra Béatrice. Années folles - sur fond de jazz et de surréalisme - qu'Emma vit intensément, en femme libre, au bras d'un journaliste américain ami d'Hemingway ; elle fréquente Jean Cocteau, Paul Iribe...
    Béatrice, elle, est fascinée par le monde du parfum qu'elle découvre dans l'entourage de Coco Chanel. A la faveur d'un séjour à Grasse, elle retrouve la trace de ses ancêtres sur le domaine de la Fontaine aux Violettes, dont on se transmet le nom dans la famille depuis 1875. Elle devient " nez " à Grasse et s'éprend d'un réalisateur de cinéma aux Studios de la Victorine, à Nice. Béatrice finit par racheter la Fontaine aux Violettes, là où tout a commencé ; elle y développe la culture des fleurs à parfum. Elle sera la première femme de sa famille à connaître le bonheur...

  • Le Regard de Jeanne, ou l'union de deux solitudes et la traversée d'un monde disparu, celui des foires et des artistes itinérants, au XIX e siècle. Un magnifique roman d'initiation, de transmission, sur la vie, ses secrets, et un art naissant, la photographie. Rien ne prédestinait Jeanne à cette vie-là.
    Orpheline de seize ans, placée dans une ferme en Corrèze, elle a un jour le courage de fuir le destin tracé pour elle, entre servitude, ignorance et violence.
    Le hasard lui fait croiser le chemin de Florimont, qui la prend sous son aile dans sa roulotte. Il lui enseigne son art, celui, magique et naissant, de la photographie en ces années 1860. De foires en villages, l'homme immortalise familles, demeures et paysages, et tient boutique l'hiver à Clermont-Ferrand. Jeanne tisse avec son mentor un lien quasi filial qui révélera leurs parts secrètes.
    Et d'apprentissages en rencontres, Jeanne grandit, son regard s'affine...
    Le Regard de Jeanne, traversée du monde disparu des foires et des artistes itinérants au xixe siècle, est aussi le beau roman d'une émancipation.

  • La source maudite Nouv.

    Juliette perd sa meilleure amie puis son oncle, victimes, selon la légende, de la Bérane, une bête qui noie dans la rivière tous ceux qui la défient. Refusant d'y croire, elle va enquêter et s'intéresser au passé trouble de son oncle dans la Résistance.
    Depuis des temps immémoriaux, dans un village du Périgord, les habitants craignent la Bérane, une bête aquatique qui attrape et noie dans la rivière les pécheurs et les incroyants. En 1956, Juliette, douze ans, ne croit pas à cette légende. Pour le prouver, sous les yeux terrorisés de sa meilleure amie, Fanette, elle se baigne dans le gour, petite retenue d'eau où sévit le monstre. Le soir même, Fanette disparaît. Peu après, son corps est retrouvé, noyé et couvert de griffures.
    En 1972, alors que Juliette porte toujours la culpabilité de la mort de son amie, son oncle Victor est tué de la même façon. La jeune femme, aidée par un officier de la police scientifique, le très séduisant Amaury Delbard, décide d'enquêter.
    Quel était ce lourd secret que son oncle et ses trois amis de jeunesse cachaient depuis leur passé dans la Résistance ? Y aurait-il un lien avec la mort de Fanette ? En fouillant dans l'histoire de ces quatre hommes, Juliette risque de réveiller le monstre, qui n'est peut-être pas celui que l'on croit.

  • " Mon seul héritage, aime répéter Sarah, c'est mon nom. Je ferai donc tout pour qu'il ne se perde pas dans l'oubli. " Ainsi, Sarah Goldberg part sur les traces de sa mère Ana, qui, fuyant les rafles, fut recueillie, enfant, dans un village cévenol. Rapidement Sarah comprend que certains survivants de l'époque connaissent la vérité sur Ana. Mais quelle vérité ?Il a suffi d'une lettre pour que la vie de Sarah Goldberg bascule. La voici héritière d'une maison dans les Cévennes, où pourtant elle n'a aucune attache. Serait-ce une erreur ? Il y a tant d'ombres dans la vie de Sarah... Sa mère, Ana, morte trop tôt, ne s'est guère confiée sur son passé. Quittant ses missions diplomatiques, Lausanne et son compagnon, Sarah découvre la maison, prête à la revendre au plus tôt. Mais rapidement les lieux livrent leurs secrets : une inscription, " Ne cherchez pas à savoir " ; une trappe donnant accès à une cache. Et, derrière une pierre descellée, un cahier d'écolier : le journal d'Ana.
    Défilent alors sous les yeux de Sarah les souffrances et les espoirs de la vie d'errance de sa mère et des siens, depuis la fin des années 1920 jusqu'aux rafles de 1943...

  • Après les Ardennes et la Provence, Françoise Bourdon explore la côte atlantique et le bassin d'Arcachon. Elle en décrit l'histoire, et l'atmosphère si particulière, à travers le destin de cinq héroïnes. 1849. Léonie, fille de modestes résiniers, grandit blessée par le désamour de sa mère, qui, un jour, lui assène : " Tu n'es pas faite pour le bonheur, tout comme ta dernière fille. ". Elle deviendra ramasseuse de sangsues. Sa benjamine, Margot, refuse cette existence de labeur et de honte : à elle la Ville d'Hiver, à elle le choix d'une autre vie. Par amour, un homme bâtira pour elle la Maison du Cap...
    Se poursuit au fil des décennies et des tumultes de l'histoire une grande saga d'héroïnes : Charlotte la photographe, Dorothée l'aviatrice, Violette la résistante. De génération en génération, elles perpétuent une lignée de femmes fortes et ardentes.
    La Maison du Cap demeurera un refuge pour Margot et ses héritières, et le bonheur, une quête ardue, dans une société toujours corsetée.
    Françoise Bourdon peint un tableau captivant du bassin d'Arcachon de 1849 à 1947 en évoquant traditions et histoire d'un lieu fascinant, terre élective d'artistes et station balnéaire en vogue.

  • La chronique intemporelle d'un village morvandiau menacé par l'expropriation de ses fermes, incarnée par des personnages plus vrais que nature, perdus entre raison et passion. Au-dessus d'eux, une buse plane avec son regard acéré...
    Du haut du ciel, les ailes largement déployées, rien n'échappe à l'oeil acéré de la buse. Surtout pas l'intrusion, dans l'ambiance paisible de ce village du Morvan, d'un étranger, un géologue, dont la présence intrigue et affole.
    Des rumeurs se répandent. On évoque la création d'une mine et de deux vastes retenues d'eau. Il faudra exproprier, contraindre certains à partir... C'est l'ère du chacun pour soi.
    Mais peut-on vendre sa vie ?
    La vieille Adeline ne peut se faire à l'idée de voir engloutie sa petite masure au toit creusé d'âge...
    Rien de tout cela n'échappe au Tienne, vieux paysan plein de sagesse, qui voit devant lui se répandre tant de bêtise et n'entend pas s'y résoudre...
    La chronique intemporelle et juste d'un village confronté aux réalités du monde moderne.

  • Au XIX e siècle. De son village cévenol de Saint-Martial au soleil d'Avignon, le destin romanesque de Sixtine, qui va se révéler grâce à l'amour inconditionnel de son mari indienneur. Mais aussi par un puissant désir de revanche sur son passé, et sa quête de vérité quant à ses origines.
    Juin 1813. Fuyant le mépris, une jeune fille chemine seule sur les routes, sous une autre identité...
    Non loin de ce Rhône qui la fascine, c'est dans une Provence pleine de couleurs que Sixtine trouve refuge. Un riche manufacturier en indiennes, subjugué par son regard d'azur, conquis par son don pour le dessin, fait bientôt d'elle son épouse. Malgré leur différence d'âge, et le passé de la jeune fille...
    /> Des années plus tard, devenue une femme respectée, à la tête des ateliers de la manufacture de son mari, Sixtine décide de revenir dans ses Cévennes natales. Afin de prendre sa revanche sur les riches propriétaires du Souleiadou, elle qui, naïve, s'était imaginée au bras de leur fils héritier ?
    Afin de faire aussi toute la lumière sur les ombres de son enfance malaimée ?
    Dans un Sud plein de contrastes, un grand destin romanesque.

  • Version revue et corrigée de La Montagne des boeufs sauvages, sorte de récit de voyage au pays natal de l'auteur : les Vosges ; récit qui mêle joyeusement souvenirs d'enfance et descriptions des paysages vosgiens, au rythme des saisons. Je suis né, dans cette vallée de la montagne des boeufs sauvages étroitement serrée par les hauteurs rondes aux couleurs délavées, rousses et bleuies, comme des ressacs pétrifiés de vagues écumées.Vosges.Pays de vent, de rivières à eaux d'ambre, de forêts profondes, de montagnes au sommet fatigué, les Vosges sont l'âme et le coeur de l'oeuvre de Pierre Pelot.
    Elles s'incarnent ici au fil des souvenirs d'enfance lumineux de l'auteur. Il y raconte les siens, le quartier ouvrier du tissage où ses parents se sont rencontrés, ses rêveries, sa maison au bord de l'eau, dans un récit qui se savoure comme une invitation au voyage au plus près d'une nature rugueuse, secrète, et d'hommes et de femmes forgés par des histoires qui n'appartiennent qu'à eux.
    Une mémoire et une terre partagées avec les mots magnifiques de Pierre Pelot.

  • En Vendée. Jusqu'où Isaure est-elle prête à aller pour endosser la vie presque rêvée et l'identité de sa jumelle décédée, celle à qui tout a réussi jusqu'alors ? Cette soeur qu'elle a tant jalousée depuis l'enfance ? Un suspense entre passé et présent autour de jumelles que tout sépare...Plus aucune réconciliation ne sera possible entre Isaure et Lucille, vraies jumelles que tout sépare. Après avoir surmonté le choc de l'accident mortel de sa soeur - dont elle est l'unique témoin -, Isaure prend une folle décision : endosser l'identité de la défunte le temps de récupérer sa fortune. Le destin n'a pas toujours été tendre avec la jeune femme, qui s'est exilée vingt ans durant loin de tous. Lui offrirait-il enfin une seconde chance ?
    Entre les îles d'Yeu et de Noirmoutier, le danger d'être démasquée est là, permanent, notamment face au séduisant Matthias. Comment être crédible dans la peau de celle qui était son exact contraire ? Une femme sûre d'elle, aimantant les hommes, à qui tout réussissait. Avec sa part d'ombre aussi...
    D'autant que, dans la jolie maison familiale, une surprise de taille attend Isaure : un bébé, Noé.
    Un suspense vertigineux sur le thème de l'identité et des maux jamais guéris de l'enfance.

  • Le roman d'un couple qui s'aime, puis se perd avec l'arrivée d'un enfant autiste. Grâce aux vertus de la musique et de la lutherie, au soutien sans faille de belles âmes, le petit Julien va s'ouvrir peu à peu à la vie. Un roman sensible et plein d'espoir.Julien, adorable enfant du silence, bien sage, ne parle pas... Ses parents, Léopold et Marianne, se sont aimés puis perdus. Dévoré par l'ambition, lui quitte les Vosges et sa famille.
    Pleine d'amour pour son fils, Marianne est désemparée car le mot " autisme " vient de surgir dans sa vie. Une amie, passionnée de musique, l'épaule au mieux pour l'éducation de Julien. Un homme va tout changer. Baptiste, luthier hors norme, propose d'initier l'enfant à son art et à l'apprentissage de son métier.
    Dans l'atelier riche de toute l'histoire musicale de l'humanité, au côté de sa jeune collègue qui lui transmet les gestes de l'artisan et qui ouvre son coeur, Julien va trouver sa place dans le monde par la grâce d'un instrument que son père a rapporté des Etats- Unis : la viole d'amour...
    Inspiré de faits réels, un roman tout en sensibilité, émotions, espoir mêlés.

  • De 1920 à 1970, une famille juive allemande, les Steiner, se réfugie dans le Nyonsais, terre d'accueil et de résistance active. Tous auront, un temps, l'espoir d'une vie meilleure. Parmi eux, David, séparé d'Hannah qu'ilaime depuis l'enfance, par la guerre et la folie des hommes...Dans les années 1920 à Berlin, David Steiner et Hannah Ritter grandissent, en voisins, dans le quartier résidentiel de Schlossstrasse. A l'adolescence, leur amitié se transforme en amour tendre et sincère. Mais, dès 1933, la montée de l'antisémitisme rend le quotidien des Steiner de plus en plus éprouvant. Ils partent alors pour la France en quête d'un avenir plus serein. Des cousins leur ont parlé du sud de la Drôme, une terre d'accueil, protestante, où des terrains et des fermes sont à acquérir... Les Steiner, accompagnés d'une autre famille, les Levin, commencent une nouvelle vie dans le Nyonsais où ils sont bien accueillis. Les années passent ; les lois s'intensifient à l'encontre des Juifs en Allemagne, où Hannah, tout en poursuivant ses études s'investit avec courage dans l'aide aux familles persécutées.
    En France, David, lui, s'enrôle dans la Résistance, fortement implantée dans la région drômoise. Séparés par les épreuves de ces années de guerre, David et Hannah, rescapés de tout, pourront-ils se retrouver et offrir une nouvelle chance à leur amour ?

  • Un kibboutz en Corrèze Nouv.

    Une expérience communautaire unique en France créée avec le soutien du baron de Rothschild : de jeunes Allemands, juifs, communistes intellectuels, fuyant l'arrivée d'Hitler au pouvoir vivent en autarcie dans un kibboutz, au coeur d'un petit village corrézien. Un grand roman sur l'élan d'une jeunesse solidaire et engagée. D'après des faits historiques réels.
    Pour eux, ce petit village près de Brive est comme un bout de terre promise. Ils s'appellent Yohann, Magda, Haïm, Sarah... Ces jeunes Allemands, juifs, communistes, ont fui l'arrivée de Hitler au pouvoir. Après leur apprentissage à la ferme-école, ils partiront pour la Palestine. Tous ont le coeur à l'ouvrage, un enthousiasme à toute épreuve, mais en ces lieux marqués par la Première Guerre, l'accueil est pour le moins glacial.
    Peu à peu, par leurs efforts conjugués, par leur bonne éducation, ils gagnent la sympathie des habitants. Seul le sous-préfet de Brive, fasciste dans l'âme, s'est juré de fermer le kibboutz. Et plus encore depuis que son fils Frédéric fréquente la jolie Sarah...
    Un grand roman sur l'élan d'une jeunesse solidaire et engagée.
    D'après des faits historiques au coeur du village de Nazareth, en Corrèze.

  • Le coeur des fileuses Nouv.

    Le portrait d'une femme de coeur, engagée au début du XX e siècle pour améliorer le sort d'ouvrières de filature de soie dans les Cévennes.
    1910, au coeur des Cévennes. Eulalie devient, après le décès de son père, l'unique héritière d'une prospère filature de soie. Désormais patronne, elle découvre que son usine est un véritable bagne féminin. Révoltée par les conditions de travail de ses ouvrières, elle décide, malgré de nombreux détracteurs, de bouleverser l'ordre social.
    Bientôt la guerre éclate et le pays se vide de ses hommes. Eulalie réalise alors son voeu le plus cher : transformer son entreprise en communauté de femmes fondée sur l'entraide et la solidarité. Des amitiés se nouent, des amours se tissent. Mais Eulalie saura-t-elle s'affranchir d'un mariage malheureux et affronter les fantômes du passé ?
    Portrait d'une femme rebelle au grand coeur dans le cadre somptueux des Cévennes.

  • La fille du maitre-brasseur Nouv.

    Le roman inédit et inachevé de Marie-Paul Armand, la grande romancière du Nord. Par l'auteur de La Courée et d' Un bouquet de dentelle. Dans la région de Douai, Marianne est la fille du très respecté maître brasseur du village. Son père s'enorgueillit d'appartenir à une dynastie de brasseurs remontant à la Révolution française. Mais Marianne souffre de la complicité qui unit son frère et son père, soudés par la passion de leur métier. La mort de sa mère à l'aube de l'Occupation va faire basculer le destin de toute la famille...
    La sensibilité de Marie-Paul Armand s'exprime à travers une écriture authentique et juste, au plus près du quotidien de ces " petites gens " du Nord qu'elle a su, comme nul autre, décrire.
    Ce roman posthume inachevé est enrichi d'une documentation inédite et préfacé par une grande dame du Nord, Line Renaud.

  • Une suite indépendante de Ces Ombres sur le fleuve (Prix du roman populaire en 2015). Passion, Histoire, vengeance sur les pas d'une héroïne flamboyante. Par l'auteur de La Sorcière de Locronan.1805. Qu'il est difficile pour l'indocile Lucile de s'arracher à la terre des Antilles ! Elle a pourtant veillé à ne s'attacher à rien ni à personne. Trop de fantômes, trop de tragédies... Mais Alexis de Préville, capitaine du Solitaire et accessoirement son époux, doit, sur ordre de l'Empereur, rentrer en France.
    Elle le suit. Entre eux, est-il question de sentiments ? Plutôt d'un épuisant jeu du chat et de la souris où chacun demeure sur ses gardes.
    Le retour à Nantes semble placé sous les meilleurs auspices. Fortune en sucre de canne dans les cales.
    Douceur des alizés... Mais la mer est imprévisible, la flotte anglaise jamais très loin et, sur la terre enfin retrouvée, les ombres du passé que Lucile croyait à jamais enfouies vont resurgir...
    Dans quel but ?
    La vengeance, toujours. Cette fois, elle en est la cible...
    Passion, Histoire, vengeance, sur les pas d'une héroïne flamboyante.

  • Un jeune couple amoureux, une escapade champêtre en Haute-Loire qui tourne mal quand un incendie - accidentel ? - les sépare. Un drame sous tension, une course contre la montre pour vaincre le feu... Et le poison de la jalousie... D'après un authentique fait divers.
    Ce petit coin à écrevisses en Haute-Loire est le graal des pêcheurs... C'est là, près de l'Ondoine, rivière nichée au fond d'une gorge escarpée et boisée de pins, que Stéphane et Isabelle s'offrent une parenthèse. Les jeunes gens en profitent pour bivouaquer autour d'un feu de camp. Nature sauvage, pêche miraculeuse, douces étreintes sous les étoiles en cette nuit d'été. Seuls au monde ? C'est ce qu'ils croient...
    Tout bascule au petit jour lorsque la forêt s'embrase. Accident, malveillance ou bien sortilège ? Qui est donc cette étrange vieille femme vivant non loin d'un château en ruine ?
    Comme le brasier, le mystère grandit...
    D'après des faits réels.
    Un roman sous tension sur le poison de la jalousie...

  • On appelait Louison " la Garçonne ", braconnière solitaire des bois de Sologne en ces années 1930. Presque dix ans plus tard, au terme d'un long exil dans le nord du Canada, elle revient sur les lieux d'un drame qu'elle n'a jamais oublié. A la fois par désir de vengeance et en quête de ses origines...
    A vingt ans, sa beauté rousse ensorcelante et son indépendance dérangent. Celle qu'on surnomme "la garçonne" aime s'aventurer la nuit tombée dans la profondeur des bois pour braconner. Les villageois s'interrogent : pourquoi cette orpheline est-elle la protégée du puissant comte de Cressey ? Un soir de novembre 1937, deux hommes l'agressent. Un traumatisme dans sa chair qui va bouleverser pour toujours son rapport à la vie, à la mort. Emportant avec elle ses secrets, Louison décide un jour de quitter son village de Sologne. Loin de ceux qui ont veillé sur elle, enfant, loin de ceux qui la haïssent... Et loin aussi de celui qui n'a jamais cessé de l'aimer.
    Pour mieux fomenter sa vengeance ? Quand les années noires de l'Occupation auront révélé, parmi les habitants de Saint-Roch, les valeureux et les lâches...
    Gilbert Bordes, éternel conteur de la nature et des âmes.

empty